Publié le 01 octobre 2018

SOCIAL

Journée internationale du café : les producteurs boivent la tasse

Le café à la côte, revigoré par les dosettes et autres capsules individuelles. Les Français en consomment 5,4 kg par an, boostant ainsi les ventes. Mais cette explosion de la création de valeur reste concentrée autour des trois grands acteurs du secteur que sont Nestlé, JDE et Lavazza. Les producteurs, eux, sont toujours aussi mal lotis, selon une nouvelle étude publiée ce 1er octobre, à l'occasion de la journée internationale du café.

La filière café fait vivre 25 millions d'agriculteurs dans le monde.
Pixabay

Chaque jour, plus de 2 milliards de tasses de café sont bues dans le monde. Tiré par le succès des cafés individualisés grâce aux dosettes et capsules, le secteur est en pleine expansion. La filière génère à l'international un chiffre d’affaires d’environ 200 milliards de dollars par an. Une aubaine pour les torréfacteurs et les distributeurs... mais pas les producteurs. 

Alors que la création de valeur a explosé, avec 1,8 milliard d’euros supplémentaires de ventes annuelles de café en France, "le revenu capté par les pays de production est passé de 24 % de la valeur au milieu des années 1990 à 16 % en 2017", souligne une nouvelle étude diffusée par Max Havelaar, Commerce équitable France et le collectif Repenser les filières. En bref, les revenus générés ne ruissellent pas jusqu’aux producteurs et sont concentrés autour des trois premiers acteurs du café en France à savoir Nestlé, JDE et Lavazza. 

Des revenus en baisse de 20 % pour les producteurs péruviens et éthiopiens 

"C'est vraiment choquant de voir que la création de valeur réalisée sur notre travail, notre production, n'arrive pas jusqu'à nous", s’insurge Merling Preza, productrice de café au Nicaragua. "Il faut un engagement des industriels, des consommateurs et des pays développés pour que nous puissions vivre dignement. Il est clair qu'il peut y avoir une meilleure redistribution de la valeur", abonde la directrice de la coopérative Prodecoop représentant des milliers de producteurs latino-américains.

Il faut dire que la situation est alarmante : le sac de 45 kg vient de passer sous le seuil symbolique de 100 dollars. Un cours, bien en dessous des coûts de production, alerte la coopérative Ethiquable dans une nouvelle étude. Pour atteindre le seuil de survie, il faudrait accéder à un prix de 135 dollars.

"Concentration croissante et indécente de la richesse et du pouvoir"

La situation est telle que certains producteurs latino-américains refusent même de vendre leurs produits. Les producteurs subissent des chutes régulières des cours mondiaux de café, deuxième marché le plus volatile derrière le pétrole. Résultat, les prix de septembre 2018 sont similaires à ceux d'il y a 15 ans, en pleine crise. Les producteurs péruviens et éthiopiens ont même touché en 2017 un revenu 20 % plus faible qu’il y a 12 ans. 

"Cela révèle une tendance que nous observons dans beaucoup de chaînes de valeur aujourd’hui : une concentration croissante et indécente de la richesse et du pouvoir dans les mains des acteurs des pays consommateurs, tandis que les producteurs et les travailleurs en amont tombent encore plus dans la pauvreté", analyse Anna Cooper, coordinatrice du collectif Repenser les filières.

Le commerce équitable, l'exemple à suivre

Pour y remédier, plusieurs leviers sont à actionner. D’abord suivre l’exemple du commerce équitable qui propose un filet de sécurité avec un prix minimum et une prime collective aux producteurs. Ensuite, les associations demandent un encadrement des rapports de force. C’est d’ailleurs l’objet d’une des mesures de la loi agriculture et alimentation qui va bientôt être adoptée.

Elle prévoit que les industriels et distributeurs partent du coût de production pour construire leur prix et non l’inverse. Mais elle ne concerne que les producteurs français. De manière plus globale, les producteurs et associations poussent les grands groupes à appliquer d'urgence le devoir de vigilance en garantissant des revenus décents aux producteurs. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Burger vegetal istock alimentation

"Le gouvernement cède aux lobbys" : Les steaks de soja et saucisses de tofu, c’est fini

Les filières animales ont remporté la bataille. Les "steaks de soja", "saucisses véganes", "nuggets végétaux" ne pourront plus reprendre de dénominations liées aux produits carnés au nom de la "transparence" de l'information. Une victoire très critiquée alors que la réduction de consommation de...

Metaverse gafam Fanny PARISE Me lanie Bultez

Fanny Parise, anthropologue : "La consommation responsable est un alibi de l’hyperconsommation"

Ils portent des baskets écoresponsables, mangent des œufs "qui ne tuent pas la poule" et se déplacent en vélo électrique. Dans son dernier livre, l'anthropologue Fanny Parise épingle les apôtres de la consommation responsable, des "enfants gâtés" qui perpétuent un système hyperconsumériste. Loin de...

Solde fast fashion textile THOMAS COEX AFP

La perte d’intérêt pour les soldes, symbole d’un secteur de l'habillement en crise

Autrefois rendez-vous incontournable des consommateurs, les soldes subissent une perte d'intérêt. Si le Covid-19 et l'inflation qui a explosé avec la guerre en Ukraine participent à ce désamour, c'est une tendance plus profonde qui traverse tout le secteur de l'habillement. Les géants de la "real...

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...