Publié le 11 avril 2019

SOCIAL

[La vidéo des solutions] MyLabel, l’appli pour consommer responsable qui peut détrôner Yuka

Plus besoin de choisir entre préserver sa santé ou l'environnement en faisant ses courses. L'application MyLabel vous aiguille dans vos achats en fonction des critères sociaux, environnementaux et sanitaires qui vous paraissent le plus important. De quoi vous aider à manger en cohérence avec vos valeurs...mais aussi pousser les acteurs de l'agroalimentaire à créer des produits plus responsables. 

L'application MyLabel évalue les produits en s'appuyant sur les données des associations, ONG et institutionnels.
©MarinaFabre

Yuka, Buy or not, Wag… la liste des applications pour aider les citoyens à consommer responsable s'allonge au fil des mois. Dernière en date : MyLabel. Son originalité ? La polyvalence. "On travaille sur tous les thèmes durables", explique son cofondateur Christophe Hurbin.

L’application propose au consommateur de sélectionner trois grandes catégories : planète, santé, société. L’utilisateur peut à la fois surveiller la présence d’OGM dans ses aliments tout en privilégiant les produits qui rémunèrent le mieux les agriculteurs et dont le bilan carbone est faible.

"L’idée est de proposer une approche personnalisée où chacun définit ses critères, son label d’une certaine manière, qui va être important pour lui ou pour elle, ce sur quoi la personne a envie de se mobiliser", avance Christophe Hurbin. Quand l’utilisateur scanne son produit, un smiley vert apparaît lorsqu'il correspond à ses valeurs et un rouge le cas échéant. L’application propose dans ce dernier cas des alternatives plus responsables.

Une évaluation des associations

Pour évaluer les produits, MyLabel s’est associé à des ONG et des institutionnels. Parmi ces tiers de confiance on retrouve Greenpeace, 60 millions de consommateurs, l'Institut national de la consommation, Open Food Facts… Face à la défiance des consommateurs envers les distributeurs et industriels, MyLabel a cherché des acteurs en qui les acheteurs ont confiance.

"Notre but est de participer à la transition écologique en accompagnant les petits pas des consommateurs. On veut par exemple que la personne qui hésite entre deux lots de pâtes chez Lidl puisse choisir celle qui correspond le mieux à ses valeurs", explique Christophe Hurbin.

Pousser les industriels à créer des produits plus écolos

Quant au business model, MyLabel va vendre les données, anonymisées, des utilisateurs, aux marques. L’enjeu est de pousser les entreprises à créer des produits plus responsables en accord avec les souhaits des consommateurs. "C’est un cercle vertueux. On part des demandes des consommateurs, on passe par des tiers de confiance et on finit par les marques", défend le cofondateur.

Reste qu’il est compliqué de scanner tous les produits lorsqu’on fait ses courses, surtout quand on a peu de temps. Comme pour toutes les applications de ce type, lorsque le réseau ne fonctionne pas dans le magasin, MyLabel mouline. C’est pourquoi la startup permet aux utilisateurs de faire leur course en ligne de chez eux. Monoprix, Carrefour et Hourra proposent désormais ce service.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...

Fourrure kerring Vita Leonis on Unsplash

Gucci, Saint Laurent, Balenciaga… le groupe Kering n’utilisera plus de fourrure animale

Exit la fourrure animale. Le groupe de luxe Kering, qui détient notamment les marques Balenciaga, Saint Laurent, Brioni ou encore Alexander McQueen vient d'annoncer, face à la pression des associations comme Peta, qu'il n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses collections. Un choix félicité...

Journees europeennes Patrimoine

Journée du patrimoine : cinq lieux à découvrir de toute urgence

À la découverte de sites d'exception ! Du samedi 18 au dimanche 19 septembre, des centaines de monuments vont ouvrir leurs portes aux citoyens. Patrimoine industriel, naturel, social... Novethic a sélectionné cinq visites à réaliser sans attendre.

Empreinte carbone carbonfact

Découvrez Carbonfact, le futur Wikipédia de l’empreinte carbone de nos produits

La nouvelle plateforme Carbonfact, créée début juillet, veut donner la possibilité aux consommateurs de connaître l'empreinte carbone des produits qu'ils achètent, tout comme ils connaissent leur prix. Transparence et comparabilité sont les maîtres clés de Carbonfact qui ambitionne ainsi de devenir...