Publié le 15 septembre 2018

ENVIRONNEMENT

[Science] Le changement climatique menace les cultures céréalières, aliment de base pour 4 milliards d’humains

Déjà connus pour leurs impacts sur les cultures, les nuisibles pourraient voir leur effet dévastateur se multiplier avec le réchauffement climatique. En effet, des scientifiques ont démontré que plus il fait chaud, plus ces insectes ravageurs ont faim et plus se reproduisent. Résultat : les pertes de rendement pour le maïs, le blé et le riz augmenteraient de 10 à 50 % pour chaque degré supplémentaire.

Les experts ont démontré que plus ils faisaient chauds, plus ces insectes avaient faim et plus ils se reproduisaient.
@PxHere

Après un été caniculaire, il n’en est pas fini des mauvaises nouvelles pour les agriculteurs. Selon une nouvelle étude scientifique, publiée fin août dans la célèbre revue Science, des chercheurs ont évalué l’impact du changement climatique sur les cultures céréalières.

Selon leurs découvertes, les pertes de rendement pour le maïs, le riz ou encore le blé pourraient augmenter de 10 à 25 % pour chaque degré de réchauffement supplémentaire. Les responsables sont les insectes ravageurs. Si ces derniers consomment déjà 5 à 20 % des principales cultures céréalières, leur pouvoir de nuisance pourrait bien croître encore avec une hausse de la température globale.

La France impactée

En effet, après avoir analysé 38 espèces de nuisibles différentes, les experts ont démontré que plus le mercure grimpe, plus ces insectes avaient faim et plus ils se reproduisaient. Conséquence : un rendement en baisse de 19 % pour le riz, de 31 % pour le maïs et de 46 % pour le blé !

Cette nouvelle est catastrophique pour les céréaliers. Les États-Unis, la Chine, la France seraient ainsi particulièrement impactés puisque ce sont les principaux pays producteurs. En 2014, une étude de l’université américaine de Stanford concluait déjà que les récoltes de blé et d’orge en Europe pourraient chuter de 20 % d’ici 2040 dans un scénario 2°C.

Cette étude constitue également une nouvelle preuve de la menace que le changement climatique fait peser sur notre alimentation. Une autre étude publiée cet été dans la revue Nature Climate estimait aussi qu'avec le réchauffement climatique, les aliments de base allaient perdre en protéines, fer ou zinc.

Concepcion Alvarez, @conce1 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

[À l’origine] Le glyphosate, de détergent pour canalisation à herbicide le plus vendu au monde

La naissance du glyphosate est une histoire peu commune. Le premier usage de cette molécule, agent actif du Roundup, devenu l'herbicide le plus vendu au monde, est en réalité celui de détergent capable de détartrer les chaudières et les canalisations. C'est Monsanto, en 1974, qui comprendra ses...

Deforestation amazonie double en un an Greenpeace

En un an, la déforestation a doublé en Amazonie

C'est une véritable explosion. La déforestation de l'Amazonie au Brésil a augmenté de 92 % entre janvier-août et la même période 2018. Si Jair Bolsonaro aggrave la situation depuis son arrivée au pouvoir, la déforestation est déjà repartie à la hausse depuis déjà quelques années. Or les feux...

Pandage pesticide agriculture pixabay

Distance d’éloignement des pesticides : la mesure du gouvernement ne satisfait ni les écologistes ni les agriculteurs

Alors qu'une quarantaine de maires ont pris des arrêtés pour interdire l'épandage de pesticides à 150 mètres des habitations, le gouvernement, lui, propose une distance de 5 à 10 mètres selon les cultures. Il va par ailleurs lancer une consultation citoyenne de trois semaines sur le sujet. Un...

Deforestation amazonie soja greenpeace

Emmanuel Macron veut la souveraineté protéinique de la France pour ne plus dépendre du soja brésilien

Emmanuel Macron a reconnu que la France avait une "part de complicité" dans la déforestation en Amazonie. Le Vieux continent est dépendant du soja brésilien qu'il utilise pour nourrir ses animaux d'élevage. Pour y remédier, le Président souhaite que l'Europe assure elle-même sa souveraineté...