Publié le 26 avril 2018

ÉNERGIE

Un collectif d’étudiants de Sciences Po demande la fin du partenariat entre Total et l’école

Alors que le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles a pris racine dans les universités américaines, puis s'est propagé aux universités anglaises, la mobilisation des étudiants de Science Po constitue une première en France. Ils appellent à cesser le partenariat financier qui lie Total avec l'école depuis 2011.

Total verserait chaque année 200 000 euros à Science Po Paris via sa fondation.
@Science Po Paris

C’est un mariage un peu particulier qui a été simulé dans l’enceinte de l’école de la rue Saint-Guillaume fin mars par le collectif Sciences Po Zéro Fossile, celui de Sciences Po et Total. "Une union ratée et vouée à l’échec", selon les étudiants. Ils appellent la direction de l’école à cesser son partenariat avec le pétrolier et à refuser tout lien financier avec l’industrie fossile.

Une campagne qui s’inscrit dans le mouvement mondial Zéro Fossile qui a pris racine dans les universités américaines puis anglaises mais qui peine à prendre sur les campus français. L’action des étudiants de Sciences Po constitue une première en France.

"Soutenir l’industrie fossile apparaît comme une claire contradiction avec les missions de l’école. Sciences Po n’accepte plus les partenariats avec l’industrie des armes et du tabac. Pourquoi alors légitimer les choix industriels et l’influence politique destructrice de Total en acceptant un partenariat stratégique?", dénonce l’association.

Plus de 6 000 milliards de dollars d'actifs

Selon le collectif Sciences Po Zéro Fossile, l’influence de la société pétrolière et gazière se manifeste dans le contenu des cours, le choix des intervenants et dans les offres de stage ou d’emploi. Les étudiants dénoncent aussi une faible part des enseignements dévolus aux énergies renouvelables, ce que conteste la direction. Un "comité des dons", destiné à évaluer de manière indépendante les partenariats de l’école, va toutefois être mis en place.

Le mouvement international de désinvestissement de l’argent placé dans les compagnies minières, pétrolières et gazières s’inspire de celui mené dans les années 80 par des étudiants pour lutter contre l’apartheid. 852 institutions y adhèrent désormais. Elles représentent plus de 6 000 milliards de dollars d’actifs.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

Ouganda pxhere

La région des grands lacs africains et ses gisements pétroliers, terrain de jeu glissant pour Total

Total est doublement sous le coup de la loi sur le devoir de vigilance. Le groupe français vient d'être mis en demeure une seconde fois - et à une semaine d'intervalle - pour ne pas avoir pris de mesure de vigilance suffisante pour le climat et pour un méga-projet pétrolier en Ouganda. Des atteintes...

Un nouvel électricien, EPH, débarque en France et mise sur le charbon

Le groupe d'énergie allemand Uniper (ex-Eon) a annoncé la finalisation de la vente de l'ensemble de ses activités françaises à EPH, une holding dans l'énergie aux mains du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. Cela concerne en particulier deux centrales à charbon, dont la fermeture est prévue pour...

Loi énergie et climat : feu vert pour la fermeture des dernières centrales à charbon en France

Les députés ont donné leur feu vert pour la fermeture des quatre dernières centrales à charbon que compte la métropole d'ici 2022. Un décret plafonnera les émissions de gaz à effet de serre émises par les installations de production d'électricité à partir de combustibles fossiles, une façon de se...

[Bonne Nouvelle] Centrales à charbon : l’excellent bilan CO2 de Donald Trump !

Donald Trump avait promis de relancer l’industrie du charbon aux États-Unis, grande pourvoyeuse d’emplois. Mais face à la concurrence du gaz de schiste et des renouvelables, les incitations n’ont pas suffi et 50 tranches ont déjà fermé leurs portes depuis 2015 et 289 depuis 2010.