Publié le 12 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

Le soja, ennemi caché numéro 1 de la forêt

Le gouvernement s’apprête à publier dans les prochains jours sa stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI), afin d’y mettre terme d’ici 2030 conformément au Plan climat français. Pour éclairer le débat, deux ONG, Envol vert et le WWF France, ont calculé l’empreinte forêt de nos modes de vie. Leurs résultats sont surprenants et vont à l’encontre de plusieurs idées reçues...

97 % du soja utilisé dans les aliments pour animaux est importé.
@Pixabay

Petit quizz : selon vous, lequel de ces produits est le principal vecteur de déforestation dans le monde : le papier, le bois, le cacao, l’huile de palme ou le soja ? "Dans l’esprit de beaucoup de gens, ce sont le bois, le papier et l’huile de palme alimentaire qui sont le plus responsables de déforestation, alors qu’ils ne représentent que 11 % de l’empreinte forêt", explique Boris Patentreger, vice-président fondateur d’Envol vert.   

"C’est le soja qui est le principal vecteur de déforestation, explique-t-il. Cette super protéine est très utilisée sous forme de tourteaux dans l’alimentation animale de nos élevages industriels, essentiellement pour la volaille (viande blanche et œufs), les vaches laitières et les porcins afin de doper leur croissance et répondre aux impératifs des agro-industriels".  

206 mètres carrés, l’empreinte soja des Français  

L’ONG a calculé l’empreinte forêt moyenne des Français, c’est-à-dire la mesure de la surface de forêt nécessaire pour subvenir à nos modes de vie et consommations. Elle est de 352 mètres carrés dont 206 m² uniquement pour le soja, très loin devant le cuir, l’huile de palme principalement non alimentaire (bio-carburants), le papier, le café, l’hévéa (pour les pneus), le cacao et le bois qui est si souvent pointé du doigt.  

Infog e vol vert soja deforestation

Le soja est de loin le premier vecteur de déforestation dans la consommation française. @Envol vert

Ce sont ainsi 57 kilogrammes de soja "caché" qui sont consommés par Européen chaque année via notre alimentation riche en viande blanche, en œufs ou encore en produits laitiers. Sur le terrain, cela représente une empreinte de 2,8 millions d’hectares principalement au Brésil et en Argentine, deux pays qui présentent un très fort risque de déforestation. Le WWF estime qu’au cours des cinq dernières années, l’équivalent d’un pays comme la Belgique a disparu à cause de la consommation française de soja.  

Infographie deforestation importee wwf

Si le bois et le papier représentent la plus grande empreinte forêt au sol (en millions d’hectares), ce sont le soja, l’huile de palme ou encore le cacao qui sont situés dans les pays ayant un risque très élevé de déforestation (@WWF France).

Les principaux acteurs absents

C’est justement pour lutter contre cette déforestation "importée" via les produits que nous consommons au quotidien que le gouvernement s’apprête à publier dans les prochains jours sa Stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI) afin d’y mettre fin d’ici 2030. Parmi les principales pistes annoncées, on trouve la mise en œuvre d’une politique d’achats publics zéro déforestation, l’implication des investisseurs et entreprises ou encore l’amélioration de l’information environnementale.   

"Le document est intentionnel, il faudra attendre le plan d’action qui suivra, analyse Arnaud Gauffier, responsable du programme agriculture, alimentation et pêche durable au sein du WWF France. Avec la publication de ces deux études, notre ambition est de pointer les vrais responsables de la déforestation et de les faire venir à la table des discussions. Car aujourd’hui, le secteur de l’agro-alimentaire en est complètement absent".  

De nombreuses entreprises, comme Carrefour, Danone, Unilever ou Nestlé, ont pris des objectifs zéro déforestation d’ici 2020. Mais selon une récente étude de Greenpeace, ces mêmes entreprises continuent de travailler avec des producteurs d’huile de palme responsables de déforestation. En avril dernier, pour le premier anniversaire du devoir de vigilance, une vingtaine d’entreprises françaises ont également été épinglées pour leur responsabilité dans la déforestation liée à la culture du soja en Amérique Latine.      

Concepcion Alvarez, @conce1

Voir le rapport d’Envol vert "L’empreinte forêt des Français" ici et mesurez votre empreinte forêt ici.

Voir le rapport du WWF "Déforestation importée : arrêtons de scier la branche !" ici.


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Déforestation : le devoir de vigilance, un outil brandi par les ONG pour alerter les entreprises

A l’occasion du premier anniversaire de l’adoption de la loi sur le devoir de vigilance, des ONG interpellent une vingtaine d’entreprises françaises. En cause : leur responsabilité dans la déforestation liée à la culture du soja en Amérique Latine. Carrefour, Auchan, Bigard, Système U ou...

[Infographie] Pourquoi l’huile de palme fait tant polémique

À peine arrivée au gouvernement et déjà critiquée. Emmanuelle Wargon, nouvelle secrétaire d’État à la transition écologique et solidaire, venue de Danone, a dû s’expliquer sur des propos tenus en juillet. Elle défendait la présence d’huile de palme dans les laits infantiles. Pour...

[VIDÉO] En Indonésie, face à un bulldozer, un orang-outan tente de protéger son habitat

Alors que la France vient d'autoriser Total à importer 450 000 tonnes d'huile de palme venues d'Indonésie et de Malaisie, une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux illustre les conséquences de cette culture sur les orangs-outans. On y voit un singe, en pleine forêt tropicale, être...

Comment vérifier l'engagement "zéro déforestation" des grandes firmes ?

Sous la pression d’ONG et de consommateurs, des géants de l’agroalimentaire s’engagent à stopper la déforestation liée à leurs activités. Mais l'objectif "zéro déforestation" affiché par Cargill, Unilever ou Nestlé reste ambigu et sa mise en œuvre difficile, explique Alain Karsenty,...

L'Europe, première responsable de la déforestation dans le monde

La Commission Européenne révèle dans une étude l'impact considérable de la consommation européenne sur la destruction des forêts, notamment dans les zones tropicales. Elle représente plus du tiers de la déforestation liée au comerce international. C'est aussi un risque majeur pour les...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

[Science] La reproduction de coraux en laboratoire laisse espérer de pouvoir repeupler les récifs abîmes

Entre la pollution des eaux, le réchauffement des océans et des maladies opportunistes, les coraux de tous nos océans sont en souffrance. Leur disparation est de moins en moins une hypothèse… à moins que la reproduction de cet animal invertébré en laboratoire ne permette de le sauver.

Nouvelle capitale indonesie borneo

À cause du réchauffement climatique, l'Indonésie doit déplacer sa capitale... et va l'installer dans la forêt vierge de Bornéo

C'est le serpent qui se mord la queue. La capitale de l'Indonésie, Jakarta, s'enfonce peu à peu dans les eaux à cause du réchauffement climatique et du développement urbain de la ville. Le président Joko Widodo a donc décidé de déplacer sa capitale. Après des années de recherche, le lieu a enfin été...

Girafe protection Cites Wassiliy

[Bonne Nouvelle] La liste des animaux fragiles interdits de tout commerce international se renforce

La girafe, la loutre cendrée, le requin mako... Autant d'espèces qui sont désormais protégées par La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Telle est la décision prise au terme d'une réunion à Genève qui a regroupé plus de...

Foret amazonienne fonds protection

Amazonie : Jair Bolsonoro accepte finalement l'aide financière du G7

En 24 heures, Jair Bolsonaro aura changé trois fois d'avis. Finalement, le Président brésilien a décidé d'accepter les 20 millions d'euros que le G7 a débloqués pour lutter contre les incendies en Amazonie. Sous deux conditions : que le fonds soit sous sa responsabilité et qu'il n'aille pas à...