Publié le 12 février 2020

ÉNERGIE

[Municipales] À Dunkerque, l'héritage industriel devient un atout pour la transition énergétique

La communauté urbaine de Dunkerque (CUD) est la plus avancée en matière de transition énergétique dans l’Hexagone, à en croire le label Cit’ergie qui évalue l'avancée des politiques environnementales des collectivités européennes. Le territoire émet dix fois plus de gaz à effet de serre que la moyenne française mais il a réussi à faire de son héritage industriel et portuaire un atout. Voici le sixième épisode de notre série dédiée aux enjeux écologiques des élections municipales de 2020.

Dunkerque transition energetique CCI Hauts de france
Le territoire mise sur l'éolien en mer, l'hydrogène vert, le captage et stockage de CO2 et le GNL pour les navires.
@CCI Littoral-Hauts de France

C'est un pôle industriel majeur dans l’Hexagone. Le territoire de Dunkerque émet dix fois plus de gaz à effet de serre que la moyenne française. Le pari est donc loin d’être gagné pour remporter le titre de champion "des nouvelles énergies et de la transition écologique" qu'il s'est fixé. Et pourtant, c’est bien le chemin qu’il est en train de prendre.

Il faut dire qu’entre les Dunkerquois et l’énergie, c’est une longue histoire. En 1980, la plus grande centrale nucléaire de France s’installe à Gravelines, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Dunkerque. Le territoire accueille également deux raffineries, le premier port charbonnier français, et depuis peu une centrale thermique à gaz et un terminal méthanier. Ils côtoient une centrale éolienne, un réseau de chauffage urbain qui récupère de la chaleur industrielle fatale et des usines de production de biocarburants. Un champ qui s’élargit à l'hydrogène vert et à l’éolien en mer.

Se chauffer avec des éoliennes

La ville a inauguré le premier démonstrateur de "power to gas" (conversion d’électricité en gaz) en 2018. Il transforme le surplus d’électricité produit par les éoliennes et les panneaux photovoltaïques du territoire en hydrogène. Celui-ci est injecté à hauteur de 20 % dans les réseaux classiques de gaz pour chauffer une centaine de logements à Cappelle-la-Grande, à quelques kilomètres seulement de Dunkerque. La ville travaille également à la mise en place d’un nouveau carburant - l’hythane - composé de Gaz Naturel pour Véhicule (GNV) et de 20 % d’hydrogène vert. Il est testé sur la flotte de bus roulant déjà au GNV.

D’ici 2026, c'est un champ éolien en mer qui verra le jour au large de Dunkerque, le plus important en France à ce jour, avec une capacité de 600 mégawatts (MW) pour un tarif garanti d'achat de l'électricité produite inférieure à 50 euros le mégawattheure. Un pôle dédié à l’innovation énergétique, Euraénergie, est également porté par la Communauté urbaine de Dunkerque (CUD) dans le cadre de la 3e révolution industrielle théorisée par Jérémy Rifkin et mise en œuvre dans les Hauts-de-France.

Réduire l’empreinte carbone des industriels

Outre le développement des énergies renouvelables, le territoire entend aussi réduire ses émissions en misant sur ses fleurons industriels. Un démonstrateur de captage et stockage de CO2 vient ainsi d’être lancé par IFP Energies nouvelles (IFPEN), Total et Axens sur les hauts-fourneaux d’ArcelorMittal. L’objectif est de capter 0,5 tonne de CO2 par heure issu du gaz sidérurgique pour un coût inférieur à 30 euros par tonne de CO2.

La CUD, qui se situe au large d’une zone Seca (Zone de contrôle des émissions atmosphériques), s'attaque également à la pollution engendrée par les navires. Une station-service au gaz naturel liquéfié (GNL) a été installée dans le terminal méthanier du port afin d’approvisionner jusqu’à 3 000 camions-citernes par an mais surtout alimenter le "Honfleur", premier ferry propulsé au GNL de la compagnie Brittany Ferries, un carburant bien moins polluant que le fioul marin.

Cette transition énergétique se fait main dans la main avec les acteurs industriels et portuaires. En juillet dernier, plusieurs d’entre eux ont signé un pacte pour une neutralité carbone d'ici 2050. "Afin d’éviter à nouveau des délocalisations et des désindustrialisations, l’heure est venue d’investir massivement dans l’innovation pour faire de l’industrie européenne, le champion de la neutralité carbone", explique la Chambre de commerce et d’industrie Littoral Hauts-de-France.  

Concepcion Alvarez, @conce1    


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Hiver chauffage penurie sobriete energetique istock Helin Loik Tomson

Gaz, nucléaire, renouvelables : la France est-elle assez armée pour passer l’hiver ?

Face aux risques d’approvisionnement énergétique, jugés quasi-inévitables cet hiver, et à la sécheresse qui frappe tout le pays, le gouvernement se veut rassurant. Un plan élaboré avec les entreprises devrait voir le jour à la rentrée. Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a aussi appelé...

Ampoule eteinte sobriete energetique pixabay neymark195

Plan de sobriété énergétique : les leviers les plus importants manquent encore à l'appel

Face aux risques de pénurie d'énergie annoncés l'hiver prochain, le gouvernement a lancé fin juin plusieurs groupes de travail réunissant les administrations publiques, les entreprises privées, les partenaires sociaux, les acteurs de la grande distribution et des experts de la transition. L'objectif...

Ministere de la transition ecologique action militante mur de parpaings terres de luttes

La planification écologique vue par Emmanuel Macron à travers la partition des compétences des ministères de l'Écologie et de l'Énergie

Les décrets de répartition des compétences des différents ministères ont été publiés au Journal officiel jeudi 2 juin. La transition énergétique, le nucléaire et la décarbonation des transports routiers reviennent à Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique. Le logement, la...

Duo planification ecologique

Agnès Pannier-Runacher et Amélie de Montchalin : les deux jambes d’Elisabeth Borne pour mener à bien la planification écologique

Après de longs jours d'attente, le gouvernement d'Elisabeth Borne a été dévoilé ce vendredi 20 mai en milieu d'après-midi. Les nominations des deux ministres chargées de mener à bien la transition au côté de la Première ministre étaient très attendues par les spécialistes de l'écologie. Il s'agit...