Publié le 29 janvier 2020

ÉNERGIE

Uber émet autant de CO2 que 250 000 voitures chaque année à Paris et Londres

[MAJ le 29/01] Alors que le géant des VTC fait face à des scandales à répétition concernant des agressions sexuelles et des usurpations d’identité de la part de ses chauffeurs, il doit aussi faire face à une polémique concernant son impact environnemental. Selon les calculs d’une coalition d’ONG, Uber émettrait autant de CO2 que 250 000 voitures chaque année à Paris et Londres. 

Uber congestion pollution climat TE
Uber compterait au moins 30 000 chauffeurs en France, principalement en Ile-de-France.
@T&E

Au départ, l’objectif était de réduire la dépendance aux voitures individuelles et de faire baisser leur nombre en ville pour aller vers une mobilité plus partagée. Mais dix ans après son implantation, force est de constater qu’Uber n’a pas vraiment contribué à réduire la congestion urbaine ni la pollution. C’est ce que révèle une étude (1) publiée par une coalition d’ONG parmi lesquelles Transport & Environment (T&E). Rien qu'à Paris et Londres, le leader des VTC émettrait chaque année autant de CO2 que 250 000 voitures.

"Nous avons établi une forte corrélation entre la hausse de la pollution de l’air, les émissions de CO2 et l’arrivée des VTC, notamment du leader Uber, à Paris et à Londres, explique Yoann Le Petit, expert en mobilité chez T&E. Nous n’avons pas pris en compte les kilomètres évités grâce à Uber car les données que nous avions ne nous ne le permettaient pas, mais selon différentes études, on s'aperçoit qu’Uber remplace majoritairement des trajets qui auraient été faits en transports en commun, en vélo voire à pied."

Intensification du trafic

L’étude démontre même que la plupart des trajets effectués en Uber se terminent dans un rayon de 200 mètres autour d’une station de métro. "L'entreprise et les services similaires intensifient donc le trafic et accroissent le nombre de kilomètres parcourus dans les zones urbaines", alertent les ONG. "Aux émissions de gaz à effet de serre s'ajoute également une pollution aux particules fines, alors qu'en France 90 % des VTC enregistrés sont des véhicules diesel", précisent-elles. Si Uber "veut se montrer à la hauteur des valeurs qu'elle affiche, elle doit réduire à zéro les émissions de ses courses d'ici à 2025 (engagement pris à Londres, ndr)", réclame Yoann Le Petit.  

Le groupe américain compte 3,5 millions d'usagers à Londres, et 2,7 millions en France (selon les données de 2017 et 2018). Il assure, de son côté, "s’engager à aider les gens et les villes à passer d'un mode de transport trop dépendant de la possession d'une voiture individuelle à un avenir où la mobilité est partagée et électrique". "Pour ce faire, nous travaillons activement avec les villes européennes pour améliorer l'accès à des modes de transport propres, sûrs et abordables", fait savoir un porte-parole d’Uber.  

Un sujet à l'agenda des municipales

Selon une étude de 2018 réalisé par le cabinet 6t pour Uber, "l'impact sur le volume de trafic régional est compris entre -0,6 % et + 0,9 % pour l'année 2017". 17% des utilisateurs d’Uber déclarent par ailleurs avoir abandonné (au moins) une voiture sans la remplacer, ce qui aurait permis d’éviter "1,5 à 3 millions de kilomètres en Île-de-France par jour". Uber précise également que les trajets en VTC font en moyenne neuf kilomètres.  

En France, 3 400 véhicules Uber sont à ce jour électriques ou hybrides (Uber Green) sur quelque 30 000 chauffeurs utilisant l'application. La route est donc encore longue. Mais le groupe fait savoir qu’un bonus de 4 000 € est proposé pour passer à l'électrique. Il se targue aussi de disposer d’une multitude d’options de mobilités via son application : Uber Green, Uber Pool pour partager son trajet, vélos et trottinettes électriques, l’option transports en commun et bientôt les scooters électriques Cityscoot.

Les ONG entendent profiter des municipales de mars 2020 pour alerter candidats et électeurs et faire pression sur l'entreprise. À New York, les licences d'Uber et Lyft ont été gelées, des règles pour limiter la circulation à vide instaurées et un péage urbain est en projet. Londres est allé jusqu'à retirer sa licence à Uber (une seconde fois) en raison de l'usurpation d'identité de ses chauffeurs qui ne permet pas de garantir la sécurité des passagers.

Concepcion Alvarez @conce1 

(1) Voir l'étude 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Face aux scandales à répétitions, Uber doit muscler sa RSE pour éviter la sortie de route

Agressions sexuelles et usurpation d’identité de la part des chauffeurs, contribution à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre ou manque de responsabilité sociale et fiscale… Les casseroles liées à la responsabilité sociétale de l'entreprise (RSE) s’accumulent pour Uber et...

L'interdiction d'Uber à Londres prouve que la RSE devient la nouvelle "licence to operate"

Fin septembre, Uber se faisait retirer sa licence d’exploitation par l’autorité de transports de Londres. Une décision motivée par un manque de responsabilité sociale de l'entreprise (RSE). Une première qui pourrait bien faire école.

"Désormais, nous faisons ce qui est bien", assure le nouveau patron d’Uber

L'américain Uber a détaillé mardi sa nouvelle "culture" d'entreprise, censée être plus apaisée, dernière tentative en date de la nouvelle direction pour améliorer l'image sulfureuse du groupe de réservation de voitures avec chauffeur.

Au Royaume-Uni, Uber contraint de salarier ses chauffeurs

Nouveau revers pour Uber au Royaume-Uni. Le tribunal de Londres a estimé que la plateforme devait salarier ses chauffeurs, alors qu'ils sont aujourd'hui indépendants. L'entreprise californienne a décidé de déposer un ultime recours mais ce cas pourrait bien faire jurisprudence et mettre à...

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Velotaf mairie de paris

[Bonne nouvelle] La France triple le budget du plan vélo en raison de son succès pendant le déconfinement

Face au succès du vélo depuis le déconfinement, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a annoncé le triplement du budget du plan vélo passant de 20 à 60 millions d'euros. Elle ambitionne de faire de la France une "nation du vélo". Pour célébrer cette nouvelle dynamique elle...

Emmanuel Macron Automibile Valeo LudovicMatin AFP

Le pari à huit milliards d’euros d’Emmanuel Macron pour sauver la filière auto en grand danger

Passer d’un modèle mondialisé à flux tendu de véhicules thermiques à bas coût, vers un modèle relocalisé de véhicules électriques et hybrides à haute valeur ajoutée… Tel est le plan d’Emmanuel Macron pour sauver la filière automobile française mise à mal par la crise du Covid-19, mais aussi par sa...

Velo mairie de paris

Vélo, covoiturage, trottinette… Les entreprises sont invitées à verser un forfait mobilités durables à leurs salariés

Pour éviter la congestion routière et la pollution de l'air liée aux voitures, les entreprises peuvent inciter leurs salariés à utiliser des modes de transports durables comme le vélo, la trottinette ou encore le covoiturage. Pour cela, elles ont la possibilité de mettre en place un "forfait...

Velo villes deconfinement

Le gouvernement mise sur le vélo pour la sortie du confinement avec un plan à 20 millions d'euros

Des pistes temporaires, un forfait réparation de 50 euros ou encore des formations gratuites : le gouvernement lance un plan vélo de 20 millions d'euros afin de mettre les Français en selle à la sortie du confinement. Le vélo constitue en effet une solution alternative à la voiture afin d'éviter à...