Transition juste

La transition juste est un concept qui dispose que la transition énergétique ne doit pas se faire aux dépens de la question sociale. L’International Trade Union Confederation (ITUC – la Confédération syndicale internationale) l’a développé et proposé à l’ONU depuis 2009. Elle y défend une vision où une économie verte doit aller de pair avec des emplois et cadres de vie décents pour tous. Pour l’ITUC, six facteurs caractérisent la transition juste :

  • Faire des opportunités « vertes » une réalité en développant des emplois et lieux de travail verts, notamment sur le plan technologique
  • Mener une recherche et une évaluation des impacts professionnels et sociaux pour préparer au mieux le changement
  • Consulter tous les acteurs concernés par ces changements, des syndicats aux travailleurs, afin de garantir une transition respectueuse des droits humains et du travail
  • Former les travailleurs aux nouvelles compétences que requerra la transition énergétique
  • Mettre en place des politiques sociales et professionnelles qui protègent les travailleurs des vulnérabilités engendrées par la transition
  • Chaque région / communauté a besoin d’un plan adapté à sa diversification économique : une « adaptation au libre-échange » engendrera de la souffrance et des oppositions aux mesures climatiques.

En 2015, l’Organisation internationale du travail (OIT) publiait à son tour ses « Principes directeurs pour une transition juste vers des économies et des sociétés écologiquement durables pour tous ». Ceux-ci reprenaient pour l’ensemble les facteurs précités et identifiaient neuf grands domaines d’action pour aborder la durabilité sous les angles concomitants de l’environnement, de l’économie et du social :

  • Politiques macroéconomiques et politiques de croissance
  • Politiques industrielles et sectorielles
  • Politiques concernant l’entreprise
  • Développement des compétences
  • Sécurité et santé au travail
  • Protection sociale
  • Politiques active du marché du travail
  • Droits
  • Dialogue social et tripartisme

Plus récemment, la « transition juste » a été portée par la Pologne lors de la COP24, que le pays organisait. La Pologne dépend en effet massivement du charbon et de nombreuses personnes y travaillent dans le secteur minier. Le président polonais de la COP a soumis cet impératif de prise en compte des impacts socio-économiques négatifs de la transition dans un texte, la Déclaration de Silésie sur la solidarité et la transition juste. Selon l’expression de certains Gilets jaunes, il s’agit de mettre sur le même plan « fin du monde » et « fin du mois ».

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Plan de relance européen : la Commission veut construire une "Union de la durabilité pour les générations futures"

Très attendu, le plan de relance européen a été présenté mercredi 27 mai par la Commission européenne. Il propose un nouvel instrument de relance de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards de subventions, qui seraient mutualisées entre tous les États membres. L'objectif est d'aider les...

Secteurs aérien et pétrolier: pas de plans de sauvetage sans engagements climatiques et sociaux

Les plans de sauvetage pour les secteurs durement touchés par la crise liée au coronavirus, comme le transport aérien ou l'industrie pétrolière, devront être assortis de "conditions environnementales et sociales", exigent 250 ONG internationales. Elles rappellent l'impact négatif de ces...

[Coronavirus, le jour d’après] De l’urgence de sevrer la planète des énergies fossiles pour éviter de nouvelles crises

Alors que la baisse du prix du pétrole pourrait inciter certains à freiner la transition énergétique, plusieurs experts rappellent l’urgence de se tourner vers les énergies renouvelables. Outre le risque climatique, il s’agit aussi d’éviter une nouvelle crise planétaire due à des tensions...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable