Publié le 01 octobre 2018

SOCIAL

Journée internationale du café : les producteurs boivent la tasse

Le café à la côte, revigoré par les dosettes et autres capsules individuelles. Les Français en consomment 5,4 kg par an, boostant ainsi les ventes. Mais cette explosion de la création de valeur reste concentrée autour des trois grands acteurs du secteur que sont Nestlé, JDE et Lavazza. Les producteurs, eux, sont toujours aussi mal lotis, selon une nouvelle étude publiée ce 1er octobre, à l'occasion de la journée internationale du café.

La filière café fait vivre 25 millions d'agriculteurs dans le monde.
Pixabay

Chaque jour, plus de 2 milliards de tasses de café sont bues dans le monde. Tiré par le succès des cafés individualisés grâce aux dosettes et capsules, le secteur est en pleine expansion. La filière génère à l'international un chiffre d’affaires d’environ 200 milliards de dollars par an. Une aubaine pour les torréfacteurs et les distributeurs... mais pas les producteurs. 

Alors que la création de valeur a explosé, avec 1,8 milliard d’euros supplémentaires de ventes annuelles de café en France, "le revenu capté par les pays de production est passé de 24 % de la valeur au milieu des années 1990 à 16 % en 2017", souligne une nouvelle étude diffusée par Max Havelaar, Commerce équitable France et le collectif Repenser les filières. En bref, les revenus générés ne ruissellent pas jusqu’aux producteurs et sont concentrés autour des trois premiers acteurs du café en France à savoir Nestlé, JDE et Lavazza. 

Des revenus en baisse de 20 % pour les producteurs péruviens et éthiopiens 

"C'est vraiment choquant de voir que la création de valeur réalisée sur notre travail, notre production, n'arrive pas jusqu'à nous", s’insurge Merling Preza, productrice de café au Nicaragua. "Il faut un engagement des industriels, des consommateurs et des pays développés pour que nous puissions vivre dignement. Il est clair qu'il peut y avoir une meilleure redistribution de la valeur", abonde la directrice de la coopérative Prodecoop représentant des milliers de producteurs latino-américains.

Il faut dire que la situation est alarmante : le sac de 45 kg vient de passer sous le seuil symbolique de 100 dollars. Un cours, bien en dessous des coûts de production, alerte la coopérative Ethiquable dans une nouvelle étude. Pour atteindre le seuil de survie, il faudrait accéder à un prix de 135 dollars.

"Concentration croissante et indécente de la richesse et du pouvoir"

La situation est telle que certains producteurs latino-américains refusent même de vendre leurs produits. Les producteurs subissent des chutes régulières des cours mondiaux de café, deuxième marché le plus volatile derrière le pétrole. Résultat, les prix de septembre 2018 sont similaires à ceux d'il y a 15 ans, en pleine crise. Les producteurs péruviens et éthiopiens ont même touché en 2017 un revenu 20 % plus faible qu’il y a 12 ans. 

"Cela révèle une tendance que nous observons dans beaucoup de chaînes de valeur aujourd’hui : une concentration croissante et indécente de la richesse et du pouvoir dans les mains des acteurs des pays consommateurs, tandis que les producteurs et les travailleurs en amont tombent encore plus dans la pauvreté", analyse Anna Cooper, coordinatrice du collectif Repenser les filières.

Le commerce équitable, l'exemple à suivre

Pour y remédier, plusieurs leviers sont à actionner. D’abord suivre l’exemple du commerce équitable qui propose un filet de sécurité avec un prix minimum et une prime collective aux producteurs. Ensuite, les associations demandent un encadrement des rapports de force. C’est d’ailleurs l’objet d’une des mesures de la loi agriculture et alimentation qui va bientôt être adoptée.

Elle prévoit que les industriels et distributeurs partent du coût de production pour construire leur prix et non l’inverse. Mais elle ne concerne que les producteurs français. De manière plus globale, les producteurs et associations poussent les grands groupes à appliquer d'urgence le devoir de vigilance en garantissant des revenus décents aux producteurs. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Cozie machine @Cozie

[Ces startups qui changent le monde] Lait corporel, soin du visage, gommage… Cozie veut imposer le vrac pour la cosmétique

La tendance de l’achat en vrac atteint désormais les soins cosmétiques. Cozie a développé une machine permettant de distribuer huit gammes de produits en toute sécurité dans des flacons consignés. Flaconnage, réseau de collecte et nettoyage, formulation des soins… La startup a mis plus de deux ans à...

[J'agis pour la planète] Je n'achète plus rien de neuf

Il y a quelques mois, Novethic a créé la polémique en relayant une étude du cabinet B&L Evolution (1) qui présentait différentes mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C. Cet été, nous revenons sur quelques-unes de ces propositions pour comprendre comment elles pourraient changer la...

Objets symbole transition ecologique

La gourde, la cup, le tote bag… Ces objets devenus symboles de la transition écologique

Ils ne sont pas forcément durables mais ils sont pourtant devenus des marqueurs incontournables de la transition écologique. Les gourdes, les tote bag, les composteurs dépassent désormais largement leur simple fonction pour s’inscrire dans l’imaginaire collectif comme des éléments indispensables à...

Alimentation en 2050 burger riche

[Le monde en 2050] Seuls les riches peuvent manger gras

En seulement vingt ans, de 2020 à 2040, le nombre de personnes obèses a explosé en France faisant de la malnutrition le premier budget de l’État. Le gouvernement a donc décidé de proportionner les cotisations sociales au régime alimentaire. Plus un citoyen mange mal, plus il doit payer de...