Publié le 12 mars 2015

EMPREINTE TERRE

Climat : Nicolas Hulot veut utiliser les Églises pour booster la mobilisation

Il fallait y penser, Nicolas Hulot l'a fait : pour mobiliser autour du climat, l’envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète en appelle désormais aux autorités religieuses, et particulièrement au Vatican. Rome prépare d’ailleurs une encyclique sur le climat pour cet été.

L’envoyé spécial du Président de la République pour la protection de la planète, Nicolas Hulot, reçu par le Pape François, en 24 janvier 2014.
AFP PHOTO POOL / GABRIEL BOUYS

Au sein de la délégation du président de la République en visite aux Philippines fin février pour sensibiliser aux enjeux climatiques, on a pu constater aux côtés de Marion Cotillard et de Mélanie Laurent une présence moins "glamour" mais tout aussi utile : celle du Patriarche Bartholomée de Constantinople. Surnommé le "Patriarche vert", il est l’un des leaders religieux à avoir le plus écrit sur l’environnement, et a même organisé des rencontres religieuses sur ce thème.

Comme pour les stars du grand écran, la présence de l’ecclésiastique était voulue par Nicolas Hulot, l’envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète. Son objectif : faire en sorte que les Églises se mobilisent pour mettre les dirigeants politiques face à leurs responsabilités, dans le cadre de la préparation de la COP 21 (Conférence sur le climat) qui se tiendra à Paris dans quelques mois.

 

Trois visites au Vatican depuis décembre 2013

 

Conscient du poids médiatique du Pape, qui est écouté par plusieurs milliards de catholiques sur la planète, et au-delà par les non croyants, Nicolas Hulot soigne tout particulièrement le Vatican. Depuis le début de sa mission, il s’est déjà rendu trois fois à Rome : une première fois en novembre 2013, avant d'accompagner François Hollande lors de sa visite au Pape en janvier 2014, puis il y est revenu seul en décembre 2014.

Il veut également organiser avec lui un évènement sur la thématique environnementale lors de son futur voyage en France. Initialement prévu pour cette année, celui-ci risque cependant d’être reporté à 2016.

Dans sa mission, le Pape François fait figure d’allié privilégié. Très sensible à la thématique environnementale, il multiplie les interventions sur le sujet. "Ses déclarations sont sans concession sur ces sujets-là, et ce ne sont pas seulement des déclarations d’intention mais il nous demande aussi d’analyser le modèle qui nous a emmenés dans cette situation, c’est-à-dire de s’intéresser non pas seulement aux effets, mais aux causes", nous confiait Nicolas Hulot lors de sa dernière visite. Ce dernier n’a pas manqué de dire au Saint Père qu’une publication avant la COP 21 l’aiderait beaucoup. Une encyclique sur le climat devrait être publiée en juin ou juillet.

 

Toutes les religions mises à contribution

 

Pour l’envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète, les Églises sont des relais de sensibilisation aux enjeux de la COP 21. Et ce pour plusieurs raisons. La première, c’est que contrairement aux décideurs, pris par des échéances court termistes, les Églises ont un discours à long terme, qui correspond aux enjeux environnementaux.

Une vraie prise de conscience de la crise écologique, comme le souhaite Nicolas Hulot, revient en effet à changer de schéma de production et de consommation, et donc de civilisation. Un domaine sur lequel les Églises ont toujours été pourvoyeuses de sens.

Dans les mois à venir, Nicolas Hulot va donc continuer à mobiliser l’ensemble des autorités religieuses. En avril, il rencontrera le Grand imam de l’Université islamique Al Azhar du Caire, la principale institution culturelle de l’islam sunnite. Le 11 juin, il se rendra à Milan pour l’Exposition Universelle consacrée à l’alimentation, où il  débattra avec le Cardinal Ravasi, Président du Conseil Pontifical de la culture.

Il a également dialogué avec le Conseil œcuménique des Églises à Genève - majoritairement composé de protestants et d’orthodoxes - et rencontré l’ensemble des représentants des religions en France au sein de la CRCF (Conférence des représentants de culte).

L’appel de Nicolas Hulot semble trouver un écho, au moins dans la communauté catholique. Le 7 mars, les chrétiens ont en effet lancé un appel du Carême au jeûne pour une "conversion écologique".
 

Virginie Riva, à Rome
© 2016 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Cet article vous a plu ?

Recevez, deux fois par semaine,
les dernières infos de Novethic

Ou sélectionnez la ou les thématiques
qui vous intéressent
pour recevoir une alerte

Suivez-nous