Publié le 10 septembre 2018

ÉNERGIE

Début du procès de Volkswagen sur le Dieselgate en Allemagne

Le premier procès majeur contre Volkswagen pour avoir truqué des moteurs diesel s'ouvre lundi 10 septembre en Allemagne, près de trois ans après l'éclatement de ce scandale au retentissement mondial, qui a précipité le déclin de cette technologie.

Volkswagen JULIAN STRATENSCHULTE DPA dpa Picture Alliance AFP
Le Dieselgate a déjà coûté 27 milliards d'euros à Volkswagen.
@JulianStratenschulte/DPA

Le tribunal régional de Brunswick doit déterminer si le géant de l'automobile aurait dû informer plus tôt les marchés financiers de la tricherie, pour épargner de lourdes pertes à ses actionnaires, qui réclament au total environ 9 milliards d'euros d'indemnités.

Pour le premier constructeur mondial, dont les douze marques et les puissantes berlines font la fierté de l'Allemagne exportatrice, le séisme remonte au vendredi 18 septembre 2015. En plein Salon de l'auto de Francfort, les autorités américaines accusent le groupe d'avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel d'un logiciel capable de fausser le résultat des tests antipollution.

Dès l'ouverture de la Bourse le lundi suivant, le titre Volkswagen s'enfonce jusqu'à perdre 40 % en deux jours - une chute qui a poussé plus de 3 000 investisseurs à attaquer le géant en justice. Le problème central soumis au tribunal de Brunswick est de savoir si le géant allemand a manqué à son obligation de publier en temps utile "toute information interne" susceptible d'influer sur l'action.

Une tricherie isolée ?

Les avocats de DeKa, l’un des plaignants, assurent que la direction du groupe connaissait l'existence du logiciel truqueur, mis en place dès 2008 pour conquérir le marché américain du diesel, aux normes antipollution plus exigeantes qu'en Europe.

Volkswagen assure à l'inverse qu'une poignée d'ingénieurs ont organisé la tricherie à l'insu de leurs supérieurs, et que les informations connues des dirigeants ne les obligeaient pas à s'adresser aux marchés. Le rôle de Martin Winterkorn, ingénieur de métier resté aux commandes de Volkswagen de 2007 à 2015 et qui se vantait de connaître "chaque boulon" de ses modèles, devrait être particulièrement scruté.

L'audience de Brunswick est loin d'être la seule procédure en cours dans le cadre du "dieselgate", qui a déjà coûté à Volkswagen plus de 27 milliards d'euros en rappels de véhicules et frais de justice. Plusieurs parquets allemands ont ouvert des enquêtes pour fraude, manipulation de cours de Bourse ou publicité mensongère contre des salariés de Volkswagen mais aussi ses marques Audi et Porsche, ainsi que Daimler et l'équipementier Bosch.

Action du gouvernement

Rupert Stadler, patron d'Audi, est toujours en détention provisoire et soupçonné de "fraude" et complicité d'"émission de faux certificats". À Stuttgart, des centaines d'investisseurs présents au capital de Porsche SE, actionnaire principal de Volkswagen, réclament eux aussi des indemnités. Mais ce procès, qui doit s'ouvrir mercredi, pourrait être interrompu en attendant le dénouement à Brunswick.

Enfin, le gouvernement allemand a ouvert en mai la voie à des procédures collectives de consommateurs, permettant une possible action groupée contre VW avant la fin de l'année. "Quelque 2 millions de propriétaires pourraient en bénéficier", avait déclaré la ministre de la Justice, Katarina Barley.

Au-delà du front judiciaire, le scandale a accéléré le déclin du diesel, inventé en Allemagne et longtemps subventionné pour ses faibles émissions en CO2, même s'il émet plus d'oxydes d'azote (NOx) que les moteurs à essence. La part de cette motorisation, dans les ventes de voitures neuves en Allemagne, est tombée de 46 % en août 2015 à 32,6 % le mois dernier, même si constructeurs et politiques allemands martèlent que le diesel "a un avenir".

Les voitures diesel risquent par ailleurs d'être bannies de plusieurs villes allemandes en raison de leur niveau de pollution : après Hambourg, Francfort devrait interdire la circulation à certains modèles dès février 2019.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Manifestation Anti SUV de Greenpeace en Allemagne DanielMuller Greenpeace

Salon de Francfort : Greenpeace dénonce l'impact de l'automobile sur la planète

Près d'un dixième des émissions mondiales de gaz à effet de serre. C'est, selon l'ONG environnementale Greenpeace, le bilan carbone 2018 de l'industrie automobile, pointée du doigt pour son impact sur l'environnement. Un calcul choc juste avant le lancement du salon automobile de Francfort, en...

Les francais prennent de plus en plus le train

Record de voyageurs en train : le patron de la SNCF y voit une prise de conscience écologique

C'est un succès pour Guillaume Pepy. Le président de la SNCF a annoncé un trafic record de 26 millions de passagers cet été. Pour lui, pas de doute, cette croissance s'explique par une prise de conscience écologique de la part des Français, au détriment de l'avion. Le flygskam, la honte de prendre...

Porte conteneurs Jules Vernes CMA CGM CMCGM

Le troisième transporteur mondial, CMA CGM, s’engage à ne jamais emprunter les voies maritimes de l’Arctique

À la faveur du réchauffement climatique, la fonte des glaces de l'Arctique ouvre de nouvelles voies maritimes plus rapides et plus économes passant, entre autres au nord de la Sibérie. Si les transporteurs se saisissent de cette opportunité, le français CMA CGM s'engage à ne pas y avoir recours. Le...

Tunnel Lyon Turin LGV France Italie NicolasLiponne NurPhoto

La ligne grande vitesse Lyon-Turin fait dérailler la majorité italienne

La ligne à grande vitesse (LGV) entre Lyon et Turin est un vieux projet controversé. Conçu pour traverser les Alpes afin de faciliter les échanges entre les deux pays, le chantier est pharaonique puisqu’il s’agit, entre autres, de forer un tunnel de 57 kilomètres ! Le retard est si considérable que...