Publié le 06 octobre 2020

SOCIAL

Corruption à Malte : plainte déposée en France contre les financeurs d'ElectroGas Malta Limited

Nouveau rebondissement dans la mort de Daphné Caruana Galizia, assassinée en 2017, pour sa dénonciation de la corruption à Malte. Une plainte vient d'être déposée au Parquet National Financier (PNF) par l'ONG Sherpa et la Fondation Daphné Caruana Galizia le 5 octobre. Elle vise les filiales de quatre banques françaises et un fonds d'investissement et concerne le prêt accordé à ElectroGas Malta Limited. Cette société gazière maltaise appartenait à un homme d'affaires impliqué dans des affaires de corruption et dans l'assassinat de la journaliste.

Protestation pour Daphne Caruana a Malte MiguelaXuereb
La journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a été assassinée en 2017 alors qu'elle enquêtait sur des affaires de corruption dans le pays.
@MiguelaXuereb

Dans un communiqué, l'ONG et la fondation créée par la famille de la journaliste maltaise ont indiqué avoir demandé au PNF "d'ouvrir une enquête pour des faits de blanchiment aggravé de corruption, complicité et recel aggravé" à l'encontre de quatre banques françaises (BNP Paribas, Société Générale, Natixis et CIC) et du fond d'investissement Rivage investment. Le PNF a confirmé à l'AFP avoir reçu cette plainte, sans plus de détails.

Sherpa et la fondation reprochent aux établissements d'avoir accordé, par l'intermédiaire de filiales ou succursales, des prêts à la société ElectroGas Malta Limited de l’homme d’affaires Yorgen Fenech en novembre 2017, malgré "de forts soupçons de corruption entourant le marché de privatisation du gaz" à Malte et "malgré l'assassinat de Daphné Caruana Galizia".

"Ces intermédiaires financiers sont pourtant soumis à des obligations de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, et se doivent notamment d'identifier les bénéficiaires effectifs des sociétés avec lesquelles ils font affaire", considèrent-elles. "Ils auraient ainsi dû se rendre compte qu'ElectroGas était pour le moins mêlée au scandale de corruption révélé par la presse", ajoutent-elles.

Complicité de meurtre

Daphné Caruana avait été tuée dans l'explosion de sa voiture piégée le 16 octobre 2017 alors qu'elle enquêtait sur la corruption à Malte. En creusant le volet maltais des Panama Papers, la journaliste avait révélé qu'une société de Dubaï, la 17 Black, aurait versé deux millions d'euros à Keith Schembri, ex-chef de cabinet du Premier ministre maltais, et à l'ancien ministre du Tourisme Konrad Mizzi.

Le consortium de journalistes Daphné Project, qui a repris ses enquêtes, a révélé que la 17 Black appartenait à Yorgen Fenech, riche homme d'affaires qui possède des hôtels et une écurie de chevaux de course en France. Celui-ci a été mis en examen en novembre 2019 pour complicité du meurtre de la journaliste d'investigation. Trois hommes, considérés comme les exécutants, ont été arrêtés.

En février dernier, le PNF avait ouvert une enquête pour vérifier si les activités économiques en France de Yorgen Fenech avaient pu servir à corrompre Keith Schembri et Konrad Mizzi. Deux mois auparavant, la famille de la journaliste et l'organisation Reporters sans frontières (RSF) avaient déposé une plainte auprès du PNF pour "complicité d'assassinat" et "corruption" visant les trois hommes.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Prodesc eolien

Devoir de vigilance : EDF assigné en justice pour ses activités au Mexique

Après Total, c’est un autre énergéticien qui est assigné en justice pour manquement à son devoir de vigilance, cette fois sur des problématiques de droits humains. Le groupe et sa filiale EDF Renouvelables sont accusés par des populations autochtones de ne pas les avoir consultées pour la...

Crise alimentaire france

[Tempête Covid] Quand la pandémie sanitaire provoque une crise de la faim

Alors que dans le monde entier, les associations d'aide alimentaire notent une hausse de la fréquentation depuis la crise sanitaire, l'association Oxfam estime que 12 000 personnes par jour pourraient mourir de faim en raison du Covid-19. Le virus, en aggravant les inégalités, fait basculer des...

Jean Castex hopital PremierMinistre

Covid-19 : le couvre-feu instauré en France relance le débat sur le nombre de lits de réanimation et l’économie de la santé

Selon le gouvernement, au rythme actuel de la seconde vague épidémique, les 5 800 lits de réanimation du pays seront bientôt saturés. D’où la décision d’instaurer un couvre-feu dans le pays pour limiter la transmission du virus et limiter les cas graves. Mais pour une partie du personnel...

Pauvrete Inde CC0

Covid-19 : entre 88 et 115 millions de personnes tombent dans l'extrême pauvreté

L'année 2020 aurait dû être marquée par une nouvelle réduction de l'extrême pauvreté. Mais la pandémie de Covid-19 a tout chamboulé : entre 88 et 115 millions de personnes supplémentaires ne vivront qu'avec 1,90 dollar par jour, soit moins du prix d'un café dans un pays avancé. Parmi eux, de plus en...