Publié le 04 janvier 2022

SOCIAL

PFUE : La France sous pression pour faire adopter une directive européenne sur le devoir de vigilance

Alors que Paris prend les rênes du Conseil de l'UE, la directive européenne sur le devoir de vigilance visant à réguler les pratiques des multinationales sur le plan environnemental et social, vient à nouveau de subir un report. Le gouvernement en a fait une des priorités de la PFUE (Présidence française de l'Union européenne) mais l'opposition et les associations dénoncent un manque de volonté.

Presidence france union europenne CCO pixabay
La France a pris la présidence du Conseil de l'UE le 1er janvier dernier pour six mois.
CC0

C’est une directive très attendue qu’Emmanuel Macron a évoqué fin décembre dans les priorités de la présidence française de l’Union européenne (PFUE). "Nous souhaitons faire avancer le devoir de vigilance à l’échelle européenne", a ainsi fait valoir le chef de l’État. Une telle loi obligerait les entreprises multinationales à assurer une activité de production respectueuse des droits humains et de l’environnement sur l’ensemble de leur chaîne d’approvisionnement. La France est pionnière en la matière. Mais pour l’instant, la directive patine. "On nous assure que c’est une priorité de la PFUE mais rien ne bouge", dénonce Juliette Renaud, responsable de campagne "régulation des multinationales" des Amis de la Terre.

Le projet a déjà subi plusieurs reports. La Commission européenne devait en effet proposer un projet de législation cet été, puis à l’automne 2021 et enfin en janvier. Cette fois, l’échéance a été fixée à fin mars 2022. "La directive n’est pas bloquée", assure l’entourage de la ministre chargée de l’Economie sociale, solidaire et responsable, Olivia Grégoire, "C’est très difficile d’avoir un consensus sur ce sujet". Et de fait, la France a elle-même mis plus de trois ans a accouché d’une loi. Cette fois, ce sont 27 pays qui doivent s’accorder sur un texte ambitieux. Paris n’est pas seul. Plusieurs pays, une petite dizaine désormais, ont adopté des lois nationales en ce sens.  

"Il faut passer des paroles aux actes"

Si le gouvernement Castex assure que l’objectif est de faire avancer le projet pendant la PFUE, les associations sont dubitatives. "L’arrivée de Thierry Breton dans les négociations n’a clairement pas aidé", estime Juliette Renaud. Auparavant, seul le commissaire à la Justice, Didier Reynders, portait ce dossier mais il a été rejoint par le commissaire européen au marché intérieur. "Il est clairement plus à l’écoute des entreprises", ajoute-t-elle.

En décembre, l’European Coalition for Corporate Justice a envoyé une lettre à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, expliquant que ce troisième report inexpliqué risquait "de saper la confiance que les citoyens, la société civile et les victimes d’abus des entreprises ont placée dans l’UE pour promouvoir des entreprises durables et responsables à la suite de la pandémie de Covid, de la crise du climat et de la biodiversité". Pour l’eurodéputée Manon Aubry, présidente du groupe de la gauche à Bruxelles, il est temps de "passer des paroles aux actes". "L’Union européenne doit s’engager, elle donne des leçons sur la RSE, condamne le sort des Ouïghours en Chine mais elle manque de volonté ferme et forte", estime-t-elle. D’où l’importance que la France porte ce sujet et accélère le mouvement.

Une résolution française visant à inscrire l’adoption d’une législation ambitieuse sur le devoir de vigilance des multinationales parmi les priorités de la présidence française du Conseil de l’UE a d’ailleurs été adopté, sous l’impulsion des députés socialiste Dominique Potier et LREM Mireille Clapot. "Le moment est on ne peut plus opportun pour que la France (…) fasse entendre sa voix. Une voix qui dise notre détermination à faire adopter une directive ambitieuse et remettre en lumière les principes fondamentaux de la loi française", font valoir les députés.

Marina Fabre Soundron @fabre_marina 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Assemblee nationale THOMAS SAMSON AFP

Parité, diversité... Si l’Assemblée nationale était une entreprise, elle serait épinglée

Alors que les nouveaux députés font leur entrée à l’Assemblée nationale, pour la première fois, depuis 1988, la part des femmes a reculé. Comme les instances dirigeantes des grandes entreprises, les partis politiques sont pourtant sujets à des sanctions. "On a ici une dissonance entre ce que les...

Manifestation Ouighours Noemie Coissac Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Ouïghours : le Parlement européen veut interdire les importations liées au travail forcé

Les importations de produits issus du travail forcé de la communauté ouïghoure pourraient bientôt être interdites en Europe. Le Parlement européen a adopté une résolution non contraignante qualifiant la répression des Ouïghours de crime contre l’humanité et demandant à la Commission européenne...

Yemen war flickr felton davis

Plainte contre Dassault Aviation, Thales et MBDA accusées de crimes de guerre par des ONG

Les trois entreprises françaises ont vendu des armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, la coalition qui mène une guerre au Yémen. Or des observateurs ont constaté dans ce conflit ce qui peut s'apparenter à des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, affirment Mwatana for...

Dubai istock Delpixart

Dubaï : scandales financiers et sexuels derrière l’affiche touristique à base d’immobilier de luxe

#DubaïUncovered (démasquée) et #PortaPotty Gate sont le nom des deux scandales qui ont frappé en quelques jours l’émirat de Dubaï. Ils ont révélé la face sombre, plutôt fangeuse, de ce confetti géographique bling bling qui mise sur son immobilier de luxe et son opacité financière pour attirer les...