Publié le 11 septembre 2022

ÉNERGIE

Espagne : des trains gratuits pour encourager la mobilité durable et lutter contre l’inflation

Prendre le train gratuitement, c’est maintenant possible pour des milliers d’Espagnols. Face à l’augmentation des prix du carburant, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures visant à favoriser l’usage des transports publics jusqu’à la fin de l’année 2022. Un dispositif bon pour le porte-monnaie des voyageurs, mais aussi pour la planète, qui fait son chemin un peu partout en Europe.

Trains gratuits espagne mobilite durable THOMAS COEX AFP
Dès le 1er septembre, les Espagnols ont été au rendez-vous pour récupérer leur passe gratuit.
THOMAS COEX / AFP

Ils sont déjà plus de 600 000 passagers à en profiter. Depuis le 1er septembre, les Espagnols peuvent voyager gratuitement sur plusieurs lignes ferroviaires du pays, et ce jusqu’au 31 décembre 2022. L’initiative s’applique aux réseaux régionaux "Media Distancia" et aux réseaux de banlieue "Cercanías", circulant autour des grandes villes comme Madrid, Barcelone ou Séville. 

Pour en bénéficier, les voyageurs doivent se procurer un passe valable quatre mois et s’acquitter d’une caution de 10 à 20 euros qui leur sera remboursée s’ils ont effectué au moins 16 trajets d’ici la fin de l’année. Seuls les abonnements sont concernés, les tickets à l’unité n’étant pas pris en charge. 75 millions de trajets devraient être couverts par cette remise selon la Renfe, la société de chemins de fers espagnols. 

En parallèle, le gouvernement a instauré une réduction de 30 % sur les tarifs des services de transport en commun, comme le bus et le métro, incitant par ailleurs les municipalités à faire un effort complémentaire. Une enveloppe totale de plus de 200 millions d'euros a été débloquée pour financer l’opération, qui pourra être prolongée "si nécessaire" selon Raquel Sánchez, la ministre des Transports.

Limiter les dépenses et l’empreinte carbone

Ces mesures exceptionnelles, annoncées en juillet dernier par le premier ministre Pedro Sanchez, visent à contrer la hausse des prix liée à la guerre en Ukraine, alors que l’inflation a dépassé cet été la barre des 10 %. L’objectif est également d’encourager l’usage des transports publics pour limiter l’empreinte carbone du pays. "Nous voulons soulager les citoyens qui souffrent beaucoup de l'augmentation des prix du carburant. L'initiative permet aux gens d’opter pour un moyen de transport plus durable et, en même temps, de réduire la facture énergétique de l'Espagne", souligne César Ramos, député du parti socialiste ouvrier espagnol, dans les pages du quotidien El País.

Sur les quatre mois du dispositif, les économies réalisées pourraient par exemple aller jusqu’à 370 euros pour une personne voyageant dans la région de Madrid, et même jusqu’à 1300 euros pour un usager régulier de la ligne Séville-Cadix d’après un communiqué du ministère des Transports, de la mobilité et des programmes urbains. Côté environnemental, "chaque trajet transféré d’un véhicule privé vers les transports collectifs permettra d’éviter en moyenne entre 73 % et 80 % d’émissions de CO2", affirme le ministère.

Vers une mobilité européenne plus durable 

La gratuité permettra-t-elle d’amorcer une transition vers une mobilité plus durable ? Pour María Eugenia López, directrice adjointe du Centre de recherche sur les transports de l'Université polytechnique de Madrid, l’initiative est trop brève pour impulser un véritable changement. "C'est une bonne occasion pour réaliser un changement massif des moyens de transport, mais il est très optimiste de penser qu'avec une mesure aussi temporaire, les gens vont abandonner la voiture et passer au train", affirme-t-elle au journal El País. En outre, une partie du territoire, mal desservie par les réseaux régionaux et éloignée des grands centres urbains, ne bénéficie pas des remises.

Si certains experts pointent ainsi les limites de l'opération, l’Espagne s’inscrit dans une dynamique européenne croissante. Après l’Autriche, et son ticket climat à 3 euros par jour pour voyager sur l’ensemble des transports en commun du pays, l’Allemagne a lancé durant l’été un billet mensuel au prix de 9 euros. Une expérimentation qui a rencontré un franc succès, avec près de 52 millions de passes vendus en seulement trois mois, permettant d’éviter l’émission d’1,8 million de tonnes de CO2. En France, le déploiement d’une mesure similaire se fait attendre, malgré les appels des ONG environnementales. 

Florine Morestin


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Greve ratp questions

Chaos dans les transports publics : le pari risqué de l'ouverture à la concurrence

Journées de 13 heures, conflits à gérer, salaires jugés insuffisants... Les salariés des transports en commun en Île-de-France craignent une dégradation de leurs conditions de travail, déjà difficiles, avec l'ouverture à la concurrence. Celle-ci se déroule progressivement, sous le signe d'une...

Galere transports franciliens

Bus, métros, RER... Les difficultés s'accumulent sur le réseau de transport francilien, freinant la décarbonation de la mobilité

Alors que les transports en commun sont la clé de la décarbonation, le réseau francilien est au bord du chaos. Attentes interminables, foule qui se presse aux portes, rames bondées... Le service, réduit pendant la pandémie de Covid-19, n'a pas repris à 100%. Pourtant, les besoins augmentent chaque...

Covoiturage ecov ligne

Plan covoiturage : le gouvernement veut en faire un transport en commun comme les autres

Le covoiturage prend sa place dans l'arsenal de la mobilité durable et partagée. 150 millions d'euros lui sont alloués par le gouvernement pour tripler son usage d'ici 2027. Lignes de covoiturage avec arrêts dédiés, voies réservées, plateformes en ligne... Tous les moyens sont bons pour encourager...

Trafic automobile voitures pollution air istock

L’industrie automobile en route vers l’électrification peine encore à changer de modèle

L’industrie automobile apparaît bien engagée pour passer au véhicule électrique, les annonces en ce sens se multipliant sous l'effet du durcissement des normes. Mais la transition se passe moins facilement qu'il n'y parait car les constructeurs automobiles demeurent encore bien accros au moteur...