Publié le 22 septembre 2018

SOCIAL

Poulehouse, la marque d’œufs qui sauvent les poules de l'abattoir, séduit la grande distribution

Manger des oeufs sans tuer des poules, voilà ce que propose Poulehouse. Cette marque, contrairement à toutes les autres, produit des oeufs bio sans envoyer les poules pondeuses à l'abattoir à leurs 18 mois. Elle préfère les garder jusqu'à la fin de leur vie, environ 8 ans, même si leur productivité baisse. Une question d'éthique et de non-maltraitance animale qui plait aux consommateurs. 

La marque veut désormais s'ouvrir au marché des produits transformés.
Pixabay

Oui, il y a mieux que les œufs bio dont les poules ont été élevées en plein air. Il y a Poulehouse. Cette marque, lancée en septembre 2017, propose à la vente des œufs de poules sauvées de l’abattoir. Une première mondiale. Peu de consommateurs le savent mais une poule peut vivre entre 6 et 10 ans. Or, normalement, les poules pondeuses sont envoyées à l’abattoir à 18 mois.

Au-delà de cet âge, elles deviennent moins productives et leurs pontes sont plus irrégulières. Une hérésie pour Sébastien Neusch, entrepreneur et designer, et son associé Fabien Sauleman. Les deux hommes décident alors de créer une marque d’œufs bio n’impliquant aucune souffrance animale.

600 000 œufs vendus à 1 euro l'unité 

"C’est un nouveau mode d’élevage", souligne Sébastien Neusch à Novethic. "On va plus loin que le bio et le plein air. On permet à nos éleveurs partenaires de ne pas envoyer leurs poules à l’abattoir en les recueillant dans une ferme dans le Limousin où elles pourront pondre à leur rythme. C’est une maison de retraite pour poules vieillissantes", explique-t-il.

Pour se maintenir à flot, le business model est simple : les œufs sont vendus deux fois plus chers qu’un œuf bio classique, soit 1 euro l’unité. Un prix élevé, permettant de financer la fin de vie des poules, qui semble avoir trouvé son public. "600 000 œufs ont été vendus", se félicite le cofondateur, "les consommateurs sont au rendez-vous".

Surtout depuis que la grande distribution commercialise leurs produits. Poulehouse a signé d’abord avec des enseignes spécialisées du bio comme Biocoop ou Naturalia pour s’ouvrir ensuite à des distributeurs tel qu’Intermarché, Monoprix ou Carrefour. Un vrai tremplin pour la petite marque dont l’ambition est de créer un nouveau label.

Un nouveau label pour un nouveau mode d'élevage

Aujourd’hui, les œufs sont marqués de 0 à 3 pour informer le consommateur sur le mode d’élevage de production des poules. 0 correspondant à une poule élevée en plein air et bio et 3 à une poule élevée en cage ou en batterie. Poulehouse voudrait créer un 0 + pour des œufs bio, en plein air, dont les poules ont été sauvées de l’abattoir.

Un autre débouché pourrait multiplier les ventes : les produits transformés. Nutritivement les œufs de poules vieillissantes n’ont rien à envier à leurs confrères, mais leur taille est plus grosse et leur coquille plus fragile. "Il pourrait être intégré dans des gâteaux ou des crêpes", espère Sébastien Neusch. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Burger vegetal istock alimentation

"Le gouvernement cède aux lobbys" : Les steaks de soja et saucisses de tofu, c’est fini

Les filières animales ont remporté la bataille. Les "steaks de soja", "saucisses véganes", "nuggets végétaux" ne pourront plus reprendre de dénominations liées aux produits carnés au nom de la "transparence" de l'information. Une victoire très critiquée alors que la réduction de consommation de...

Metaverse gafam Fanny PARISE Me lanie Bultez

Fanny Parise, anthropologue : "La consommation responsable est un alibi de l’hyperconsommation"

Ils portent des baskets écoresponsables, mangent des œufs "qui ne tuent pas la poule" et se déplacent en vélo électrique. Dans son dernier livre, l'anthropologue Fanny Parise épingle les apôtres de la consommation responsable, des "enfants gâtés" qui perpétuent un système hyperconsumériste. Loin de...

Solde fast fashion textile THOMAS COEX AFP

La perte d’intérêt pour les soldes, symbole d’un secteur de l'habillement en crise

Autrefois rendez-vous incontournable des consommateurs, les soldes subissent une perte d'intérêt. Si le Covid-19 et l'inflation qui a explosé avec la guerre en Ukraine participent à ce désamour, c'est une tendance plus profonde qui traverse tout le secteur de l'habillement. Les géants de la "real...

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...