Publié le 14 novembre 2019

ÉNERGIE

[Génération climat] Les jeunes mettent les énergies fossiles au ban et ça marche !

Ce qui a démarré par la révolte d’une poignée d’étudiants américains est devenu en quelques années un mouvement international baptisé "Go Fossil Free" (Sortir des énergies fossiles). Aujourd’hui, il se targue de réunir plus de 1 100 institutions, pesant 11 500 milliards de dollars, et 58 000 particuliers engagés à ne plus soutenir le charbon, le pétrole et le gaz. Voici le huitième épisode de notre série consacrée à la mobilisation des jeunes pour le climat.

Divest invest go fossil free 350 org fossil free
Les actifs dédiés au désinvestissement atteignent plus de 11 000 milliards de dollars en novembre 2019.
@FossilFree

C’est dans un petit campus américain de la banlieue de Philadelphie, le Swarthmore College, que l’histoire a démarré en 2011. De retour d’un voyage dans les Appalaches, une poignée d’étudiants, inquiets des ravages de l’extraction du charbon sur l’environnement, a décidé de faire pression pour que les fonds d’investissement de leur université se retirent des énergies fossiles.

Ils sont alors soutenus par le Wallace Global Fund et l’association 350.org, créée par le militant Bill McKibben, pour lancer d’autres campagnes de désinvestissement à travers le pays. Leur objectif ? Convaincre les institutions de désinvestir des combustibles fossiles. Le Hampshire College, dans le Massachusetts, est le premier à franchir le pas.

Un mouvement qui fait tache d’huile

Première victoire pour ce qui deviendra un mouvement international de désinvestissement qui s’inspire de celui mené dans les années 80 par des étudiants pour lutter contre l’apartheid. 155 campus avaient alors appelé au boycott des entreprises collaborant avec l’Afrique du Sud. Après celle du Massachusetts, ce sont les universités de Stanford et Yale qui suivirent, rejointes par Glasgow puis Oxford, de ce côté-ci de l’Atlantique. Aujourd’hui, ce sont plus de 170 campus qui ont pris des mesures pour se désengager de tout ou partie des fossiles (15 % des institutions). Nous sommes passés de 52 milliards de dollars désinvestis en 2014 à plus de 11 000 milliards de dollars en novembre 2019, soit une augmentation de 22 000 %.

Plus de 1 110 institutions et 58 000 particuliers sont maintenant mobilisés pour exclure le charbon, le pétrole et le gaz. Le mouvement inclut désormais des fonds souverains, des banques, des gestionnaires d'actifs, des compagnies d'assurance, des villes, des fonds de pension, des groupes confessionnels et des fondations. On trouve ainsi le Fonds souverain norvégien, le plus important au monde, le fonds Rockefeller Brothers, la British Medical Association, Amundi Asset Management, la Caisse des Dépôts, ou encore New York City.

Un risque pour l’industrie fossile

"La portée de ce mouvement mondial est énorme, estime 350.org dans un rapport publié en septembre (1). Les sociétés pétrolières comme Shell pointent maintenant le désinvestissement comme un risque matériel pour l’entreprise. Récemment, le numéro 1 de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) a également déclaré que le mouvement climatique est la plus grande menace qui pèse sur l'industrie."

Dans une publication d’octobre 2018, la banque d’investissement Goldman Sachs a estimé que le mouvement de désinvestissement du charbon a été un facteur clé dans la baisse de 60 % de la notation du secteur ces cinq dernières années. Un récent rapport a aussi démontré que Blackrock - le plus grand gestionnaire d’actifs au monde – avait fait perdre 90 milliards de dollars à ses clients depuis dix ans en misant sur les énergies fossiles.

En France, le collectif Sciences Po Zéro Fossile demande la fin du partenariat entre Total et l'école. Selon les étudiants, l’influence de la société pétrolière et gazière se manifeste dans le contenu des cours, le choix des intervenants et dans les offres de stage ou d’emploi. Ils dénoncent aussi une faible part des enseignements dévolus aux énergies renouvelables.  

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir l'étude de 350.org. 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le plus puissant gestionnaire d’actifs au monde, BlackRock a perdu 90 milliards de dollars en misant sur les énergies fossiles

Trop investi dans des entreprises liées aux énergies fossiles, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, l’américain BlackRock a perdu ou à loupé des opportunités évaluées à 90 milliards de dollars ces dix dernières années, selon un institut spécialisé. Aujourd’hui, seulement 0,8 % du...

Énergies fossiles : dialoguer ou désinvestir, quel choix pour les investisseurs ?

Chez les investisseurs du monde entier, le charbon n’a plus bonne presse. Difficile pour des banques, assureurs ou fonds de pension ayant pignon sur rue, de garder dans ses portefeuilles ce symbole du réchauffement climatique. Faut-il maintenant élargir le désinvestissement aux autres...

[Génération climat] Former les enseignants aux enjeux écologiques pour créer des écocitoyens éclairés, une nécessité

Comment sensibiliser les enfants aux enjeux écologiques mais aussi répondre aux inquiétudes des élèves angoissés par les scénarios catastrophes sur le climat ? Plusieurs enseignants réunis sous le collectif Profs en Transition réclament une formation du corps éducatif en primaire, collège...

[Génération climat] La désobéissance civile : des actions radicales qui attirent une jeunesse dans l'urgence

Les actions de désobéissance civile connaissent un nouveau souffle en France, en partie portées par un attrait de la jeunesse pour des méthodes plus radicales. Les pétitions et les marches ne suffisent plus à répondre au sentiment d'urgence de cette génération, la première à connaître les...

[Génération climat] Leah, Robin, Lilly, Catarina… Les autres Greta Thunberg à travers le monde

Point de Greta-bashing dans cet article mais non, il ne s'agit pas de la seule représentante de la jeunesse mobilisée sur le climat. Elles s'appellent Leah, Ralyn ou Catarina...Et chaque jour, elles se battent pour faire avancer la cause climatique en Ouganda, en Thaïlande. Pour le...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Baisse historique du charbon dans la production électrique mondiale en 2019

C'est un premier signal positif de la mutation qu'est entrée d'opérer le secteur énergétique vers un monde bas-carbone. Le charbon est en passe de connaître un recul historique dans la production électrique mondiale en 2019, selon les premières estimations de Carbon Brief. L'Union européenne, les...

Centrale charbon chine Kleineolive

À la veille de la COP25, la Chine pointée du doigt pour son addiction au charbon

Après la sortie officielle des Etats-Unis de l'Accord de Paris, c'est un bien mauvais signal envoyé à la communauté internationale à quelques jours de la COP25. Dans un nouveau rapport du Global Energy Monitor, la Chine est de nouveau pointée du doigt pour sa production électrique au charbon. Après...

Export : la France officialise la fin des aides au charbon, mais préserve le pétrole et le gaz

Dans le projet de loi de Finances 2020, voté par les députés en première lecture mardi 15 novembre, le charbon est désormais officiellement exclu des garanties à l'export, à quelques exceptions près. Il est rejoint par les hydrocarbures non conventionnels et le torchage de routine, qui sont...

Divest invest go fossil free 350 org fossil free

[Génération climat] Les jeunes mettent les énergies fossiles au ban et ça marche !

Ce qui a démarré par la révolte d’une poignée d’étudiants américains est devenu en quelques années un mouvement international baptisé "Go Fossil Free" (Sortir des énergies fossiles). Aujourd’hui, il se targue de réunir plus de 1 100 institutions, pesant 11 500 milliards de dollars, et 58 000...