Publié le 11 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

91 entreprises françaises annoncent 300 milliards d’euros d’investissements dans l'économie bas carbone

Un regroupement de grandes entreprises françaises ont annoncé des investissements massifs en faveur de la transition vers une économie carbone. Représentant 1 500 milliards de chiffre d’affaires, elles vont consacrer plus de 300 milliards aux énergies renouvelables, à la R&D et à des projets verts d’ici 2020. Elles veulent aussi par ce biais inciter l’État à multiplier les partenariats publics-privés.

91 entreprises se sont réunis au medef le 11 décembre pour lancer le French Business Climate Pledge.
AFP

Jean-Pierre Chaussade, DG de Suez, Isabelle Kocher, Directrice générale d’Engie, Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schneider Electric, Patrick Pouyanné, PDG de Total, Antoine Frérot, PDG de Veolia… Les poids lourds de l’économie s’étaient réunis lundi matin 11 au siège du Medef à Paris. Ensemble, ils inaugurent la semaine de la finance climat, avec en point d’orgue le One Plant Summit du mardi 12 décembre.

À cette occasion, 91 entreprises, représentant 1 500 milliards d’euros de chiffres d’affaires et plus de 6 millions d’emplois directs, ont lancé le French Business Climate Pledge. Ensemble, elles annoncent de massifs investissements pour passer à une société bas carbone. "De 2016 à 2020, nous prévoyons au moins 60 milliards d’euros d’investissements industriels et de R&D dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et le déploiement d’autres énergies bas carbone", indique un communiqué. À cela s’ajoute, 220 milliards d’euros de financements de projets contribuant à lutter contre le changement climatique 15 milliards d’euros dans le nucléaire et 30 milliards d’euros dans le gaz.

Un choix de bons sens

"Nous répondons à l’appel du Président Emmanuel Macron "Make our planet great Again" pour monter notre engagement climatique et notre volonté d’atteindre les objectifs de l’accord de Paris", explique Jean Pascal Tricoire, PDG de Schneider, l’un des leaders de cette coalition. Il en était déjà moteur en 2015 quand 39 entreprises s’étaient engagées avant la COP21 à investir 45 milliards d’euros sur la période 2015-2020, dont 29 milliards d’euros déjà engagés.

Le patron de l’entreprise  la plus performante du CAC40  sur le plan climatique selon le classement d’Ecoact, Schneider Electric, veut absolument se prémunir de tout soupçon de greenwashing : "S’engager est un choix de bon sens pour nos sociétés. Le changement climatique a déjà un coût significatif pour nos installations en raison de la pollution, des incendies, des tempêtes, des inondations et des guerres qui en découlent. Ces impondérables rendent nos prises de décisions difficiles. Or nos activités ont besoin de visibilité".

L’autre figure de proue du French Business Climate Pledge, Jean-Pierre Clamadieu, patron de Solvay, mesure la crédibilité des 91 entreprises participantes à l’aune de leurs actions en cours. 60 ont pris des engagements de baisses de leurs émissions, 27 ont mis en place un prix interne du carbone, 42 se sont engagés dans l’initiative Science-Based target, 34 vont mettre en œuvre les recommandations de la TCFD (Taskforce on climate-related financial discolusre) sur le reporting climat.

Nicolas Hulot soutient l’initiative

Lui-même témoigne : "Aujourd’hui, je n’ai plus un seul rendez-vous avec des investisseurs sans que le climat, l’économie circulaire ou le développement durable ne soient mis sur la table !". Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, se réjouit de ce mouvement : "Nous ne sommes plus dans l’épaisseur du trait, mais dans un changement significatif de l’économie". Il s’étonne même : "qui aurait imaginé, il y a encore quelques années, que je serais accueilli au Medef, non pas pour secouer les acteurs économiques mais les féliciter et les encourager".

Déjà vendredi 8 décembre, plus de 100 chefs d’entreprises ont appelé le gouvernement français à "aller plus vite et plus loin" dans la transition écologique. Dans un manifeste commun, ils disent avoir "entendu l'appel des 15 000 scientifiques qui nous pressent de changer de voie pour lutter efficacement contre le dérèglement climatique et la perte de biodiversité sur la Terre".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles