Publié le 15 février 2021

SOCIAL

"C’est qui le patron", prêt à partager le secret d'une rémunération plus juste des producteurs avec la grande distribution

Comme chaque année, les négociations commerciales entre distributeurs, industriels et producteurs, tournent au drame. Dans ce contexte, la marque "C'est qui le patron" vient d'accepter de partager les cahiers des charges de ses produits à la grande distribution et marques indépendantes pour leur permettre de mieux rémunérer les agriculteurs. Monoprix a ainsi basculé toute sa gamme de lait de marque propre dans cette démarche. 

C qui le patron
Le lait de la marque des consommateurs représente désormais 5 % des ventes nationales.
C'est qui le patron

"C’est qui le Patron", marque qui offre une rémunération plus juste aux agriculteurs, vient d'ouvrir le cahier des charges de ses produits à l'ensemble des fabricants et distributeurs qui souhaitent reproduire son modèle. "On a beaucoup hésité, on ne voulait pas servir de caution. Les sociétaires craignaient le risque de greenwashing", explique le fondateur de la marque, Nicolas Chabanne. "Mais la situation des producteurs est telle qu’on ne pouvait pas se permettre d’être une marque recroquevillée sur elle-même", ajoute-t-il.

En effet, une fois de plus, les négociations commerciales entre producteurs, industriels et distributeurs se passent mal. Malgré la loi sur l’alimentation (Egalim) pensée pour mieux gérer les rapports de force, le compte n’y est pas. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a accusé le 12 février sur BFMTV "certains acteurs" de la grande distribution de ne pas respecter la règle de la transparence des prix. 

Jusqu'alors les consommateurs-sociétaires de "C'est qui le Patron" refusaient de partager leurs cahiers des charges, hormis pour un test avec Monoprix. Depuis trois ans le distributeur applique en effet les critères de C'est qui le patron à toutes ses bouteilles de lait de marque propre. "Le prix des bouteilles a augmenté mais le but c'était de sortir de la guerre des prix, d'avoir un partage de la valeur plus sain", explique Céline Desanlis, directrice des marques propres Monoprix. "On n'en vend pas forcément autant qu'avant mais on est dans une démarche de "moins mais mieux", avance-t-elle.

Une sorte de label

La transparence étant le maître mot de C’est qui le patron, la marque ne compte pas adouber les distributeurs qui reprennent son cahier des charges, un quasi-label, sans aucun contrôle. Les sociétaires, comme à leur habitude, iront vérifier chez les producteurs le bon respect des critères, et, bien sûr, la répartition de la valeur. Selon les produits et les marques, C’est qui le patron pourra afficher son logo et parfois, inscrire un QR code qui permettra aux consommateurs de connaître toute l’histoire du produit qu’ils viennent d’acheter. La marque a ainsi trouvé une manière de répondre aux demandes des distributeurs, de plus en plus nombreux à faire appel à elle. 

"C’est un changement d’échelle pour nous. Il y a un enjeu incroyable, on ne pouvait passer à côté. On a décomplexé les distributeurs et montré qu’augmenter un peu les prix, en assurant que les centimes en plus reviennent aux producteurs, est un argument de vente", avance Nicolas Chabanne. La marque C’est qui le patron récupérera un pourcentage sur les ventes des distributeurs, ce qui lui permettra de financer le dispositif de contrôle mis en place.

La marque a également décidé de reverser l’intégralité des bénéfices générés en 2020 à un fonds de solidarité qui vient en aide aux producteurs et aux commerçants qui ont subi la crise de Covid-19. Au total, plus de 1,5 million d’euros vont être redistribués. Nicolas Chabanne appelle d’autres marques à s’engager dans cette démarche. Il a déjà réussi à convaincre à convaincre entre autres Panzani et Carrefour d’abonder ce fonds de solidarité. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Dressing responsable applis unsplash

Mode responsable : quatre applis pour un dressing plus vertueux

Rentrée des classes, baisse des températures et changement de saison : septembre rime bien souvent avec nouvelle garde-robe. Mais alors que le secteur de la mode représente l’une des industries les plus polluantes, avec 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre émis chaque année, passer à des...

Reparation CC0

Lave-linge, smartphones, trottinettes... Fnac Darty publie le classement des marques les plus durables

Le "premier réparateur de France", comme le groupe Fnac Darty se décrit lui-même, publie la 5ème édition de son "Baromètre du SAV". Cet outil classe la centaine de produits analysés par le distributeur en fonction d’un score de durabilité. Le groupe constate une amélioration globale de la fiabilité...

C qui le patron 01

"C’est qui le patron" : la marque des consommateurs pour l'alimentaire étend son modèle à d’autres secteurs

Hygiène, habillement, santé, banque... la marque C'est qui le patron n'aidera plus seulement les agriculteurs. Celle qui a cassé le concept du "prix le plus bas" en rémunérant correctement les producteurs, s'autorise désormais à monter au capital d'entreprises voire à les racheter. Ces dernières...

Couverture homo confort

"Homo confort" : une critique acerbe de l’hyper-technologie qui a envahi notre quotidien

La quête effrénée du confort n’est pas sans conséquence. Dans son essai "Homo Confort"* publié au printemps dernier, l'anthropologue italien Stefano Boni explique que le coût d’une vie sans effort est environnemental et économique mais aussi sensuel et moral. Rupture avec la nature, appauvrissement...