Publié le 20 septembre 2021

POLITIQUE

Yannick Jadot face à Sandrine Rousseau : le second tour des Primaires écologistes opposera deux tons de vert

Le premier tour de la Primaire écologiste a désigné Yannick Jadot et Sandrine Rousseau. Le second tour opposera un homme à une femme, un candidat "légitime" face à une candidate "radicale", une écologie de rassemblement contre une écologie de la disruption. Le candidat ou la candidate désigné pour les Présidentielles le 28 septembre prochain pourra, quoi qu’il en soit, amener la campagne sur un autre terrain que celui de l’affrontement de têtes d’affiche.

Jadot Rousseau EELV MedhiFedouach AFP
Yannick Jadot et Sandrine Rousseau sont arrivés en tête du premier tour des primaires EELV.
@MedhiFedouach/AFP

Le scrutin virtuel des Primaires Écologistes a enregistré plus de 86 % de participation. Les quelques 105 000 votants sont visiblement de toutes les nuances de vert car quatre des cinq candidats ont obtenu plus de 20 % des voix. Yannick Jadot est en tête avec 27,7 % des voix, Sandrine Rousseau le suit avec 25,1 % des voix, la troisième est Delphine Batho. Avec 22,3 % des voix elle fait jeu égal avec Éric Piolle le maire de Grenoble, qui n’a recueilli que 22,2 % des voix alors qu’au début de la campagne écologiste, tous les spécialistes de la politique s’accordaient à penser qu’il était le seul à pouvoir concurrencer Yannick Jadot.

Difficile de savoir qui l’emportera in fine le 28 septembre. Les votants sont les mêmes qu’au premier tour et Delphine Batho n’a officiellement donné aucune consigne de vote pour l’un ou pour l’autre mais la primaire écologiste a permis de donner du temps d’antenne aux débats de fond sur le modèle économique (croissance ou décroissance), l’agriculture (en finir ou non avec les pesticides), l’urgence à agir pour le climat et la biodiversité et les moyens de lutter contre les inégalités sociales.

Signe de changement

Contre vents et marées médiatiques aux couleurs d’Éric Zemmour, les écologistes tentent d’imposer dans la campagne présidentielle des thèmes environnementaux et économiques sur lesquels les Français pourraient se prononcer en avril 2022. Premier à prendre la parole dimanche en fin de journée, Yannick Jadot a insisté sur la responsabilité qui pèse sur le futur candidat écologiste parce qu’il doit avoir la capacité de gagner les Présidentielles parce qu’"on ne peut plus transiger avec le climat, on ne peut plus transiger avec le vivant ni avec l’affaissement démocratique". Même ambition pour Sandrine Rousseau qui a affirmé que son score illustrait son slogan "Oui, les temps changent". Pour elle, la société française est prête à voter pour "une écologie de victoire, une écologie sociale qui change le système et déverrouille la société".

Dans un week-end largement dominé médiatiquement par le bleu nuit d’Éric Zemmour, le Vert de la Primaire Écologiste a fini par émerger tout comme le #Rousseau qui semble miser sur la victoire de la plus radicale des deux. Les commentateurs politiques parient sur le fait que, dix ans après, les sympathisants écologistes vont rejouer le match Nicolas Hulot contre Eva Joly qui avaient sèchement éliminé le premier. Si Sandrine Rousseau l’emportait sur Yannick Jadot est-ce que cela voudrait dire qu’un nombre significatif de citoyens aspirent à des changements radicaux ou que la défaite écologiste est assurée ? Vaste débat ! Pour faire des pronostics, il faut avoir en tête que seuls 14 % des votants sont des militants d’EELV.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...

Legislative nupes renaissance stephane de sakutin afp julien de rosa afp

Social et écologie, mots d’ordre des Législatives opposant la Renaissance d'Emmanuel Macron à l’alliance de la gauche, la NUPES

La cérémonie d’investiture d’Emmanuel Macron pour son second mandat a confirmé que la campagne des législatives aurait une tonalité différente de celle des Présidentielles, que la montée de l’extrême droite avait rivé sur la sécurité et de l’immigration. Dans son discours, le nouveau président a dit...

Emmanuel Macron election president Ludovic MARIN AFP

Quel président pour quelle France ? Les choix d’Emmanuel Macron restent flous

Emmanuel Macron a été réélu Président avec plus de 58 % des voix contre Marine Le Pen qui en a obtenu près de 41 %, soit huit points de plus qu’en 2017. La tonalité était au soulagement de ne pas voir l’extrême-droite accéder au pouvoir mais tous les commentateurs évoquaient les fractures, les...

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux...