Publié le 09 novembre 2019

SOCIAL

[À l’origine] L’obsolescence programmée inventée en 1932 pour lutter contre le chômage de masse

Et si l'obsolescence programmée partait d'une bonne intention ? En 1932 le promoteur immobilier Bernard London publie un ouvrage dans lequel il défend l'idée de réduire la durée de vie des objectifs pour sortir de la crise économique dans lequel le pays est enlisé depuis le krach boursier de 1929. Soutenir l'activité des entreprises en renouvelant fréquemment nos biens de consommation, voilà la recette miracle qui paraît aujourd'hui totalement loufoque. 

Collage 01
L'obsolescence programmée est incompatible avec la sobriété nécessaire à la transition écologique.
Novethic

Un téléphone qui tombe en panne au bout de 10 mois d’utilisation seulement, un collant qui se file après une seule utilisation, une machine à laver qui fuit et dont la pièce de rechange est introuvable… L’obsolescence programmée est devenue un des maux de notre société. Elle pousse les citoyens à une boulimie d’achats désormais intégrée à nos modes de consommation. Or ces impacts économiques et environnementaux sont majeurs. Et pourtant, à l’origine, ce concept partait d’une bonne intention.

Les éditions Allia viennent en effet de republier, en août 2019, un ouvrage datant de 1932 et intitulé "L’obsolescence programmée des objets". Son auteur, Bernard London, y défend l’idée que réduire la durée de vie des objets permettra de sortir de la crise économique dans lequel le pays est alors enlisé depuis le krach boursier de 1929. L’auteur applique la logique du "plus les citoyens épargnent, moins ils consomment, moins les usines tournent" aux objets, vêtements, électroménagers… que les citoyens conservent participant indirectement au chômage de masse.

Pénaliser les citoyens qui conservent trop longtemps leurs objets

"Il n’a sûrement pas conscience d’inventer un nouveau concept et de désigner une troisième forme d’obsolescence, à côté de l’obsolescence technique et de l’obsolescence symbole ou psychologique (mode)", indique l’économiste Serge Latouche dans la revue du Mauss. "Ce dont il parle, c’est de la nécessité de renouveler les biens d’usage plus fréquemment pour soutenir l’activité des entreprises. On ignore s’il a inventé l’expression ou si elle était déjà utilisée dans le monde des affaires : toujours est-il qu’avec lui, elle entre dans le débat public". 

Pour Bernard London, il ne s’agit pas de tromper les citoyens comme l’aurait fait le cartel Phoebus. Ce cartel réunissait plusieurs fabricants d’ampoules qui auraient volontairement diminué la durée d’éclairage des ampoules. Au contraire, cet agent immobilier new-yorkais prône l’effort citoyen. Il va même jusqu’à proposer de pénaliser les citoyens qui garderaient trop longtemps leurs objets. "Ma proposition mettrait le pays entier sur les rails du redressement économique et permettrait de retrouver des conditions de travail normales et une prospérité durable", écrit-il.

Aujourd’hui, ce discours est totalement anachronique. L’urgence écologique a changé la donne. "L’obsolescence programmée est une absurdité à laquelle le projet de loi anti-gaspillage s’attaque", prévenait d’ailleurs en septembre la secrétaire d’État à la transition écologique Brune Poirson. "Nous allons créer un indice de réparabilité des produits dès 2021 : un produit non réparable, aux pièces collées, non disponibles… vous sera signalé très prochainement", assure-t-elle. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Voitures suv istock

"La baisse des ventes de véhicules profite aux constructeurs automobiles", selon Aurélien Bigo

La baisse des ventes automobiles n'est une bonne nouvelle ni pour le climat, ni pour les particuliers. C'est ce qu'explique à Novethic le chercheur sur la transition énergétique des transports, Aurélien Bigo. Il décrypte la stratégie des constructeurs : vendre moins mais plus chers des véhicules...

Ville verte sobriete frugalite pietons velos verdure transition istock Michael Wels

Inscription dans la loi, partage de l'effort, temps de travail : plus de 5 000 citoyens font des propositions en faveur de la sobriété

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté mercredi 11 janvier un avis sur la sobriété afin de favoriser son évolution dans la société et dans nos modes de vie. Signe que le sujet, encore tabou il y a un an, se démocratise. Parmi la vingtaine de préconisations, il y a la...

Seconde main vestiaire collective fast fashion pexel

Boohoo, Shein, Asos… La plateforme de seconde main Vestiaire Collective élimine la fast fashion de son catalogue

Vestiaire Collective s’engage contre la fast fashion. La plateforme de vente et d’achat de seconde main a annoncé fin novembre le retrait d’une vingtaine de références de son site. Il s’agit de la première étape d’un plan défini sur trois ans pour appeler à une mode plus responsable et à une...

Reparation

Black Friday : face à la surconsommation électronique, la revanche de la réparation

Il pleut des déchets derrière la frénésie du Black Friday. La surconsommation touche notamment les produits électroniques, dont les rebuts sont dangereux et la fabrication très émettrice de gaz à effets de serre. Réparer devient une solution incontournable, encouragée ces derniers mois par des...