Publié le 26 janvier 2021

SOCIAL

Amazonie : Le chef autochtone Raoni porte plainte contre Jair Bolsonaro pour crimes contre l’humanité

Figure emblématique de la lutte contre la déforestation, le chef autochtone Raoni a porté plainte vendredi 22 janvier contre le président brésilien pour crimes contre l’humanité devant la Cour pénale Internationale. Il alerte notamment sur une politique d’État qui encourage la destruction croissante de leur habitat, et la dégradation des droits des populations indigènes au Brésil.

Raoni AFP
Le chef autochtone Raoni Metuktire, âgé de 90 ans, est le chef du peuple Kayapo.
Sergio LIMA / AFP

Déjà en juillet 2020, le chef autochtone Raoni Metuktire accusait le président brésilien Jair Bolsonaro de profiter de la pandémie de Covid-19 pour laisser mourir son peuple. Cette fois, les accusations envers le chef d'État prennent un nouveau tournant. Aux côtés de son homologue, Almir Surui, chef des Paiter-Surui, le célèbre défenseur de la forêt amazonienne a porté plainte ce vendredi 22 janvier contre le président brésilien et plusieurs ministres pour crimes contre l'humanité, devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye (Pays-Bas).

Les plaignants dénoncent une dégradation alarmante des droits des peuples autochtones depuis l'investiture du président en 2019. " La destruction de la forêt amazonienne s'est accélérée sans commune mesure : augmentation de la déforestation de 34,5 % en un an, taux d'assassinat de leaders autochtones le plus élevé depuis ces onze dernières années, effondrement et menaces des agences environnementales..." ont-ils résumé dans la plainte révélée par le journal Le Monde samedi 23 janvier. 

Selon eux, la politique du gouvernement mène а des "transferts forcés de population" , des "persécutions " et des " meurtres ", qui, selon les critères établis par la CPI, constituent des "crimes contre l'humanité ". Depuis 2002, la CPI traite des affaires les plus graves à l’échelle internationale - actes de génocide, crimes de guerre...-   lorsque les autorités nationales ne peuvent ou ne souhaitent pas engager de poursuites. 

Preuves à l'appui

Un dossier de 65 pages, rédigé par l'avocat français William Bourdon, rassemble 21 pièces à convictions, parmi lesquelles des preuves scientifiques et des accusations d'ONG et d'institutions internationales. Sont notamment dénoncés la suspension du démarquage des territoires autochtones, le projet de loi présenté en février 2020 au Congrès brésilien pour ouvrir les zones protégées à l'exploitation minière, hydroélectrique et agricole, et les assassinats de sept chefs indigènes restés jusqu’alors impunis. 

La plainte met également en avant l'idée que la déforestation "constituerait un danger direct non seulement pour les Brésiliens mais également pour toute l’humanité". La forêt amazonienne est en effet un puit majeur de CO2 et un réservoir de biodiversité. Si l'accusation a obtenu un écho médiatique important, rien n’est pourtant garanti : dans les faits, la Cour pénale internationale n'est pas dans l'obligation d’ouvrir une enquête.

Pauline Fricot, @PaulineFricot

 

 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Femmes deplacees pakistan inegalites AKRAM SHAHID AFP

Crise climatique et sanitaire : pas d’égalité femmes-hommes avant trois siècles

Santé, éducation, alimentation, emploi… Les inégalités femmes-hommes se creusent alertent les Nations Unies. Plus pauvres et plus précaires, les femmes subissent de plein fouet les crises mondiales, comme la pandémie, la guerre en Ukraine, mais aussi le changement climatique. Au point de faire...

Quotidien Reunion Sans Nous boycott CoupeMonde

L’appel au boycott de la Coupe du monde de football prend de l’ampleur

Le Quotidien de La Réunion a décidé de ne pas couvrir la Coupe du monde de football qui se déroulera au Qatar à partir du 21 novembre. La rédaction du journal local a décidé de boycotter l’événement sportif en raison des atteintes aux droits humains dans son organisation et de son empreinte carbone...

Ouighours Decoupages YUZU Productions

Ouïghours : L’ONU reconnaît les violations des droits humains dans le Xinjiang par la Chine

C’est un sceau officiel que vient d’apposer l’ONU sur les accusations de violation des droits humains dans la région du Xinjiang, portées de longue date contre la Chine. L’organisation internationale vient de publier un rapport reconnaissant les crimes contre l’humanité à l’encontre des Ouïghours....

Qatar coupe du monde droits humains football TobiasSchwarz AFP Pool dpa Picture Alliance via AFP 1

Coupe du monde 2022 : Le Qatar expulse des travailleurs étrangers réclamant leur salaire

C'est une nouvelle preuve de violation des droits humains liée à la Coupe du monde au Qatar. Selon l'ONG Equidem, 60 travailleurs étrangers travaillant sur les chantiers de l'évènement sportif ont été expulsés du pays après une mobilisation pour réclamer leur salaire. Les autorités se défendent et...