Les pays du pourtour méditerranéen gèrent très inégalement leurs déchets plastiques. Une bonne partie n’est pas collectée et se retrouve dans la nature et bien souvent dans les eaux de la grande mer qui périt déjà de cette pollution. 600 000 tonnes s’ajoutent chaque année, dont 250 000 tonnes venues d’Égypte. La France est le plus gros producteur de déchets plastiques mais seulement 2 % ne sont pas collectés.

Selon un rapport publié vendredi par le WWF, la mer Méditerranée est en train de périr sous un torrent de plastique. Les 22 pays* de la région étudiée par l’ONG génèrent 24 millions de tonnes de déchets plastiques. 42 % sont enfouis, 14 % incinérés et 16 % seulement sont recyclés. Restent 28 % de déchets qui ne sont pas ou mal gérés et se retrouvent dans la nature. Ceux-ci au fil des fleuves échouent dans la grande mer quasi fermée. Ainsi, l’organisation estime que jusqu’à 600 000 tonnes de plastiques viennent polluer ces eaux chaque année.
C’est l’Égypte qui prend très largement la tête de ce triste palmarès avec 250 000 tonnes issues de ce seul pays. Vient ensuite la Turquie avec 110 000 tonnes et l’Italie avec 40 000 tonnes. "Sans action immédiate, ces volumes vont continuer à croître alors que la production de plastique va quadrupler dans la région d’ici 2050", prévient le WWF.
Déchets plastique médittérannée WWF
Dans ce contexte, la France présente un profil particulier. Le pays a produit 4,5 millions de tonnes de déchets plastiques en 2016, soit 66,6 kg par personne. Cela en fait le premier producteur de déchet de la région. 98 % de cette masse a été collectée, soit 4,4 millions de tonnes. Seulement 22 % ont été recyclés. Les 2 % restants génèrent "la fuite de 80 000 tonnes de plastique dans la nature", dont 11 200 tonnes "pénètrent en Méditerranée", a calculé l’ONG.
La pêche, l’aquaculture et le transport maritime sont à l’origine de 9 % de cette pollution (casiers à crabes, filets à moules, conteneurs…). La concentration de débris plastiques est particulièrement élevée près de Marseille, de Nice et de la Corse, ce qui s’explique en partie par "le tourisme et les activités de loisirs".
Ludovic Dupin avec AFP
*Albanie ; Algérie ; Bosnie-Herzégovine ; Chypre ; Croatie ; Égypte ; Espagne ; France ; Gibraltar ; Grèce ; Israël ; Italie ; Liban ; Libye ; Malte ; Maroc ; Monaco ; Monténégro ; Slovénie ; Syrie ; Tunisie ; Turquie.

Découvrir gratuitement l'univers Novethic
  • 2 newsletters hebdomadaires
  • Alertes quotidiennes
  • Etudes