Publié le 09 janvier 2020

SOCIAL

Soldes : alors que Zara empoche des milliards de bénéfices, les ouvrières gagnent à peine de quoi vivre

Ils génèrent 30 % du chiffre d'affaires annuel de l'habillement ! Les soldes sont de retour depuis le mercredi 8 janvier pour une période réduite cette année à quatre semaines. Les géants de la fast fashion comme Zara vont multiplier les bonnes affaires. Mais à l’autre bout de la chaîne, loin de l’hystérie provoquée par ces promotions, les agriculteurs et ouvriers gagnent à peine de quoi vivre.

Cout du respect Zara sweatshirt Le Basic SKC Public Eye Ethique sur l etiquette
Les ouvrières et ouvriers font les frais de la pression massive exercée sur les prix par Inditex auprès de ses fournisseurs.
@Collectif sur l'étiquette / Basic / SKC / Public Eye

2,08 euros, c’est la somme que doivent se partager les ouvriers et agriculteurs tout au long de la chaîne d’approvisionnement pour chaque sweat Zara vendu au prix moyen de 26,70 euros. La marque, elle, dégage un bénéfice deux fois plus important soit 4,20 euros. Ces calculs (1) réalisés par le Bureau d'analyse sociétale pour une information citoyenne (Basic), avec Public Eye en Suisse, SCK aux Pays-Bas et le collectif Ethique sur l’Etiquette en France, doivent servir d’alerte aux consommateurs alors que les soldes d’hiver ont démarré mercredi 8 janvier. 

Public Eye a pu retracer le parcours d’un sweat-shirt symboliquement floqué du mot "Respect", en référence à la chanson d’Aretha Franklin sur les droits des femmes, après plusieurs relances auprès de la maison-mère Inditex et dix semaines d’attente. Celui-ci a été fabriqué dans plusieurs usines turques et le coton a été cultivé en Inde avant d’être vendu dans les magasins européens de la marque espagnole. L’envers du décor : salaires de misère, horaires excessifs, contrats précaires.

Un roulement de 12 heures d’affilée

"Les ouvrières et ouvriers font les frais de la pression massive exercée sur les prix par Inditex auprès de ses fournisseurs, explique l’association. "L’usine chargée de la confection des 20 000 pulls n’a reçu que 1,53 € par pièce. Et l’imprimerie qui a apposé le slogan aurait touché à peine 17 centimes par impression. Pour s’en sortir, les propriétaires des usines sont contraints de payer leur personnel moins qu’ils ne le devraient, ou de le faire travailler plus. Dans l’une des usines, la production se ferait 24 heures sur 24, divisées en deux horaires seulement", soit 12 heures d’affilée, souligne Public Eye. 

Decomposition du prix du sweat shirt

Les salariés turcs de la confection ont gagné en moyenne 430 euros par mois, soit un tiers environ du salaire vital estimé par la Campagne Clean Clothes. Il en est de même pour les travailleurs dans les champs de coton en Inde. Or, dans son code de conduite, Inditex affirme que ses fournisseurs devraient verser des salaires "toujours suffisants pour couvrir au moins les besoins de base des travailleurs et de leur famille ainsi que tout autre besoin raisonnable." Mais le groupe refuse de communiquer sur le niveau des salaires versés ou sur le prix d’achat de ses articles.

Le modèle agressif de Zara

Zara est le fleuron du groupe. Elle représente à elle seule 70 % des ventes totales d’Inditex sur 26 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Il faut dire que la machine est bien huilée. Les magasins sont approvisionnés deux fois par semaine et les collections remplacées chaque mois afin de coller aux dernières tendances. La marque réussit à faire concevoir, fabriquer et livrer un article en trois à quatre semaines, du design jusqu’à la mise en rayon. Zara crée ainsi 65 000 nouveaux produits chaque année à prix abordables. Un renouvellement effréné qui rend ses clients "addicts". Ceux-ci se rendent en moyenne 17 fois par an dans ses magasins (contre 3 à 4 fois chez ses concurrents).

Pour tenir le rythme, les vêtements doivent être fabriqués dans un périmètre relativement restreint. Selon Inditex, plus de la moitié de ses 7 235 fournisseurs se trouvent ainsi en Espagne, au Portugal, au Maroc ou en Turquie, laissant entendre qu’il ne fait pas partie des grands groupes de la fast fashion qui exploitent une main d’œuvre éloignée. "Mais Zara comme les autres, puise largement l’efficacité de son modèle dans cette main d'œuvre sous-payée", dénoncent les ONG. "Son hégémonie ne laisse que peu de marge aux sous-traitants pour négocier des conditions commerciales et de rémunération décentes", estiment-elles.

Elles appellent le groupe espagnol à adopter des pratiques d’achats vraiment responsables, qui permettraient le versement d’un salaire vital aux travailleurs tout au long de sa chaîne d’approvisionnement. En réaction, Inditex précise que "les calculs avancés par Public Eye sont sans fondement." "Les conclusions sont donc totalement inexactes et trompeuses, et nous les rejetons fermement. Le prix d'approvisionnement est bien supérieur à celui communiqué de manière spéculative dans le rapport et toutes les usines citées avaient fait l'objet d'un audit antérieur qui ne révélait aucun manquement concernant les salaires des travailleurs."

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Lire le rapport des ONG

Article mis à jour le 8 janvier à 17h, avec la réaction du groupe Inditex.


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Transition durable : les soldes, c'est démodé

Symbole de la fast fashion, les soldes sont en perte de vitesse. Au point que certains professionnels du secteur s'interrogent sur leur avenir. Quelques petites marques engagées ont déjà décidé de ne plus y participer par souci écologique en défendant "le juste prix". Mais pour les plus...

Derrière les soldes, des ouvrières asiatiques violentées pour tenir le rythme de production imposé par H&M, Gap et Walmart

Les soldes d’été démarrent ce mercredi 27 juin. C’est parti pour six semaines de promotions et de rabais en tous genres. Mais derrière ces piles de vêtements à bons prix, il y a des ouvrières à l’autre bout du monde qui subissent tous les jours des violences verbales et physiques. 

Soldes d’hiver : un déstockage massif qui interroge nos modes de production et de consommation

Depuis mercredi, les soldes d’hiver ont démarré avec son lot de promotions et de bonnes affaires. Mais parallèlement à la frénésie que cet événement peut générer, un mouvement de résistance se développe. Il a comme interrogation, l’impact environnemental et social de nos achats.

[Infographie] Derrière les soldes, le coût environnemental et social des vêtements

Alors que les soldes battent leur plein, Novethic revient sur les dessous de la fabrication des vêtements en suivant les traces d’un t-shirt de la culture du coton à la fin de sa vie. Son empreinte environnementale et sociale est loin d’être anodine.

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Gaspillage alimentaire invendus

200 grands groupes agroalimentaires s’engagent à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2030

Ce sont des géants de l'agroalimentaire et ils viennent de rejoindre l'initiative "Champions 12.3" qui vise à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d'ici 2030. Parmi eux Kellogg, McCain ou encore Unilever. Chaque groupe engagé doit pousser 20 de ses fournisseurs à s'investir dans cette...

Publicite climat 2 pixabay BH

Bruno Le Maire contre une interdiction systématique de la publicité pour les produits polluants comme les SUV

Le ministre de l'Economie, Bruno le Maire, s'est dit opposé mardi à une interdiction de la publicité sur les produits polluants, comme le demandaient la Convention citoyenne pour le climat et plusieurs propositions de loi, dont une récente du groupe Ecologie-Démocratie-Solidarité. Le ministre prône...

Publicite chaise vide CCO iStock FroggyFrogg

"L’autorégulation de la publicité est un échec", dénonce France Nature Environnement qui choisit la politique de la chaise vide

Après 12 ans de participation à l’organe de concertation de l’autorité de régulation professionnelle de la publicité, France Nature Environnement (FNE) claque la porte. Pour l’association, qui était la seule représentative de la défense de l’environnement dans cet organisme, celui-ci défend les...

Mode textile pixabay

Malgré les promesses du monde de la mode, les collections responsables restent marginales

Avec la prise de conscience écologique des consommateurs, les grandes enseignes de la fast fashion ont pris des engagements durables pour s'adapter à la clientèle. Mais, concrètement, cela se voit peu dans leurs collections. Chez Zara et HM, les collections responsables représentent environ 10 % de...