Publié le 26 août 2019

ÉNERGIE

Le troisième transporteur mondial, CMA CGM, s’engage à ne jamais emprunter les voies maritimes de l’Arctique

À la faveur du réchauffement climatique, la fonte des glaces de l'Arctique ouvre de nouvelles voies maritimes plus rapides et plus économes passant, entre autres au nord de la Sibérie. Si les transporteurs se saisissent de cette opportunité, le français CMA CGM s'engage à ne pas y avoir recours. Le Président du groupe dit vouloir préserver la biodiversité de ces régions encore préservées. 

Porte conteneurs Jules Vernes CMA CGM CMCGM
Le Français CMA CGM est le troisième transporteur maritime de la planète.
@CMACGM

"Nous cherchons en permanence à optimiser les routes maritimes pour réduire la distance et la consommation de carburant", a expliqué le patron de CMA CGM, Rodolphe Saadé, qui présentait à l'Elysée vendredi 23 août les travaux de la "coalition" du secteur maritime pour la protection de la planète, en amont du G7 de Biarritz.

"Il y a une voie maritime qui nous permettrait de diminuer de 40 % le trajet entre Shanghai et Rotterdam. Il s'agit de la route maritime du Nord, celle qui longe la côte de la Sibérie", a-t-il expliqué. "Rendue praticable par les conséquences du réchauffement climatique, elle constituerait un avantage concurrentiel majeur pour les compagnies maritimes."

"Mais l'Arctique est indispensable à la régulation des courants et du climat. Sa biodiversité est unique et encore méconnue", a remarqué le dirigeant. "C'est pourquoi j'ai décidé que nos navires n'emprunteraient pas la route du Nord. Et j'invite l'ensemble de l'industrie maritime à faire de même, afin de protéger cet espace naturel encore préservé", a déclaré Rodolphe Saadé.

Une à deux semaines de plus

Le passage du Nord-Est, dit route du Nord, est une voie maritime qui permet de relier l'Asie à l'Europe par le détroit de Béring et l'Arctique, en longeant la côte nord de la Russie. Plus courte de 4 000 km au moins, cette voie maritime permet de gagner en temps - une à deux semaines - et en carburant par rapport à la route classique via le canal de Suez.

Elle devient praticable grâce au réchauffement climatique, même si les navires doivent encore être accompagnés de brise-glace, comme l'a fait un porte-conteneurs du groupe danois Maersk en septembre 2018. La Chine et la Russie misent beaucoup sur ce nouvel axe, mais les défenseurs de l'environnement s'inquiètent des risques de pollution et des atteintes à la biodiversité.

Des porteurs de projets usés

Rodolphe Saadé a par ailleurs réitéré l'engagement de CMA CGM de choisir le gaz naturel liquéfié (GNL), moins polluant, pour ses futurs porte-conteneurs géants. Celle-ci engage notamment dix armateurs français à œuvrer pour la protection des cétacés, la réduction de l'impact sonore sous-marin, la diminution des émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre, l'optimisation de la performance énergétique, une meilleure définition des routes maritimes et la sensibilisation des passagers.

Le président d'Armateurs de France - et patron de Brittany Ferries - Jean-Marc Roué a profité de l'occasion pour insister sur l'enjeu de la décarbonation du secteur, d'autant que l'investissement maritime se fait sur le long terme. "Je vous invite (...) à lancer dès 2020 un changement profond dans la vision de la fourniture en énergie de notre pays, et notamment pour les carburants et autres solutions décarbonés. Ces solutions existent, mais sont beaucoup trop issues de source fossile", a-t-il lancé au président français Emmanuel Macron.

"Beaucoup de porteurs de projets sont usés des discussions sans fin et abandonnent", a-t-il déploré, estimant que la France devrait être "le moteur" de cette ambition auprès de la nouvelle Commission européenne, avec "bien entendu un budget alloué".

La rédaction avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Greve ratp questions

Chaos dans les transports publics : le pari risqué de l'ouverture à la concurrence

Journées de 13 heures, conflits à gérer, salaires jugés insuffisants... Les salariés des transports en commun en Île-de-France craignent une dégradation de leurs conditions de travail, déjà difficiles, avec l'ouverture à la concurrence. Celle-ci se déroule progressivement, sous le signe d'une...

Galere transports franciliens

Bus, métros, RER... Les difficultés s'accumulent sur le réseau de transport francilien, freinant la décarbonation de la mobilité

Alors que les transports en commun sont la clé de la décarbonation, le réseau francilien est au bord du chaos. Attentes interminables, foule qui se presse aux portes, rames bondées... Le service, réduit pendant la pandémie de Covid-19, n'a pas repris à 100%. Pourtant, les besoins augmentent chaque...

Covoiturage ecov ligne

Plan covoiturage : le gouvernement veut en faire un transport en commun comme les autres

Le covoiturage prend sa place dans l'arsenal de la mobilité durable et partagée. 150 millions d'euros lui sont alloués par le gouvernement pour tripler son usage d'ici 2027. Lignes de covoiturage avec arrêts dédiés, voies réservées, plateformes en ligne... Tous les moyens sont bons pour encourager...

Trafic automobile voitures pollution air istock

L’industrie automobile en route vers l’électrification peine encore à changer de modèle

L’industrie automobile apparaît bien engagée pour passer au véhicule électrique, les annonces en ce sens se multipliant sous l'effet du durcissement des normes. Mais la transition se passe moins facilement qu'il n'y parait car les constructeurs automobiles demeurent encore bien accros au moteur...