Publié le 07 février 2020

SOCIAL

Testing et "Name and Shame" : un cocktail efficace pour relancer le débat sur les discriminations à l’embauche

En vingt ans, la difficile reconnaissance de la discrimination à l’embauche a connu plusieurs phases. La discrimination existe largement, mais son illégalité permet d’en nier l’existence. Ce long combat a eu des périodes de succès, mais la stratégie des entreprises pointées du doigt consiste en général à refuser d’admettre le phénomène en attaquant la méthodologie alors qu’elles pourraient choisir de lutter contre les discriminations en prenant le problème à bras-le-corps.

Name and shame embauche Aleutie
Le gouvernement a révélé les résultats de sa deuxième campagne de tests sur la discrimination à l'embauche.
@Aleutie

Souvenez-vous. Il y a 20 ans la France la discrimination à l’embauche n’existait pas puisque la loi interdit de flécher les personnes en fonction de la couleur de leur peau ou de leur religion. Il a fallu plusieurs affaires comme celle des code BBR (pour Bleu Blanc Rouge) mises en place par les agences d’intérim pour sélectionner les candidats "français" avant d’admettre que le problème existait bel et bien. C’est ainsi qu’un premier mouvement de reconnaissance a eu lieu avec la création de la Haute Autorité de Lutte contre les discriminations et pour l’Égalité (HALDE) en 2004.

Son travail de formation et d’évaluation des modes de recrutement en France avait beaucoup aidé à faire comprendre la nature des discriminations à l’embauche. Cette dernière repose pour l’essentiel sur la représentation fantasmée que l’on a de telle ou telle communauté à laquelle on relie une personne par son nom ou son adresse. C’est une construction mentale dont seule l’éducation et la formation permettent de sortir.

Disparition de la Halde

Il y a dix ans tout juste le testing, qui avait mis du temps à se mettre en place dans les entreprises, était en passe de devenir un outil de management, encouragé par la HALDE. Mais un an plus tard, en 2011, la HALDE est absorbée par le Défenseur des droits malgré les alertes de l’époque sur le risque de recul dans la lutte contre les discriminations au travail que cela impliquait.

En 2020, le testing, commandé par le ministère de la Ville et du Travail, a le mérite de cibler un seul cas de figure : les noms à consonance maghrébine et de s’être déroulé après la grande vague d’attentats de 2015 qui a généré de grandes craintes sur la radicalisation islamiste, potentiel facteur de discrimination à grande échelle. Il est d’autant plus utile que le label diversité mis en place en 2008 qui permet de récompenser les entreprises ayant des démarches très avancées de lutte contre les discriminations au travail n’est à ce jour attribué qu’à 75 entreprises dont une quarantaine de TPE/PME !

Le gouvernement a fait le choix du "Name and shame". Il a publié le nom des sept entreprises ayant un écart très significatif de réponses à des CV équivalents dont la seule différence est le nom de la personne, à consonance franco-française ou maghrébine. Cela permet de relancer le débat. Air France, Renault ou Accor sont des entreprises emblématiques françaises. C’est dommage qu’elles n’aient pas saisi l’opportunité d’utiliser les démarches de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), qui consistent à s’engager à améliorer ses pratiques. Elles ont préféré publier un communiqué de presse commun pour attaquer la méthodologie de testing et donc en contester les résultats. 

Anne-Catherine Husson-Traore, @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Olivia Gregoire 1

Olivia Grégoire : "Le devoir de vigilance européen, c’est le sens de l’histoire économique"

Alors que l'Union européenne doit adopter une directive sur le devoir de vigilance des multinationales, la ministre en charge de l'Économie sociale, solidaire et responsable, Olivia Grégoire, défend la position de la France, premier pays à avoir légiféré en la matière. Si les lobbys pèsent, la...

 Senat et loi climat @Jacques Paquier

Devoir de vigilance : Les sénateurs délèguent la compétence au tribunal de commerce, au grand dam des associations

Les tribunaux de commerce pourraient bientôt devenir les seuls compétents pour juger les affaires fondées sur le devoir de vigilance. C'est ce qu'ont voté les sénateurs, fin septembre, contre l'avis du gouvernement. Les associations craignent que cette mesure ne vide de son sens la loi de 2017 qui...

Vaccin Covid 19 Byjeng

Covid-19 : En privant les pays pauvres de vaccin, les laboratoires alimentent "une crise des droits humains sans précédent"

Alors que les géants pharmaceutiques ont été applaudis pour leur rapidité à produire un vaccin pendant la pandémie de Covid-19, l'ONG Amnesty International les accuse, dans un nouveau rapport, de ne pas respecter les droits humains en fournissant quasi uniquement les pays riches, au détriment des...

Deforestation changement sol Free Photos de Pixabay

2020, année la plus meurtrière pour les défenseurs de l’environnement

Le nombre de défenseurs de l'environnement assassinés dans le monde ne cesse d'augmenter. Le nouveau rapport de Global Witness recense au moins 227 meurtres, dont la moitié en Colombie. Un record alors que les trois quarts des victimes luttaient contre la déforestation dans des pays en...