Publié le 16 octobre 2019

SOCIAL

Anti-gaspillage alimentaire : ces solutions qui révolutionnent les pratiques des supermarchés

Un tiers de la production mondiale alimentaire est gaspillé. Un taux gigantesque dont tous les acteurs de la chaîne sont responsables. Pour remédier à cette situation, à l’occasion de la journée nationale contre le gaspillage alimentaire, Novethic a sélectionné cinq solutions anti-gaspi qui révolutionnent les pratiques de la distribution, de l’Happy Hour à l'initiative de Phenix, en passant par Too Good Too Go. 

Talage supermarche invendu gaspillage
Too good to go, Frigos solidaire, Nous anti-gaspi... ces applis ou nouvelles pratiques qui permettent aux supermarchés de lutter contre le gaspillage.
06Photo / iStock

"Nous", un magasin qui ne vend que des invendus alimentaires 

Il y a deux ans, le premier magasin "Nous" anti-gaspillage ouvrait à Rennes. Il en existe désormais cinq en France. Ce réseau propose aux consommateurs des produits invendus qui devaient partir à la poubelle. Des concombres tordus aux poulets fermiers bientôt périmés, ces magasins récupèrent tout et le vendent 30 % moins cher que la distribution classique. "L’objectif est vraiment de proposer aux producteurs et aux fabricants une solution de revente des produits invendus qui leur restent sur les bras", expliquait Charles Lottmann, le cofondateur, à Novethic en 2018. Un nouveau genre de magasin qui séduit les consommateurs.

 

Too Good Too go, l’appli anti-gaspi qui cartonne

C’est une application qui a déjà sauvé 10 millions de repas de la poubelle. Lancée en 2017, Too Good To Go, littéralement "trop bon pour être jeté" permet à des consommateurs d’acheter à petits prix les invendus des commerçants de leur quartier. Aujourd’hui, 10 000 commerçants sont partenaires de l’application utilisée par cinq millions de consommateurs. Une solution également adoptée par plusieurs supermarchés. 

 

Les Happy Hour dans les supermarchés 

On connaît les Happy Hour dans les bars, avec des boissons à moitié prix de 17 heures à 19 heures, on connaît moins ce concept dans les supermarchés et pourtant, il existe. En Finlande, la chaîne S-market a mis en place un rabais de 60 % sur les produits qui atteignent leur date limite de vente à partir de 21 heures. En France, pour l’instant les enseignes sont un peu frileuses et préfèrent proposer des promotions, tout au long de la journée, sur des produits bientôt périmés, permettant ainsi d’écouler les stocks au maximum sans gaspiller. 

 

Phenix, le lien entre les magasins et les associations 

En France, toutes les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés doivent obligatoirement conclure des conventions de dons avec des associations caritatives. Le but est d’éviter de jeter ou de détruire des aliments encore consommables. Pour faciliter le travail de ces magasins, qui ne parlent parfois pas la même langue que les associations, Phenix propose de venir récupérer les invendus et de gérer la logistique qui en découle, tout comme son concurrent, Comerso. Une aubaine pour tous : les associations collectent davantage, les magasins bénéficient d’une défiscalisation sur les dons et Comerso et Phenix trouvent leur compte via une commission sur l’économie générée.

 

Les frigos solidaires pour les plus démunis 

Un frigo et un meuble. Voilà ce qu'avait déposé l'association Cap ou pas Cap en 2018 devant Les Nouveaux Robinsons. Cette coopérative bio remplissant chaque jour ce garde-manger de ces invendus alimentaires. Une expérience qui permettait de venir en aide aux plus démunis. Si ce frigo-solidaire a depuis été supprimé devant le magasin, on compte désormais une quarantaine de garde-manger de ce type dans l'Hexagone dont sept à Paris portée par l'association Les Frigos solidaires.  

 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Greenwashing iStock Cristian Storto Fotografia

42% des sites de e-commerce succombent aux sirènes du greenwashing, selon la Commission européenne

La crise a accéléré la consommation en ligne et responsable. Mais certains sites de e-commerce n’hésitent pas à surfer sur la vague verte, sans apporter la preuve de leurs allégations environnementales. La Commission européenne a voulu vérifier sur pièces : 42% des sites analysés se parent d’une...

Masque chirurgical pixabay

Masque biodégradable, sportif ou rechargeable… Cinq initiatives qui vont changer notre quotidien

Le masque chirurgical n'a jamais été autant utilisé. Or, il est source importante de pollution et parfois d'exclusion pour les personnes atteintes de surdité notamment. Mais les entreprises innovent. En un an, plusieurs types de masques écoresponsables ont émergé pour réduire son empreinte...

Depistage Covid Istock Retvisual

Vaccins, tests : une pénurie mondiale de plastique menace la lutte contre le Covid-19

C’est une alerte lancée par les hôpitaux de Paris. La pénurie de plastique en cours génère des problèmes d’approvisionnement en test PCR notamment. Même la fabrication des vaccins est atteinte. Alors que la consommation de plastique a explosé avec la crise sanitaire, cette situation montre à quel...

La fabrique de l'ignorance miniature Arte

"La fabrique de l'ignorance" sur Arte : Quand les industriels instrumentalisent la science contre l'environnement

Freiner le progrès de la connaissance en utilisant la science contre elle-même : c’est la stratégie utilisée par certains industriels pour faire naître un doute sur la toxicité de leurs produits, ou remettre en question le réchauffement climatique. Un mécanisme décortiqué dans le documentaire La...