Publié le 18 décembre 2017

ÉNERGIE

Le transport embraye sur le vert à l'occasion du One Planet Summit

Le transport est l’un des secteurs clés de la transition écologique vers un monde bas-carbone. S’il n’a pas fait l’objet de tables rondes à proprement parler lors du One Planet Summit, de nombreux engagements ont été pris pour rendre la mobilité de demain propre et durable. En voici les principales.

Carlos Ghosn, PDG du groupe Renault, à la tribune du One Planet Summit le 12 décembre 2017.

C’est l’un des 12 Climacts annoncés lors du One Planet Summit du 12 décembre : le lancement d’une coalition internationale pour la mise en place de transports décarbonés. Lancée par huit pays dont la France, le Portugal, le Costa Rica et les Pays-Bas, elle vise à accroître les investissements dans les transports propres avec des premiers résultats attendus dès 2018. Cette alliance fédère des pays, des collectivités et des entreprises telles que Michelin ou Alstom.

La Commission européenne de son côté a fait dix annonces en faveur d’une économie moderne et propre parmi lesquelles figure le souhait d’aller vers "une mobilité propre, connectée et compétitive". Le secteur est responsable de 65 % de la consommation de pétrole dans l’Union. Entre 2014 et 2020, près de 70 milliards d’euros seront investis dans les infrastructures, les équipements et les véhicules.

Bruxelles travaille aussi sur l’établissement d’une chaîne de valeur pour la fabrication de batteries de haute technologie dans l’Union autour d’une alliance lancée en février. Et une tarification routière privilégiant les véhicules propres est également dans les cartons. La France, quant à elle, a rappelé sa volonté d’en finir avec les véhicules thermiques d’ici 2040. Un engagement pris également par l’Allemagne, l’Autriche, l’Inde, les Pays-Bas ou encore la Norvège.

Les véhicules électriques à l’honneur

À l’autre bout du monde, huit régions de l’ouest américain s’allient pour mailler un réseau de stations de recharge pour les véhicules électriques et partager les bonnes pratiques. Il s’agit de l’Arizona, Colorado, Idaho, Montana, Nevada, Nouveau Mexique, Utah et Wyoming.

De son côté, EDF promet de convertir toute sa flotte automobile à l’électrique d’ici 2030. L’énergéticien est le premier groupe français à rejoindre l’initiative EV100. "Nous croyons à la place et au développement de la mobilité électrique dans les villes et les territoires. Pour nous, rejoindre l’initiative EV100, c’est la démonstration de cette conviction", a déclaré son président Jean-Bernard Lévy.

Et du côté des constructeurs français, le patron de Renault, Carlos Ghosn, a confirmé au One Planet Summit que "12 offres de véhicules zéro émissions seront disponibles en 2022" comprenant des modèles hybrides. Chez PSA, quatre modèles électriques sont prévus à partir de 2019 et sept autres devraient voir le jour d’ici 2021. Le groupe mise aussi sur l’hydrogène avec un centre de compétence dédié. Les deux groupes ont par ailleurs rejoint le French Business Climate Pledge qui regroupe 91 entreprises françaises pour le climat.

Le transport maritime, passager clandestin

La coalition des philanthropes lancée au One Planet Summit par les gouvernements français, canadien et britannique ainsi que 12 fondations, va travailler sur la mise en place d’un fonds de 50 à 100 millions d’euros dédié à l’électrification des transports.

Seul secteur à ne pas être couvert par l’Accord de Paris, le transport maritime a encore une fois passé son tour lors du One Planet Summit malgré la pression qui lui est mise. 35 Etats, à l'initiative de la France, ont ainsi appelé le secteur à prendre des mesures urgentes afin de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Le fret maritime est responsable de 3 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales.

Pour pousser le secteur à opérer sa transition, un premier financement vert de 750 millions d’euros a été réalisé la veille du sommet entre Brittany Ferries, la BEI (Banque Européenne d’Investissement) et Société Générale, dans le cadre du programme Green Shipping Guarantee (GSG). Il doit servir à la construction du Honfleur, premier navire alimenté au gaz naturel liquéfié, dont la mise en service est prévue pour avril 2019 sur les lignes reliant Caen-Ouistreham (France) à Portsmouth (Royaume-Uni).  

Concepcion Alvarez @conce1


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres