Publié le 02 août 2019

FINANCE DURABLE

Le plus puissant gestionnaire d’actifs au monde, BlackRock a perdu 90 milliards de dollars en misant sur les énergies fossiles

Trop investi dans des entreprises liées aux énergies fossiles, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, l’américain BlackRock a perdu ou à loupé des opportunités évaluées à 90 milliards de dollars ces dix dernières années, selon un institut spécialisé. Aujourd’hui, seulement 0,8 % du portefeuille de 6 500 milliards de dollars est investi dans des fonds à orientation environnementale ou sociale.

BlackRock le plus grand gestionnaire d'actifs au monde est à la tête 6 500 milliards de dollars.
@CCO

Ces dernières années, les investisseurs appellent de plus en plus les entreprises dont ils sont actionnaires à se désengager des énergies fossiles de crainte que le risque climatique ne pénalise ces actifs. L’étude de l’IEEFA (Institute for Energy Economics and Financial Analysis) a chiffré ce risque en prenant pour exemple le mastodonte BlackRock.

L’entreprise, qui gère 6 500 milliards de dollars d’actifs (l’équivalent de trois fois le PIB français), a perdu ou a subi un manque à gagner de 90 milliards d’euros depuis 10 ans. Selon le rapport de l'IEEFA, BlackRock "continue d'ignorer les graves risques financiers liés à l'investissement dans des sociétés dépendantes des combustibles fossiles" et est "toujours en retard sur le leadership en matière d'investissement durable".

L’IEEFA attribue ce manque à gagner de l’investisseur américain à cinq raisons. Premièrement, 75 % des pertes sont attribuables à l’investissement dans quatre entreprises qui ont sous-performé par rapport au marché : Exxon, Chevron, Shell et BP. Deuxièmement BlackRock a un faible contrôle sur près de 4 300 milliards de dollars d’actifs placés sur des fonds indiciels, c’est-à-dire une gestion passive basée sur l'évolution d'un indice boursier, très souvent lié au pétrole.

10 % des résolutions climat soutenues

Troisièmement l’IEEFA dénonce un conflit d’intérêts de BlackRock car six des 18 membres de son conseil de direction sont liés à des entreprises des énergies fossiles, comme Halliburton, GE ou BP. Quatrièmement, "seulement 0,8 % du portefeuille total de Blackrock est investi dans des fonds à orientation environnementale, sociale et de gouvernance (ESG)", expliquent les auteurs. Ce qui à l’échelle de BlackRock représente quand même 52 milliards de dollars.

Enfin, cinquièmement, selon des données de l’ONG Ceres, BlackRock en 2018 n’a soutenu que 10 % des résolutions liées au climat soumises au vote en Assemblées générales, sachant que le gestionnaire d’actifs est par exemple présent au capital de 40 % des entreprises américaines et chez 18 des 40 valeurs du CAC40.

BlackRock doit changer la finance

"BlackRock, le plus grand gestionnaire au monde, a une énorme influence et assume une énorme responsabilité vis-à-vis de la communauté au sens large. Il a le pouvoir de prendre les devants au niveau mondial pour lutter contre les risques climatiques, mais, à ce jour, il reste à la traîne", regrette Tim Buckley, coauteur de l’étude.

"Si le plus grand investisseur au monde indique clairement que les règles ont changé, alors d’autres investisseurs d'importance mondiale comme Fidelity, Vanguard et le fonds souverain japonais vont rapidement reproduire et renforcer ces mouvements, réduisant ainsi les risques liés aux actifs bloqués pour tous", ajoute-t-il.

Pourtant BlackRock semblait en effet avoir pris le pli d’une finance guidée par le bien du plus grand nombre. En janvier 2018, Larry Fink avait adressé une lettre à tous les patrons des entreprises dont la société est actionnaire. "Toute entreprise doit non seulement produire des résultats financiers, mais également montrer comment elle apporte une contribution positive à la société. Les entreprises doivent bénéficier à l’ensemble de leurs parties prenantes, dont les actionnaires, les salariés, les clients et les communautés dans lesquelles elles opèrent", écrivait-il alors.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

[Investir près de chez vous] L’épargne fait son retour à la terre

Comme une forme de retour à la terre… Il est possible de donner du sens à son épargne en finançant des projets d’agricultures durables. L’association Terre de Liens permet aux Français d’aider à acheter des terres agricoles pour y installer des fermiers. Le crowdfunding permet, lui, de développer de...

Panneaux solaires Pixabay

[Investir près de chez vous] Le crowdfunding rend accessible l’investissement direct dans les énergies renouvelables

Le financement des énergies renouvelables passe de plus en plus par le crowdfunding. Un moyen pour les épargnants de voir, concrètement, à quoi sert leur épargne et de financer en direct l’économie verte. Cette semaine, Novethic fait le tour des solutions qui permettent d’épargner de manière verte...

Epidemie Ebola OMS

Ebola : La Banque mondiale est incapable de débloquer les fonds pour lutter contre l’épidémie

Alors que l’épidémie d’Ebola se propage en République Démocratique du Congo (RDC), la Banque Mondiale suscite des interrogations car elle n’est pas en mesure de débloquer les fonds d’urgence levés sur les marchés précisément pour circonscrire une situation de pandémie.

Foret Pixabay

[Investir près de chez vous] EcoTree fait pousser des arbres avec votre épargne comme engrais

Vous n’avez pas les moyens de vous acheter une forêt ? Les trois jeunes fondateurs d’Ecotree démocratisent cet investissement réputé très traditionnel. Ils achètent des forêts en France, les gèrent de manière durable et proposent aux épargnants d’acheter un ou plusieurs arbres en échange d’un...