Publié le 09 janvier 2018

ENVIRONNEMENT

"On n’aura pas une France sans médicament, on n’aura pas non plus une France sans produit phytosanitaire", prévient la FNSEA

Le principal syndicat agricole, la FNSEA, présentait ce 9 janvier ses vœux à la presse. S'il se dit globalement "satisfait" des États généraux de l'alimentation, il fustige la position de Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, notamment sur le glyphosate. "Il stigmatise les agriculteurs", juge la présidente du syndicat Christiane Lambert pour qui le ministre veut aller trop vite. 

Entre 2009 et 2013, l'utilisation des produits phytosanitaires a progressé de 5 % en France.
DR

Pas de répit pour l’agriculture. Christiane Lambert a présenté ce matin, mardi 9 janvier, ses vœux à la presse. La présidente du principal syndicat agricole est revenue sur une année 2017 "chargée". "Emmanuel Macron va très vite, il dirige la France comme une startup. Nous avons l’obligation de travailler plus vite et mieux", constate-t-elle.

Bras de fer entre le ministre de l'Écologie et la FNSEA 

La FNSEA s’est dite "satisfaite" des États généraux de l’alimentation mais a fustigé l’absence de Nicolas Hulot lors de la clôture de l’événement le 21 décembre dernier. Le ministre de la Transition écologique et solidaire avait boycotté l’événement car, selon lui, le "compte n’y était pas" sur les sujets environnementaux, notamment sur les produits phytosanitaires, avait-il expliqué au journal Le Monde.

Il faut dire que le ministre venait, un mois plus tôt, de subir un échec à la Commission européenne. La France s’était positionnée pour un renouvellement de 3 ans du glyphosate dans l’Union européenne. Après des années de tergiversations, l’agent actif du désherbant le plus vendu au monde, le Roundup, a finalement été renouvelé pour cinq ans à la suite du revirement de l’Allemagne.

Nicolas Hulot ne nous laisse pas le temps 

La FNSEA avait alors loué le "pragmatisme" de l’Europe et fustigé la position de la France. Ce 9 janvier, Christiane Lambert a été claire : "On n’aura pas une France sans médicament, on n’aura pas non plus une France sans produits phyto". Elle ajoute : "quand une plante est malade on la soigne, quand un animal est malade on le soigne, quand une personne est malade on la soigne".

Pour la présidente de la FNSEA, "l’absence de Nicolas Hulot n’a pas été comprise par les organisations syndicales" qui ont estimé que le ministre les "stigmatisait""Il promet la fin du thermique en 2040 mais il ne nous laisse pas le temps à nous, agriculteurs, de trouver des solutions techniques à une réduction des produits phyto. Il nous stigmatise", juge la FNSEA.

Pas addict à la chimie 

Le syndicat agricole souhaite suivre le plan Ecophyto 2, soit un objectif de -25 % de produits phyto en 2020 et -50 % en 2025. Des objectifs "déjà ambitieux", juge Christiane Lambert. Problème : le plan Ecophyto est peu suivi par les agriculteurs. Il a succédé au plan Ecophyto 1, initié dans le cadre du Grenelle de l’environnement en 2008. L’objectif était alors de -50 % de produits phytosanitaires en 10 ans, soit en 2018. Pourtant, selon l’INRA, entre 2009 et 2013, la consommation nationale de pesticides a augmenté de 5 %.

Aujourd’hui, le plan Ecophyto ne porte aucune obligation de résultat. Mais la FNSEA s’engage à accompagner les agriculteurs dans cette démarche, via, notamment, les chambres d’agriculture. "Dans l’agriculture une baisse des produits phyto entraîne une perte de rentabilité. On n’est pas addict à la chimie, il y a vraie prise de conscience, mais c’est difficile", a argumenté la présidente. 

Marina Fabre@fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Agriculture pac climat bence balla schottner unsplash 01

La nouvelle PAC, censée verdir l'agriculture européenne, fait polémique

Le Parlement européen a validé la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui fixe les grandes orientations agricoles à partir de 2023 pour quatre années. Dotée d'un budget de 387 milliards d'euros, ce pilier de l’Union européenne a été conçu pour "verdir" l'agriculture. Mais ses détracteurs...

Déforestation Amazonie istock

Malgré les promesses de Jair Bolsonaro, la déforestation en Amazonie n'a pas cessé d'augmenter

La déforestation en Amazonie brésilienne progresse pour la troisième année consécutive, une conséquence directe des politiques menées par le président Jair Bolsonaro. L'observatoire du climat accuse le Brésil d'avoir dissimulé ces conclusions avant la COP26 sur le climat, au cours de laquelle le...

Manifestation agriculture inde Xavier Galiana AFP

La révolte des paysans indiens a payé : le gouvernement annonce le retrait de la très controversée réforme agricole

C’est un moment rare. Le Premier ministre Narendra Modi s’est incliné face à la mobilisation, qui dure depuis plus d’un an, des paysans indiens. Il a annoncé le retrait de sa réforme agricole qui risquait d’obliger les agriculteurs à brader leurs marchandises aux grandes entreprises pour les...

Nora Dollet grignon agroparistech

Face à la fronde, l’État suspend la privatisation de Grignon, le campus d’AgroParisTech

C'est un soulagement pour les élus, étudiants et associations qui militaient contre la privatisation du domaine de Grignon, haut-lieu de l'agronomie française et campus des ingénieurs d'AgroParisTech. L'État vient de suspendre sa vente au promoteur immobilier Altarea Cogedim pour "tenir compte du...