Publié le 15 septembre 2018

ENVIRONNEMENT

[Science] Le changement climatique menace les cultures céréalières, aliment de base pour 4 milliards d’humains

Déjà connus pour leurs impacts sur les cultures, les nuisibles pourraient voir leur effet dévastateur se multiplier avec le réchauffement climatique. En effet, des scientifiques ont démontré que plus il fait chaud, plus ces insectes ravageurs ont faim et plus se reproduisent. Résultat : les pertes de rendement pour le maïs, le blé et le riz augmenteraient de 10 à 50 % pour chaque degré supplémentaire.

Les experts ont démontré que plus ils faisaient chauds, plus ces insectes avaient faim et plus ils se reproduisaient.
@PxHere

Après un été caniculaire, il n’en est pas fini des mauvaises nouvelles pour les agriculteurs. Selon une nouvelle étude scientifique, publiée fin août dans la célèbre revue Science, des chercheurs ont évalué l’impact du changement climatique sur les cultures céréalières.

Selon leurs découvertes, les pertes de rendement pour le maïs, le riz ou encore le blé pourraient augmenter de 10 à 25 % pour chaque degré de réchauffement supplémentaire. Les responsables sont les insectes ravageurs. Si ces derniers consomment déjà 5 à 20 % des principales cultures céréalières, leur pouvoir de nuisance pourrait bien croître encore avec une hausse de la température globale.

La France impactée

En effet, après avoir analysé 38 espèces de nuisibles différentes, les experts ont démontré que plus le mercure grimpe, plus ces insectes avaient faim et plus ils se reproduisaient. Conséquence : un rendement en baisse de 19 % pour le riz, de 31 % pour le maïs et de 46 % pour le blé !

Cette nouvelle est catastrophique pour les céréaliers. Les États-Unis, la Chine, la France seraient ainsi particulièrement impactés puisque ce sont les principaux pays producteurs. En 2014, une étude de l’université américaine de Stanford concluait déjà que les récoltes de blé et d’orge en Europe pourraient chuter de 20 % d’ici 2040 dans un scénario 2°C.

Cette étude constitue également une nouvelle preuve de la menace que le changement climatique fait peser sur notre alimentation. Une autre étude publiée cet été dans la revue Nature Climate estimait aussi qu'avec le réchauffement climatique, les aliments de base allaient perdre en protéines, fer ou zinc.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus Paris particules fines

Coronavirus : les Parisiens découvrent l'odeur des champs... et ce n'est pas une bonne nouvelle

En confinement, les Parisiens se sont étonnés de sentir une odeur de ferme dans la capitale. Ces effluves proviennent de l'épandage agricole des exploitations alentour. Or, plusieurs études montrent que ces particules fines aggravent les impacts sanitaires lors de la contagion du Coronavirus. Alors...

Alimentation coronavirus masque SEBASTIEN BOZON AFP

[Coronavirus, le jour d’après] Retrouver une souveraineté alimentaire en France

Alors que la crise sanitaire liée au Coronavirus oblige la France au confinement, la question de la souveraineté alimentaire n'a jamais été aussi importante. Si le gouvernement assure qu'il n'y aura pas de pénurie, il est temps pour l'Hexagone de questionner son modèle : un fruit et légume sur deux...

Nouveau label equitable bio guerre des prix

Pour contrer la guerre des prix dans le bio, les agriculteurs lancent un label plus équitable

Face à la guerre des prix que mène la grande distribution dans la filière bio, les agriculteurs du secteur viennent de lancer le label Bio Français Equitable (BFE) qui intègre un volet social impliquant une juste rémunération des paysans. Alors que la filière bio change d'échelle à grande vitesse,...

Transition agroalimentaire

Face à une transition agroalimentaire brutale, les défaillances d'entreprises se multiplient

Le secteur agroalimentaire subit les changements des habitudes des consommateurs. La montée en gamme des produits, plus sains, locaux, moins énergivores, associée à une guerre des prix et des tensions commerciales à l'international, a provoqué une hausse spectaculaire de défaillances d’entreprises...