Publié le 08 août 2019

ENVIRONNEMENT

Cet été, j’utilise une localisation fictive sur Instagram pour préserver les sites naturels

Et si vous passiez sous silence vos spots préférés ? Cet été, le WWF France lance l'initiative "I protect nature", une géolocalisation fictive à utiliser sur Instagram pour lutter contre le tourisme de masse et ainsi préserver la biodiversité. Un Français sur cinq en moyenne utilise ce réseau social et ouvre l'application jusqu'à dix fois par jour.

Kilian Jornet Instagram
L'utratrailer Kilian Jornet est suivi par 872 000 personnes sur Instgram.
Instagram

Des plages de sable fin, des couchers de soleil, des criques, des îles paradisiaques ... Cet été, ne dites pas à vos abonnés Instagram où vous passez vos vacances de rêve. Le but ? Protéger ces sites du tourisme de masse. C’est le WWF France qui a en eu l’idée. L’ONG a créé une localisation fictive baptisée "I protect nature" à utiliser sur le réseau social quand vous postez une photo. L'adresse renvoie à celle du siège social de l’association, au Pré-Saint-Gervais, près de Paris.

Cette action s’inscrit dans le cadre de sa campagne internationale contre la pollution plastique. Le partage de sites naturels sur Instagram a en effet pour conséquence l’arrivée soudaine d’un tourisme de masse à des endroits qui n’étaient pas destinés à accueillir un aussi grand nombre de visiteurs, encore moins lorsque ces derniers laissent derrière eux bouteilles et emballages plastique. Cela entraîne aussi la construction d’infrastructures, au détriment souvent de la protection de la biodiversité.

10 connexions par jour et par Français en moyenne

L'ONG cite l'exemple des parcs nationaux comme celui des Calanques, des lacs situés aux abords du GR20 en Corse ou encore des îles Lavezzi, au large de Bonifacio, qui ont été endommagés à cause du trop grand nombre de visiteurs. D’après un rapport de l’ONG, 600 000 tonnes de plastique finissent dans la mer Méditerranée chaque année. En 2016, la France a rejeté 80 000 tonnes de déchets plastiques dans la nature, dont plus de 11 200 dans la mer.

Le fait d’avoir ciblé Instagram est également loin d’être anodin. En moyenne, un Français ouvre son application jusqu’à 10 fois par jour. Et le pays compte à lui seul 14 millions d’utilisateurs actifs mensuels, soit 21 % de la population. Le réseau social milite par ailleurs lui aussi pour la préservation de la biodiversité. Si vous tapez le hashtag #lionselfie, un message de prévention s’affiche mettant en garde contre "des publications encourageant des comportements nuisibles pour les animaux ou l’environnement". 

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Dragons de Komodo, canyon islandais, rocher Uluru... Cinq sites incroyables interdits à cause du tourisme de masse

Ce sont des sites auquel vous n'aurez plus accès. De plus en plus de lieux ferment leurs portes face aux dégradations causées par le tourisme de masse. C'est le cas de l'île de Komodo, prise d'assaut en raison de ses célèbres dragons, d'un canyon islandais rendu célèbre par Justin Bieber...

Amsterdam part en guerre contre le tourisme de masse

Tourisme de masse : Venise fera bientôt payer un ticket d'entrée à ses visiteurs

Venise pourra dès l'été prochain faire payer un ticket d'entrée à tous ses visiteurs, une taxe de 2,5 à 10 euros selon la saison devant servir à limiter le tourisme de masse qui asphyxie la ville.

Les cinq commandements des acteurs du tourisme durable

Alors que 2017 a été consacré année internationale du Tourisme durable par l'ONU, les acteurs français du secteur tenaient leur université à Clermont-Ferrand. Il en ressort une prise de conscience de la responsabilité du secteur sur le changement climatique et le risque qu'il fait peser...

60 % des sols sont fortement dégradés et mettent en péril la biodiversité de la planète

Samedi 17 mars s’est ouvert la sixième session de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), une sorte de Giec du vivant sur la Terre. À cette occasion, plus de 750 experts vont étudier un travail inédit et...

Biodiversité : l'Humanité se met en danger en surexploitant la planète

L'Humanité surexploite la planète et menace son propre bien-être en provoquant le déclin de la flore et des animaux sur la Terre. Telle est l'alerte, lancée le vendredi 23 mars, par des experts du monde entier, à l’occasion d’un sommet mondial sur la biodiversité.

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

L’Amazonie, en feu, a connu son pire mois de juin depuis 13 ans

Alors que le Brésil subit de plein fouet le Covid-19, un autre drame se déroule en fond, celui de la destruction de la forêt amazonienne. Jamais, depuis 2007, l'Institut national de recherches spatiales n'avait enregistré autant de foyers d'incendies dans cette réserve de biodiversité. Un phénomène...

Vison elevage fin pays bas

[Bonne nouvelle] Les Pays Bas mettent fin à l’élevage de vison après des cas de Covid-19 chez les animaux

Alors que plusieurs visons d'élevage néerlandais ont été contaminés par le Covid-19, transmettant probablement le virus à deux employés, les Pays-Bas ont décidé de mettre fin à l'industrie de fourrure de vison. Le pays, quatrième producteur au monde, devait y mettre un terme en 2024 mais le Covid-19...

Biodiversite istock cco

Pas de relance économique sans prise en compte de la biodiversité

Alors que la pandémie de Covid-19 bouscule l’agenda politique de la biodiversité, les entreprises ne doivent pas attendre pour agir, estime la coalition internationale Business for Nature. Dans une lettre, celle-ci enjoint les patrons à prendre en compte la nature dans leur plan de relance...

Feux de foret crime environnement

Reconnaître le crime d'écocide, est-ce vraiment la priorité ?

Les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) souhaitent que les Français s’expriment, au cours d'un référendum, sur l'intérêt de légiférer sur le crime d’écocide pour sanctionner les atteintes graves à l'environnement. Si les parlementaires français ont rejeté à deux reprises une...