Publié le 19 juin 2017

SOCIAL

Employer plus de femmes permettrait d'injecter 5 800 milliards de dollars dans l'économie mondiale

3,9% de PIB mondial en plus. C'est ce qu'une réduction de 25% de l'écart du taux d'activité entre femmes et hommes dans le monde d'ici 2025 engendrerait. En France, la retombée s'élèverait à 44,3 milliards d'euros. Aujourd'hui, le taux d'activité des femmes n'est que de 49,4% contre 76,1% pour les hommes dans le monde. 


Un meilleur accès des femmes au monde du travail permettrait d’accroître nettement le PIB mondial. Une nouvelle étude de l’OIT, Organisation internationale du travail, estime que réduire de 25% l’écart du taux d’activité entre les hommes et des femmes d’ici 2025 permettrait d’injecter 5 800 milliards de dollars dans l’économie mondiale. Cet objectif a été fixé par le G20 en 2014. Cela passe par la création de 189 millions de postes sur huit ans. Ce qui permettrait une hausse du PIB mondial de 3,9%.

Le chemin à parcourir est encore long : le taux d’activité mondial n’est que de 49,4% chez les femmes, 27 points de moins que celui des hommes ! "Le fait que la moitié des femmes dans le monde soient exclues de la population active, alors que 58% d’entre elles préféreraient avoir un emploi salarié, indique nettement qu’il existe d’importantes difficultés limitant leurs capacités et leur liberté de travailler", explique la directrice générale adjointe de l’OIT, Deborah Greenfield.

Une retombée de 44,3 milliards d’euros pour la France

Les recettes fiscales augmenteraient de plus de 1 500 milliards de dollars si les femmes travaillaient davantage. Cela toucherait pour l’essentiel les pays émergents avec 990 milliards de dollars et les pays en développement avec 530 milliards. "L’Afrique du Nord, les états arabes et l’Asie du Sud en seraient les principaux bénéficiaires puisque, dans ces régions, l’écart entre les taux d’activité des hommes et des femmes dépasse les 50 points de pourcentage", expliquent les auteurs.

Pour y parvenir, Steven Tobin, principal auteur du rapport, appelle à un changement de mentalité. "Trop souvent, certains membres de la société prétendent qu’il est "inacceptable" pour une femme d’exercer une activité rémunérée (…) Nous devons commencer par modifier notre conception du rôle des femmes dans le monde du travail et dans la société"

Quant à la France, si l’écart de 9,1 points du taux d’activité entre les sexes était éliminé, le pays bénéficierait  d’une retombée de 44,3 milliards d’euros. Déjà en 2016, France Stratégie avait tenté d’évaluer le coût économique des discriminations. Il estimait que si le taux d’emploi des femmes, ainsi que leur rémunération, étaient égal à celles des hommes, le PIB de la France bondirait de 6,9%. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Emma collegue du futur fellowes

Dos courbé, yeux rouges, chevilles et poignets gonflés, teint blafard, voilà à quoi pourrait ressembler le salarié de demain

Pour alerter sur nos habitudes de travail au bureau, des chercheurs ont conçu un mannequin censé représenter le salarié en 2040 si rien ne change. Le résultat fait froid dans le dos : varices, eczéma, dos courbé, teint pâle, yeux rouges, absence de cils… De quoi nous pousser à bouger !

Affiche sorry we missed you

Ubérisation du travail : Ken Loach filme la descente en enfer d’un chauffeur-livreur

L’ubérisation du travail est plus que jamais au cœur de l’actualité, allant même jusqu’à intéresser le cinéma et l’un de ses plus prolifiques réalisateurs. Le dernier film de Ken Loach, "Sorry we missed you", sorti le 23 octobre, vient relancer le débat sur les conditions de travail de ces milliers...

Brexit Londres CCO

[Brexit] Avec ou sans accord, le Brexit risque de peser durement sur les plus pauvres

Le revenu par tête des britanniques devrait chuter après le Brexit, prévient le think tank universitaire "The UK in a changing Europe". Alors que la pauvreté concerne un cinquième de la population, dont quatre millions de travailleurs, le Brexit devrait être ressenti encore plus durement par ces...

Christine renon manifestation enseignants mal etre education nationale Thomas SAMSON AFP

Directeurs d’école, policiers, médecins, pompiers... Un mal-être au travail hors des radars

Après les personnels hospitaliers et les policiers, ce sont les enseignants qui sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et dénoncer leurs conditions de travail. Les pompiers préparent eux aussi une action pour le 15 octobre. Le mal-être au travail se généralise dans la fonction...