Publié le 28 février 2020

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

[Édito] L’innovation pour sauver le climat : avoir la foi ou pas

Pour de grands noms de la tech comme Jeff Bezos, Elon Musk ou Bill Gates, miser sur la science et l’ingénierie pour créer des innovations disruptives qui vont sauver le monde du réchauffement climatique est une évidence. En revanche, d’autres experts estiment que seul l’investissement dans les technologies existantes est raisonnable.

Chambre de confinnement de plasma de General Fusion GeneralFusion
Jeff Bezos a investi dans General Fusion une société canadienne qui développe un prototype de réacteur à fusion nucléaire.
@GeneralFusion

Jeff Bezos a annoncé, il y a quelques jours, la création d’un fonds de 10 milliards de dollars pour financer la recherche en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Cet argent, entièrement sorti de sa poche, le plus gros mouvement du genre, doit permettre de faire émerger des solutions environnementales pas encore imaginées ou à peine esquissées, complétement disruptives pour sauver notre planète d’une trajectoire si mal engagée en matière de réchauffement et de biodiversité.

Jeff Bezos n’est pas le seul à avoir cette foi dans la capacité d’innovation de l’Humanité. Bill Gates y croit aussi. En 2015, il lançait la Breathrought Energy Coalition, un fonds de plusieurs milliards, pour faire évoluer de nouvelles technologies – avec un fort tropisme nucléaire - pour changer le monde. On pourrait ajouter de nombreux autres grands noms qui sont prêts à financer les recherches les plus prospectives et futuristes : Jack Ma, le PDG d’Alibaba, Elon Musk, le patron de SpaceX et Tesla, Richard Bronson, le fondateur de Virgin...

Technologies matures en 2050

Les défenseurs d’une science "solution à tout" croient que l’apparition de la fusion nucléaire, de la géo-ingénierie, du stockage de carbone, des stations solaires orbitales, de l’intelligence artificielle finiront inévitablement par nous sortir de l’ornière dans laquelle la civilisation des fossiles a plongé le monde. De l’autre côté, il y a tout un groupe de personnes qui refusent de faire le pari du progrès pour nous sauver.

Par exemple, un rapport du Haut Conseil pour le climat britannique, remis au gouvernement de Boris Johnson en février, juge que "nous ne pouvons pas attendre que des technologies révolutionnaires produisent des émissions nettes nulles d'ici 2050. Au lieu de cela, nous devons utiliser les technologies d'aujourd'hui avec des changements progressifs". Pour eux, par exemple, ni les technologies à base d’hydrogène, ni la capture du carbone n’arriveront à maturité assez tôt face à l’urgence actuelle. Les experts britanniques ne sont pas les seuls à penser ainsi.

Le fonds danois pour l’innovation, l’équivalent de la BPI en France, doute par exemple d’un impact significatif de la viande artificielle, de l’utilisation du carbone atmosphérique ou de la blockchain sur le réchauffement. Ces deux mondes ont du mal à s’entendre. Les premiers dénoncent la culture de la décroissance des seconds. Les seconds accusent les premiers de scientisme, d’une foi inconsidérée dans le progrès. Faut-il choisir son camp ? Espérons que non car le monde doit être capable de financer ces deux visions de l’avenir afin de ne se fermer aucune porte.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

INFOGRAPHIES & VIDÉOS

Vidéos

Chaque semaine, Novethic vous emmène, en vidéo, au coeur des nouveaux modes de consommation, des nouveaux modes de production et de la transition énergétique.

Greenly

[La vidéo des solutions] Greenly, l'application qui mesure l'impact carbone de vos achats

La startup Greenly propose une application qui permet aux citoyens de connaître leur budget carbone en fonction de leurs dépenses. Restaurant, essence, sport,... l'application calcule vos émissions de CO2 en se synchronisant à vos données bancaires. Une manière de mieux gérer son empreinte carbone...

Fleurs truffaut ehpad chu 1

[La vidéo des solutions] Les fleurs invendues viennent égayer les Ehpad et hôpitaux

Pour fleurir les Ehpad et hôpitaux, l'enseigne de jardinerie Truffaut, en partenariat avec Phenix, entreprise spécialisée dans la gestion des invendus, a décidé de donner une partie de ses plantes, fleurs, chocolats... Plus de 120 000 euros de produits ont ainsi été distribués. Et ce cas n'est pas...

Cest qui le patron coronavirus

[Vidéo des solutions] La marque "C'est qui le patron" lance un mouvement de solidarité en reversant les gains additionnels dus à la crise du Coronavirus

750 000 euros en seulement une semaine. La marque "C'est qui le patron", face à l'explosion de ses ventes, a décidé de créer un fonds de soutien des citoyens et consommateurs pour y verser ses gains additionnels soit 200 000 euros. Elle appelle les autres entreprises à ne pas profiter de la crise,...

Ecotable Mika Cotellon

[La vidéo des solutions] Avec ses chefs engagés, Ecotable livre 500 repas par jour aux soignants

Ce sont des chefs engagés dans l'alimentation durable et ils ont décidé d'apporter leur aide aux soignants. Une dizaine de chefs réunis par la communauté Ecotable ont lancé l'initiative "Restaurons les soignant.e.s durablement". 500 repas sont livrés chaque jour dans les hôpitaux pour apporter du...