Publié le 28 octobre 2020

SOCIAL

Covid-19 : la colère sociale éclate en Europe face aux reconfinements et couvre-feux

Alors que le gouvernement vient d'imposer un reconfinement généralisé en France en raison de l'épidémie du Covid-19, l'Europe prend des mesures restrictives de plus en plus fortes qui passent mal auprès des populations les plus touchées. En Italie et en Espagne notamment, des manifestations et affrontements contre les couvre-feux ont éclaté dans plusieurs grandes villes. 

Turin manifestation couvre feu MAURO UJETTO NURPHOTO NURPHOTO VIA AFP
Des incidents violents se sont notamment produits à Milan et Turin.
MAURO UJETTO / NURPHOTO VIA AFP

[Mise à jour le 30 octobre] Face à la seconde vague de la pandémie, l’Europe accroît les mesures sanitaires contraignantes. En France, l’Exécutif a annoncé de nouvelles restrictions, optant pour un reconfinement généralisé mais allégé. Les crèches, écoles, collèges, lycées restent ouvert. Le but est de contrer cette deuxième vague qui est "plus meurtrière que la première", selon le chef de l'Etat. Si cette annonce est un coup de massue pour les entreprises qui craignent une recrudescence des faillites, le secteur professionnel n'est pas le seul à être vent debout. Partout en Europe, la colère monte, à commencer par l’Italie. 

Lundi 26 octobre, des milliers de personnes ont manifesté dans plusieurs villes du pays pour protester contre la fermeture des restaurants et des bars à partir de 18 heures et de tous les théâtres, cinémas et salles de sport pendant un mois. Des incidents violents se sont notamment produits à Milan et Turin, les deux grandes villes du nord du pays, où la police anti-émeute a été déployée et a riposté à coups de tirs de lacrymogènes. Des tramways ont été vandalisés, des poubelles incendiées, des deux-roues renversés et quelques vitrines caillassées.

Pour calmer la colère des manifestants, le Premier ministre italien Giueseppe Conte a annoncé débloquer 5 milliards d'euros. Dans cette enveloppe, 2,4 milliards seront destinés aux entreprises les plus impactées par les mesures de demi-confinement. "Des gens souffrent et ne peuvent pas attendre", a justifié le Premier ministre alors que l'Italie envisage d'imposer un confinement calqué sur le modèle français.

"On va mourir de faim" 

À Barcelone, en Espagne, le couvre-feu nocturne décrété dimanche 25 octobre dans toute la Catalogne entre 22 heures et 6 heures du matin a également provoqué la colère de certains citoyens. Le lundi 26 octobre, une manifestation de colère a été organisée. Le rassemblement a provoqué des échauffourées avec la police alors que les autorités réfléchissent à durcir les mesures en imposant un confinement de la population le week-end. Le 16 octobre déjà, plusieurs centaines de manifestants ont protesté contre la fermeture des bars et restaurants en Catalogne. "On va mourir de faim", "Non à la fermeture", criaient les manifestants dont la plupart étaient salariés dans le secteur de la restauration. 

 

Au Pays de Galles, les restrictions ont provoqué colère et confusion. Pas le droit d'acheter de livres ou de vêtements pour bébés, même dans les magasins ouverts : confinés depuis vendredi et limités aux achats de produits "essentiels". Plus de 65 000 Gallois avaient signé lundi une pétition exigeant l'abandon de ces règles jugées disproportionnées.

Hausse du mécontentement social avec le Covid-19

Avec l’augmentation du chômage et le renforcement des inégalités sociales, les mesures de restriction sont de plus en plus difficilement acceptables pour une partie de la population. Dans une nouvelle enquête, l’assureur-crédit Coface pointe le risque d’une "hausse du mécontentement social" partout dans le monde.

"On était déjà avec un niveau de risque politique au niveau mondial qui était historiquement élevé avant que cette crise démarre et évidemment celle-ci ne fait qu'accentuer les problèmes", explique à l’AFP Julien Marcilly, chef économiste de l'assureur-crédit et coauteur de l'étude. Comme "la taille du gâteau aura diminué sur l'ensemble de la période" 2020 et 2021, "il faut s'attendre à davantage de conflits de répartition".

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Ouighours chine ALI ATMACA ANADOLU AGENCY Anadolu Agency via AFP

En plein scandale des Ouïghours, le directeur général de Sandro, Maje et Claudie Pierlot démissionne

Le groupe SMCP, qui détient les marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot, vient d'annoncer le départ de son directeur général Daniel Lalonde. Si le géant du textile affirme que sa démission n'a "rien à voir" avec le scandale des Ouïghours, le groupe fait néanmoins face à une crise. Début juillet, le...

Maindombe @J. Claeys Boùùaert

Quand les crédits carbone mettent en danger les droits des peuples autochtones

Absence de consentement, de retombées économiques ou modification de force de l'usage des terres... les populations autochtones bénéficient difficilement des retombées des crédits carbone issus des forêts qu'elles protègent. Une étude de l'ONG Rights and Resources Initiative (RRI) estime que seuls 3...

Manifestation anti pass sanitaire Alain Pitton NurPhoto NurPhoto via AFP

Vagues d’indignations après les comparaisons entre le recours au pass sanitaire et l’holocauste

Lors des manifestations contre la généralisation du pass sanitaire et les vaccins qui ont émaillé le pays ce week-end, de nombreux slogans ont effectué des comparaisons odieuses entre la politique française et l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces positions ont provoqué...

Piratage telephone pegasi Marilia Castelli on Unsplash

Pegasus : Cibles d’un système mondial d’espionnage, plusieurs médias et personnalités portent plainte

Des milliers de téléphones appartenant à des journalistes, avocats, défenseurs des droits humains... ont été espionnés par le logiciel israëlien Pegasus de NSO group, pour le compte de plusieurs pays dont le Mexique, la Hongrie ou encore le Maroc. Si la France n'était pas cliente du groupe NSO,...