Publié le 23 novembre 2018

ÉNERGIE

Charbon : accusés de financer RWE, BNP Paribas et Axa s'expliquent

Selon les calculs de l’ONG Les Amis de la Terre, la plus grande banque française et le géant de l’assurance continuent de financer l’énergéticien allemand RWE. Celui-ci est au cœur de la polémique depuis plusieurs mois en raison de son projet d’extension d’une mine de lignite dans la forêt de Hambach, suspendu par la justice, devenu le symbole européen de la lutte contre le charbon.

Le 27 octobre, plusieurs milliers d’activistes ont participé à une action de masse contre l'extension d'une mine de lignite dans la forêt de Hambach, en Allemagne.
@FredericoGambarini/DPA/AFP

Depuis la COP21 et son engagement de sortir du charbon, BNP Paribas a accordé près d’un milliard de dollars de financement à RWE. C’est la troisième banque au monde, derrière Deutsche Bank et Goldman Sachs, à avoir le plus financé l'énergéticien allemand entre janvier 2016 et septembre 2018, accusent Les Amis de la Terre. De son côté, Axa a investi 56,7 millions de dollars dans RWE, dont 29 millions depuis l'annonce de son désinvestissement du charbon en décembre 2017.  

Or, RWE est le premier producteur et exploitant mondial de lignite et le premier producteur européen d’électricité au charbon. L’entreprise est au cœur de la polémique depuis plusieurs mois en raison de son projet d’extension d’une mine de lignite dans la forêt de Hambach, près de Cologne, au nord-ouest du pays. Le lieu est occupé depuis cinq ans par des centaines de militants et est devenu le symbole de la lutte contre le charbon en Europe.

"La liste des preuves à charge contre RWE est longue. Et le désastre humain et écologique qu'elle orchestre pour l'expansion de ses mines de lignite à ciel ouvert de Hambach et Garzweiler ne la rend que plus infréquentable. À quoi les politiques charbon de BNP Paribas et AXA peuvent-elles bien leur servir, si ce n'est pas à les garder à bonne distance d'une telle entreprise ?", dénonce Lorette Philippot des Amis de la Terre.

Le dialogue avant tout

BNP Paribas, joint par Novethic, confirme financer RWE. La banque précise néanmoins avoir "soulevé auprès de RWE que le projet d’extension de la mine de lignite à Hambach constituait un sujet d’inquiétude". Mais elle rappelle aussi sa démarche qui consiste à "accompagner les clients vers la diversification et la transition énergétiques." BNP s’est engagée à ne financer que les entreprises minières ou productrices d’électricité qui diminuent la part de charbon dans leur production tout en augmentant la part des renouvelables. C'est effectivement le cas de RWE.

Axa assure pour sa part qu’elle ne finance plus RWE en fonds propres puisque l’entreprise allemande ne répond pas aux critères d’exclusion adoptés sur le charbon (moins de 30 % du chiffre d’affaires provenant du charbon et moins de 20 millions de tonnes de charbon extraites par an). "Il s’agit de financements pour compte de tiers avec qui nous avons engagé un travail de pédagogie, précise Céline Soubranne, directrice RSE d’Axa. Cela prend du temps mais cela va dans le bon sens puisque la plupart d’entre eux appliquent déjà le seuil d’exclusion de 50% du chiffre d’affaires."

Début octobre, la justice allemande a interdit de façon temporaire le déboisement de la forêt de Hambach par RWE, tant que le recours sur le fond n’aura pas été jugé. Fin octobre, plusieurs milliers d’activistes ont encore participé à une manifestation de masse et promettent de multiplier les actions d’ici la COP24 à Katowice, en Pologne, début décembre, contre ceux qui continuent de soutenir le charbon, énergie la plus polluante.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Énergies fossiles : dialoguer ou désinvestir, quel choix pour les investisseurs ?

Chez les investisseurs du monde entier, le charbon n’a plus bonne presse. Difficile pour des banques, assureurs ou fonds de pension ayant pignon sur rue, de garder dans ses portefeuilles ce symbole du réchauffement climatique. Faut-il maintenant élargir le désinvestissement aux autres...

Pour la première fois, les financements aux énergies fossiles ont diminué et les banques françaises n'y sont pas pour rien

En 2016, les financements aux énergies fossiles extrêmes par les plus grandes banques mondiales ont diminué de 22 % par rapport à 2015. Une première ! Et la tendance est encore plus forte pour les banques françaises qui se sont engagées contre le charbon à l’occasion de la COP21. En...

BNP Paribas devient la première banque au monde à exclure les gaz de schiste

BNP Paribas devient la première banque française à exclure les énergies fossiles non conventionnelles. Et la première au monde à renoncer aux projets d’exportation de gaz et pétrole de schiste. C'est ce qu'elle a annoncé ce mercredi 11 octobre. Elle exclut également les projets...

Charbon, sables bitumineux, gaz de schiste : ce que les banques françaises continuent à financer

Les Assemblées Générales des banques, au cours du mois de mai, ont été l’occasion de faire un point sur leurs engagements climatiques. Montrées en exemple sur la scène internationale, les grandes banques françaises comptent en effet parmi les plus avancées sur l’exclusion des secteurs les...

Axa serre la vis sur le charbon et exclut les sables bitumineux

Déjà leader sur le climat en amont de la COP21, l’assureur Axa reprend son bâton de pèlerin à l’occasion du One Planet Summit, le sommet sur la finance climat organisé mardi 12 décembre à Paris par l’Elysée. Sa bonne parole : les investissements dans le charbon et dans les sables...

ÉNERGIE

Energies fossiles

L’extraction des énergies fossiles se fait à un coût environnemental de plus en plus élevé. Si leur épuisement est encore lointain, les modèles économiques qui ont fait la fortune des grandes compagnies pétrolières sont aujourd’hui bousculés.

IStock @lyash01 Forage pétrolier Arctique

Pétrole et gaz en Arctique : à chacun sa définition des frontières pour autoriser les forages

Il n'existe pas de définition officielle des contours de l'Arctique. Si bien que la majorité des banques et des acteurs de la finance ont adopté un périmètre restreint de la région, là où les associations environnementales et du Conseil de l'Arctique donnent une aire bien plus vaste. L'enjeu est de...

IStock vichie81 Wawasaki (Japon) baril de pétrole

Réchauffement climatique : l'humanité doit se passer de 60% du pétrole et du gaz et de 90 % du charbon

Pour atteindre l'objectif climatique porté par l'Accord de Paris, l'humanité doit décroître sa production de pétrole et de gaz de 3 % par an d'ici 2050. Cela signifie qu'il est nécessaire de laisser sous terre plus de la moitié de ces réserves de pétrole et 90 % des réserves de charbon, indique une...

Gaz prix Magnascan

Face à l’explosion des prix de l’énergie, l’Europe veut prévenir les risques de colère sociale

Les prix du gaz explosent en Europe et dans leur foulée les prix de l’électricité. Plusieurs raisons en sont à l’origine : manque de disponibilité, problèmes de production et taxe carbone. Certains pays européens mettent en place des mesures d’urgence pour limiter l’impact sur les ménages alors que...

Shell Texas LNG Mark Felix AFP

Attendu sur les enjeux climatiques, Shell tire un trait sur le gaz de schiste américain

Sous pression des investisseurs pour réduire sa production d’hydrocarbures et diminuer ses émissions, le géant pétrolier anglo-néerlandais a décidé de céder toutes ses activités dans le gaz de schiste au Texas. Un compromis qui illustre les dilemmes d’une entreprise tiraillée entre son cœur de...