Publié le 27 août 2020

SOCIAL

Un vêtement en coton sur cinq vendu dans le monde provient d'un camp de travail ouïghour en Chine

Alors que les autorités chinoises ont interné plus d'un million de Ouïghours dans des camps de travail forcé, 180 ONG appellent les marques de vêtements à rompre les liens avec le Xinjiang, province où cette minorité est persécutée. Aujourd'hui, un vêtement en coton sur cinq viendrait d'un camp de travail ouïghours. La quasi-totalité du secteur de l'habillement est concernée. 

Vetements ouighours
CC0
Des dizaines de marques de vétements ont été interpellées pour leur lien indirect avec des camps de travail de Ouïghours en Chine.

[Mis à jour le 27 août 2020] Les persécutions contre les Ouïghours dans la province du Xinjiang en Chine ne cessent d’être dénoncées par les défenseurs des droits humains. Depuis plus de cinq ans, la Chine a en effet mis en place une politique très répressive à l’égard de cette minorité musulmane. Aujourd’hui, plus d’un million de Ouïghours seraient internés dans des camps de travail forcé. Au-delà de l’implication des autorités chinoises, plus de 180 ONG appellent les marques de vêtements à prendre leurs responsabilités.

Dans un rapport publié le 23 juillet, elles estiment qu’environ un vêtement en coton sur cinq vendu dans le monde contient du coton ou du fil venu du Xinjiang est lié au travail forcé des Ouïghours. Nike, Adidas, Patagonia, Puma, H&M, Calvin Klein, Amazon, Gap, Muji, Tommy Hilfiger… presque l’ensemble de l’industrie de l’habillement auraient des liens avec ces camps, selon des recherches publiées par Associated Press et le Wall Street journal notamment. 

Certaines marques n'ont pas tardé à réagir. C'est le cas d'Inditex (propriétaire de Zara entre autres) qui assure avoir mené une enquête internationale au sujet du travail forcé. ils écrivent : "Nous prenons très au sérieux les rapports de pratiques sociales et de travail inappropriées dans n'importe quelle partie de la chaîne d'approvisionnement du vêtement et du textile (…) Nous pouvons confirmer qu'Inditex n'entretient aucunes relations commerciales avec des usines du Xinjiang".

"Continuer à produire au Xinjiang est, au mieux, irresponsable. Au pire, complice"

"On ne peut plus ignorer ce qui se passe au Xinjiang et cela a une implication directe dans les biens de consommations qui arrivent sur le marché européen et américain", estime Nayla Ajaltouni, la coordinatrice d’Ethique sur l’étiquette, l’une des 180 à l’origine de l’appel, dans Libération. "Quand le Rana Plaza s’est effondré au Bangladesh en 2013 (une usine de textile, NDR), les entreprises ont dit : "On ne savait pas qu’on fabriquait à cet endroit". C’est vrai, et c’est bien ça le problème. Continuer à produire au Xinjiang est, au mieux, irresponsable. Au pire, complice", prévient-elle. 

Les 180 ONG demandent ainsi aux multinationales de rompre tous les liens avec les entreprises impliquées dans le travail forcé, de mettre fin à l’approvisionnement en coton, en fil, en textile et en produit finaux issus du travail des Ouïghours mais aussi d’interdire "en dehors de la région d’employer des personnes ouïghoures, d’origine turque ou musulmane envoyées dans le cadre du programme de transfert de travailleurs forcés du gouvernement chinois". 

Épinglées, plusieurs marques ont décidé de rompre leur lien avec Xinjiang comme H&M et Ikea mais "l'un des vrais défis est que les chaînes d'approvisionnement en vêtements sont maintenant si complexes que les entreprises ne savent même pas nécessairement qui sont tous leurs fournisseurs, ou même si elles peuvent identifier tous les fournisseurs. Il leur est difficile de savoir que 80 % du coton chinois est cultivé au Xinjiang", analyse Sophie Richardson, spécialiste de la Chine chez Human Rights Watch dans Brut. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Conge paternite allongement pixabay

Le gouvernement va doubler le congé paternité, et c’est une très bonne nouvelle pour l’égalité professionnelle

L'Élysée a annoncé que le congé paternité allait doubler, passant à 28 jours. Une mesure essentielle qui va permettre au deuxième parent de s'impliquer davantage dans l'éducation des enfants, tout en réduisant la charge des mères. Au sein des entreprises, cela pourrait représenter un tournant...

Rio tinto destruction site aborigene

Le patron de Rio Tinto débarqué après la destruction d’un site aborigène vieux de 46 000 ans en Australie

Jean-Sébastien Jacques devra finalement quitter Rio Tinto. Le directeur général du géant minier, à qui le conseil d'administration avait coupé les bonus fin août après la destruction d'une grotte aborigène vieille de 46 000 ans en Australie pour étendre une mine de fer, a été débarqué avec deux...

Crise alimentaire france

[Tempête Covid] Quand la pandémie sanitaire provoque une crise de la faim

Alors que dans le monde entier, les associations d'aide alimentaire notent une hausse de la fréquentation depuis la crise sanitaire, l'association Oxfam estime que 12 000 personnes par jour pourraient mourir de faim en raison du Covid-19. Le virus, en aggravant les inégalités, fait basculer des...

Cese

Réforme du Cese : la troisième assemblée va devenir la chambre des conventions citoyennes

Après plus de deux ans d'attente, la réforme du Cese arrive enfin dans l'hémicycle en cette rentrée. Le texte a été enrichi après l'expérience de la Convention citoyenne pour le climat, organisé à la suite des Gilets jaunes et la hausse de la taxe carbone. L'objectif est de faire de cette troisième...