Publié le 27 juin 2018

SOCIAL

L'État va se substituer à Sanofi pour indemniser les victimes de la Dépakine

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a annoncé que l'État allait indemniser les milliers de victimes de la Dépakine, dont le nombre a été revu largement à la hausse. Ce médicament, prescrit depuis 1967 à des femmes enceintes, a provoqué des malformations graves des fœtus. Or Sanofi, le laboratoire qui a commercialisé le produit, refuse toujours de participer au fonds public mis en place. 

Depuis un demi-siècle la Depakine est notamment prescrite aux femmes enceintes alors que ce médicament peut provoquer des malformations graves au fœtus.
DR

L’État veut faire "toute la transparence" sur l’affaire de la Dépakine. Ce médicament à base de valporate, prescrit dans les cas d’épilepsie et de troubles de l'humeur, est commercialisé en France depuis 1967. L’ANSM, Agence du médicament, estime dans une nouvelle étude qu’entre 16 600 et 30 400 enfants pourraient avoir été atteints de troubles neuro-développementaux après avoir été exposés à la Dépakine dans le ventre de leur mère.

Jusqu’ici, les estimations de l’ANSM comptait entre 2 150 et 4 100 enfants atteints de malformations graves à cause du médicament.  "Ce qui compte pour moi, et c'est l'urgence, c'est que ces familles d'abord connaissent le risque, et donc puissent se tourner vers l'Oniam [Office national d'indemnisation des accidents médicaux], et puissent être indemnisées. (...) Et Sanofi, c'est le travail de l'État", a expliqué Agnès Buzyn, ministre de la Santé, au micro de France Inter. 

Un fonds abondé par l'État

Les victimes seront indemnisés à partir du fonds public créé par l'ancienne ministre de la Santé, Marisol Touraine. Pour l'instant alimenté de 77 millions d'euros, il devra une nouvelle fois être abondé en septembre. Problème, selon l'Apesac, Association des victimes de la Dépakine, le laboratoire Sanofi n'a participé à aucun financement. 

"Le défaut d'informations du laboratoire a pourtant été établi. Sanofi connaissait la toxicité de la Depakine depuis les années 90, mais il n'en a pas informé les patientes. Si nous avions été au courant, aucune de nous n'aurait ce risque",, explique à Novethic Marine Martin, fondatrice de l'association dont les deux enfants souffrent de troubles psychomoteurs et de troubles autistiques.

Sanofi reconnu coupable en novembre 2017 

Or, en novembre 2017, la Cour d'appel d'Orléans a en effet condamné Sanofi a versé 3 millions d'euros à une famille de victimes. "L'inertie du laboratoire est scandaleuse. C'est à Sanofi de payer, pas aux contribuables", dénonce Marine Martin. Sanofi a de son côté affirmé à l'AFP  qu’"aucune discussion n’a été possible" avec l’Apesac.

L’association a lancé la première class-action, action de groupe, dans le domaine de la santé en mai 2017. Une class action qui représentait alors quatorze mères. "Cela permet aux plaignantes de ne pas avancer les frais d’avocats", expliquait l’association. Aujourd’hui tous les médicaments à base de valporate sont interdits aux femmes enceintes et en âge de procréer. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Paul Hudson PDG Sanofi GonzaloFuente AFP

Sanofi lance une marque à but non lucratif et tente de redorer son image

Le laboratoire a lancé Impact, sa marque de médicaments vendus sans profit dans 40 pays pauvres. Une trentaine de médicaments considérés comme essentiels par l’OMS seront ainsi distribués. Pfizer a annoncé une initiative comparable, tout comme l'IFPMA, la fédération internationale réunissant 38...

Avortement etats unis entreprise NATHAN HOWARDGETTY IMAGES NORTH AMERICAGetty Images via AFP

La suppression du droit à l’avortement fédéral impacte de plein fouet les entreprises américaines

L’onde de choc de la décision de la Cour Suprême américaine de ne plus garantir le droit à l’avortement aux États-Unis a des conséquences pour les entreprises. Qu’elles soient en faveur de la protection des droits des femmes ou dans le camp adverse, elles sont sommées de s’engager sur cette question...

Assemblee nationale THOMAS SAMSON AFP

Parité, diversité... Si l’Assemblée nationale était une entreprise, elle serait épinglée

Alors que les nouveaux députés font leur entrée à l’Assemblée nationale, pour la première fois, depuis 1988, la part des femmes a reculé. Comme les instances dirigeantes des grandes entreprises, les partis politiques sont pourtant sujets à des sanctions. "On a ici une dissonance entre ce que les...

Manifestation Ouighours Noemie Coissac Hans Lucas Hans Lucas via AFP

Ouïghours : le Parlement européen veut interdire les importations liées au travail forcé

Les importations de produits issus du travail forcé de la communauté ouïghoure pourraient bientôt être interdites en Europe. Le Parlement européen a adopté une résolution non contraignante qualifiant la répression des Ouïghours de crime contre l’humanité et demandant à la Commission européenne...