Publié le 22 juillet 2014

EMPREINTE SOCIALE

Le CV anonyme : un remède, mais pas une panacée

Mercredi 9 juillet, le Conseil d’Etat a exhorté le gouvernement à rendre obligatoire le CV anonyme dans les entreprises de plus de 50 salariés. Il dispose de 6 mois pour s’exécuter. Jugée contre-productive par les uns, à double tranchant par d’autres, cette mesure qui vise à lutter contre la discrimination à l’embauche n’a en outre pas prouvé son efficacité.

Discrimination photo i Stock
Photo d'illustration
© iStock

Le CV (curriculum vitae) anonyme revient sur le devant de la scène. Cette pratique, présentée par certains comme un passage incontournable dans la lutte contre les discriminations à l’embauche, vient d’être remise au goût du jour par le Conseil d’Etat. Le 9 juillet 2014, après avoir été saisi par l’association Maison des Potes-Maison de l’Egalité, il a ordonné au gouvernement d’appliquer la loi de 2006 qui rend obligatoire le CV anonyme dans les entreprises de plus de 50 salariés.

 

Une discrimination à retardement

 

Si, à première vue, le CV anonyme peut sembler une réponse efficace contre les discriminations, il est loin de faire l’unanimité. Mozaïk RH, un cabinet de recrutement et de conseil en RH spécialisé dans la promotion de l’égalité des chances et de la diversité, met en garde : "Le CV anonyme a le mérite de mettre en lumière des discriminations qui existent dans le process de recrutement. Mais nous pensons que cette solution est incomplète, car elle permet d’agir à l’étape du tri du CV. Si le candidat passe ce premier filtre, cela ne gommera pas les stéréotypes du recruteur. En fait, le CV anonyme ne fait que retarder la discrimination si elle existe", estime Mariam Khattab, responsable Pôle Recrutement et Conseils RH de Mozaïk RH.

Autrement dit : si le recruteur pratique la discrimination, il continuera de le faire après l’entretien de visu, au lieu de le faire au moment de la lecture des CV...

 

Une mesure à accompagner

 

L’association A Compétence Egale va dans le même sens. Même si elle "se félicite du retour du CV anonyme dans le débat public", elle juge la mesure insuffisante : "Il est nécessaire d’apporter plus de transparence dans les critères d’évaluation des compétences et de faire une restitution systématique à chaque candidat reçu", déclare Sébastien Bompard, président de l’association.

 

L’application de la loi soulève d’autres problèmes : le périmètre, qui concernerait toutes les entreprises de plus de 50 salariés, et le délai d’application, porté à 6 mois. Deux points problématiques, selon Mariam Khattab : "La mise en place du CV anonyme demande une vraie logistique. Quel accompagnement sera apporté aux entreprises de taille moyenne ? Il leur faudra du temps et des moyens."


Enfin, dernier élément que ne manqueront pas de brandir les opposant à cette pratique. Selon une expérimentation menée en 2011 par des chercheurs Crest/J-PAL Europe/PSE et Pôle Emploi : "Le  CV  anonyme  ne  permet  pas  de réduire  l’écart  de  chances  entre  les  candidats  issus  de l’immigration et/ou résidant ZUS‐CUCS et les autres candidats. L’écart de taux d’entretien devient encore plus défavorable  à  ces  candidats  potentiellement  discriminés  lorsque  leur  CV  est  ‘anonymisé’."

L’inverse de l’objectif visé...

Céline Oziel
© 2016 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles