Désinvestissement

Dans le domaine de l'économie et de la finance, le désinvestissement correspond à une situation où un investisseur, aussi bien public que privé, décide de réduire ou d'annuler ses investissements antérieurs en vendant des actifs corporels, financiers ou immatériels.

On recense trois principales causes de désinvestissement : le désendettement, une amélioration de la rentabilité ou une démarche d'investissement durable et responsable. Généralement, le désinvestissement s'accompagne d'un réinvestissement sur un nouveau support de placement, sauf en cas de désendettement.

Une entreprise peut, par exemple, retirer des actifs de son portefeuille d'actions lorsqu'elle décide de prendre en compte des critères ESG dans ses placements, dans le cadre de l'ISR (Investissement Socialement Responsable) ou plus largement d’un investissement responsable.

Le désinvestissement concerne des fonds de pension, des compagnies d’assurances, des entreprises, des associations philanthropiques et fondation d’entreprises, des institutions (universités, Église…).

Depuis quelques années, on parle beaucoup de désinvestissement dans les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) dans le but d’agir contre le changement climatique. Un mouvement né dans les universités américaines et qui est aujourd’hui porté par des ONG internationales comme 350.org. Celle-ci incite les investisseurs à se débarrasser de leurs actifs qui financent les énergies fossiles et les encouragent à réinvestir dans les énergies renouvelables et les énergies vertes. 

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Énergies fossiles : dialoguer ou désinvestir, quel choix pour les investisseurs ?

Chez les investisseurs du monde entier, le charbon n’a plus bonne presse. Difficile pour des banques, assureurs ou fonds de pension ayant pignon sur rue, de garder dans ses portefeuilles ce symbole du réchauffement climatique. Faut-il maintenant élargir le désinvestissement aux autres...

Affaire Jamal Khashoggi : BlackRock, le plus grand gestionnaire d'actifs, ne coupe pas ses investissements en Arabie Saoudite

Il y a deux semaines, plusieurs entreprises et gouvernements ont annulé leur venue au Davos du Désert, en Arabie Saoudite, pour protester contre la mort du journaliste Jamal Khashoggi. Une logique qui ne va cependant pas jusqu’à couper les ponts financiers et commerciaux avec le pays. Une...

COP24 : l’Église catholique appelle à un profond changement financier, social et agricole

À quelques semaines de la COP24 début décembre en Pologne et après le nouveau rapport alarmant du GIEC, les dirigeants de l’Église catholique appellent les gouvernements à marquer un tournant lors des prochaines négociations climatiques. Ils demandent des mesures concrètes et immédiates...