Publié le 19 novembre 2020

SOCIAL

Radio France veut une publicité plus durable sur ses antennes

Le groupe Radio France a annoncé la mise en place dès janvier de nouveaux "espaces publicitaires responsables", gratuits ou à tarifs préférentiels, en faveur des acteurs mobilisés pour la transition écologique. Une mesure qui prolonge son "engagement éditorial très fort pour l'environnement", assure la direction.

Radio France CCO Zairon
Le groupe Radio France a annoncé mardi la mise en place dès janvier de nouveaux "espaces publicitaires responsables".
@Zairon CCO

Radio France veut mettre en cohérence ses programmes et ses publicités. C’est ce que le groupe de radio publique indique dans un communiqué annonçant la création d’une série de nouveaux "espaces publicitaires responsables" dès le 1er janvier 2021. Une démarche s’appliquera à l’antenne comme sur le numérique pour les podcasts.

Depuis 2016, le service public a été autorisé à élargir son spectre de diffusion des publicités autrefois cantonné aux seuls messages collectifs et d’intérêt général. Mais beaucoup d’auditeurs n’ont pas suivi et sont nombreux à se plaindre de "l’omniprésence de la publicité" sur l’antenne. En janvier dernier, la médiatrice de France Inter relayait ainsi des messages énervés d’auditeurs pestant contre des "logorrhées hystérisantes glorifiant les voitures qui contribuent à faire crever la planète à petit feu"

Difficile cependant pour le groupe de radio public de se passer de la publicité qui lui rapporte désormais 50 millions d’euros par an alors que les subventions publiques baissent. S’il refuse de vendre des espaces à la grande distribution, pourtant premier annonceur national, il ne peut se passer de tous les secteurs lucratifs, dont les constructeurs automobiles qui pèsent pour 30 % du chiffre d’affaires national de la publicité…Pas question donc d'interdire d'antenne la réclame pour des produits polluants comme des SUV comme le demandent des ONG, politiques ou la Convention citoyenne pour le climat.

Message à caractère utile pour la société

Le groupe a en revanche décidé de consacrer des espaces à des messages plus à même de correspondre aux exigences de service public avec des "messages utiles à la société". Un premier espace dit "solidaire" accordera ainsi plus de 10 heures d'antenne gratuite par an à des ONG, associations voire acteurs du privé en pointe sur la question, choisis au terme "d'une procédure juste et équitable", avec différents acteurs comme l'Ademe (Agence de la transition écologique).

Un second espace offrira des écrans publicitaires à des heures de grande écoute aux "produits éco-responsables à un tarif de -40 %". Ceux-ci seront choisis "sur la base des 100 labels environnementaux listés et recommandés par l'Ademe". Enfin, un "espace responsable" sera dédié aux spots précédant les podcasts, considérés comme un relais de croissance d’audience et de marché pour le groupe.

Pour Sibyle Veil, la présidente-directrice générale de Radio France, "le service public prend aujourd’hui un tournant important en faveur d’une publicité plus responsable" en rendant visible l’engagement de Radio France sur la transition écologique dans tous ses temps d’antenne. "Nous avons choisi une démarche vertueuse, qui donne accès à nos antennes à des acteurs engagés et encourage l’ensemble des annonceurs à faire leur transition”, assure ainsi Sybile Veil dans un communiqué.

Radio France suit ainsi une nouvelle tendance des annonceurs à proposer des formats plus "éthiques" pour faire face à la gronde populaire contre la publicité et son rôle dans le changement climatique mais qui restent bien en deçà des enjeux RSE du secteur. Chaque année, en France, 11 milliards d'euros sont dépensés par les entreprises en publicité, soit près de 20 % des investissements annuels des entreprises du CAC 40.

Béatrice Héraud @beatriceheraud avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...

Fourrure kerring Vita Leonis on Unsplash

Gucci, Saint Laurent, Balenciaga… le groupe Kering n’utilisera plus de fourrure animale

Exit la fourrure animale. Le groupe de luxe Kering, qui détient notamment les marques Balenciaga, Saint Laurent, Brioni ou encore Alexander McQueen vient d'annoncer, face à la pression des associations comme Peta, qu'il n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses collections. Un choix félicité...

Journees europeennes Patrimoine

Journée du patrimoine : cinq lieux à découvrir de toute urgence

À la découverte de sites d'exception ! Du samedi 18 au dimanche 19 septembre, des centaines de monuments vont ouvrir leurs portes aux citoyens. Patrimoine industriel, naturel, social... Novethic a sélectionné cinq visites à réaliser sans attendre.

Empreinte carbone carbonfact

Découvrez Carbonfact, le futur Wikipédia de l’empreinte carbone de nos produits

La nouvelle plateforme Carbonfact, créée début juillet, veut donner la possibilité aux consommateurs de connaître l'empreinte carbone des produits qu'ils achètent, tout comme ils connaissent leur prix. Transparence et comparabilité sont les maîtres clés de Carbonfact qui ambitionne ainsi de devenir...