Publié le 26 avril 2018

ÉNERGIE

Un collectif d’étudiants de Sciences Po demande la fin du partenariat entre Total et l’école

Alors que le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles a pris racine dans les universités américaines, puis s'est propagé aux universités anglaises, la mobilisation des étudiants de Science Po constitue une première en France. Ils appellent à cesser le partenariat financier qui lie Total avec l'école depuis 2011.

Science po
Total verserait chaque année 200 000 euros à Science Po Paris via sa fondation.
@Science Po Paris

C’est un mariage un peu particulier qui a été simulé dans l’enceinte de l’école de la rue Saint-Guillaume fin mars par le collectif Sciences Po Zéro Fossile, celui de Sciences Po et Total. "Une union ratée et vouée à l’échec", selon les étudiants. Ils appellent la direction de l’école à cesser son partenariat avec le pétrolier et à refuser tout lien financier avec l’industrie fossile.

Une campagne qui s’inscrit dans le mouvement mondial Zéro Fossile qui a pris racine dans les universités américaines puis anglaises mais qui peine à prendre sur les campus français. L’action des étudiants de Sciences Po constitue une première en France.

"Soutenir l’industrie fossile apparaît comme une claire contradiction avec les missions de l’école. Sciences Po n’accepte plus les partenariats avec l’industrie des armes et du tabac. Pourquoi alors légitimer les choix industriels et l’influence politique destructrice de Total en acceptant un partenariat stratégique?", dénonce l’association.

Plus de 6 000 milliards de dollars d'actifs

Selon le collectif Sciences Po Zéro Fossile, l’influence de la société pétrolière et gazière se manifeste dans le contenu des cours, le choix des intervenants et dans les offres de stage ou d’emploi. Les étudiants dénoncent aussi une faible part des enseignements dévolus aux énergies renouvelables, ce que conteste la direction. Un "comité des dons", destiné à évaluer de manière indépendante les partenariats de l’école, va toutefois être mis en place.

Le mouvement international de désinvestissement de l’argent placé dans les compagnies minières, pétrolières et gazières s’inspire de celui mené dans les années 80 par des étudiants pour lutter contre l’apartheid. 852 institutions y adhèrent désormais. Elles représentent plus de 6 000 milliards de dollars d’actifs.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Centrale a Charbon de Cordemais EDF EDFCordemais

Le gouvernement remet en cause la sortie du charbon en 2022 pour la plus grande centrale française

L’une des grandes promesses d’Emmanuel Macron en matière de transition énergétique est la fin du charbon en France en 2022. Le chef de l’État a assuré que toutes ces centrales fermeront "pendant le quinquennat". Pourtant, cet engagement pourrait bien être légèrement altéré en autorisant l’unité de...

Centrale a charbon gardanne bouches du rhone uniper wikipedia Foudebassans

Sortie du charbon en 2022 : un casse-tête social et technique

En pleines fêtes de Noël, les salariés des centrales à charbon de Gardanne dans les Bouches-du-Rhône et de Saint-Avold en Moselle, apprenaient que leurs usines allaient bientôt tomber entre les mains du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Alors que leur fermeture a été actée pour 2022, ce rachat...

Centrale a charbon pixabay 2

L'Union européenne exclura les centrales à charbon du mécanisme de capacité à partir de 2025

Les négociateurs des États membres de l'Union européenne et du Parlement européen se sont accordés sur la refonte du marché de l'électricité, qui préserve les tarifs réglementés et prévoit une fin des subventions pour le charbon en 2025, selon des communiqués des deux institutions.

Centrale a Charbon Saint Avold en France Uniper

Le milliardaire Daniel Kretinsky va racheter deux centrales à charbon en France, dont la fermeture est prévue pour 2022

Le groupe d'énergie allemand Uniper a annoncé qu'il s'apprête à négocier la vente de l'ensemble de ses activités françaises à EPH, une holding dans l'énergie aux mains du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Ce dernier a fait fortune en rachetant des centrales à charbon à travers l’Europe.