Publié le 22 mars 2021

POLITIQUE

La création d'un "Défenseur de l’environnement" pourrait être inscrite dans la loi Climat et Résilience

Alors que la préservation de l'environnement devient omniprésente dans les débats à travers l'étude de la future loi climat et résilience, l'objectif est parallèlement de pouvoir garantir le respect et la compréhension des mesures à venir. Dans ce but, le gouvernement étudie la mise en place d'un Défenseur de l'environnement, chargé de veiller et conseiller sur le respect de la législation en matière d'environnement. Un projet qui ne fait cependant pas l'unanimité. 

IStock Chinnapong code environnement
Le Défenseur de l'environnement s'appuierait sur la Charte de l'environnement, présente dans la Constitution.
Istock / Chinnapong

Alors que l’Assemblée nationale a voté le 16 mars en faveur de l’inscription de la protection de l’environnement dans l’article 1er de la Constitution, la question du respect des mesures environnementales se pose plus que jamais. Dans ce cadre, le gouvernement a lancé une nouvelle piste : la mise en place d'un Défenseur de l’environnement, chargé de garantir les droits de la nature et du climat. "Un projet unique au monde" selon la députée LREM Cécile Muschotti, chargée depuis janvier de rédiger un rapport à ce sujet.

L’idée ne sort pas de nulle part : initialement proposée par la Convention citoyenne pour le climat, la proposition n’a pourtant pas été retenue dans le texte final rédigé par le gouvernement. Mais elle n’a pas été abandonnée pour autant. La députée doit présenter un rapport d’étape en mars. Avec un objectif précis : "intégrer le projet dans la loi climat et résilience directement en séance", précise-t-elle, c’est-à-dire pendant l’examen de la loi, du 29 mars au 18 avril.

Clarifier la procédure

Ce projet, Cécile Muschotti l’a en tête depuis plus de deux ans et en a déjà dessiné les contours. Elle imagine un Défenseur de l’environnement "calqué sur le modèle du Défenseur des droits". L'institution, complètement indépendante, aurait un rôle de médiatrice et pourrait être ainsi saisie par les citoyens, les entreprises et les collectivités pour obtenir des renseignements auprès de délégués territoriaux. Dans un second temps, "le Défenseur de l’environnement pourrait aussi se constituer en partie civile dans le cadre d’une procédure judiciaire ", ajoute la députée. Cela permet par exemple d'accéder aux dossiers d'enquêtes.

Cependant, les détracteurs estiment quant à eux que le projet n’apporterait rien de nouveau par rapport aux structures existantes. "Il existe déjà beaucoup d’institutions en matière d’environnement, admet Adeline Paradeise, avocate et spécialiste en droit de l’environnement. Mais il serait intéressant d’avoir une institution qui les chapeaute et qui permettrait de s’orienter dans ce millefeuille". Et c'est bien là l’une des préoccupations de la députée : "en tant qu’élue locale, je sais comme on peut souffrir de cela. Il s’agit de clarifier la procédure dans ce système illisible". D'autant plus que le Défenseur de l’environnement pourrait résulter d’une fusion de plusieurs structures existantes comme le médiateur de l'énergie ou la Commission nationale du débat public (CNDP).

Un avenir encore incertain

Mais le succès du projet n’est pas encore garanti. S’il est soutenu par la Ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, le temps presse. "Avec un rapport remis cet été, une élection présidentielle un an plus tard, et un calendrier législatif déjà très serré, je ne suis pas sûre que ce projet aboutisse", prévient l’avocate. Mais la députée en charge de la mission reste confiante. Dans le cas où il ne serait pas retenu au sein de la loi climat et résilience, il est encore possible de le proposer à nouveau en tant que projet de loi à part entière, sous ce quinquennat ou le prochain.

De plus, le crédit donné au Défenseur de l’environnement est lui-même questionné. Il n’est pour l'instant pas prévu que l'institution soit inscrite dans la Constitution. Un amendement allant dans ce sens avait été proposé par des députés socialistes début mars mais a été refusé. "Ce que la loi fait, elle peut le défaire, estime Adeline Paradeise. Cependant, on pourrait aussi imaginer que le Défenseur de l’environnement soit par exemple sous la tutelle du Défenseur des droits". Le rôle de ce dernier étant garanti par la Constitution. 

Pauline Fricot, @PaulineFricot 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Legislatives Amelie de Montchalin Alain JOCARD AFP

Législatives : La canicule a dopé l’abstention, pas la place du climat dans une soirée électorale disruptive

La transition écologique version Emmanuel Macron est-elle terminée avant d’avoir commencé ? La défaite électorale de celle qui en avait la charge, Amélie de Montchalin, remet en cause un échafaudage considérablement fragilisé par le recul global du parti du Président de la République. La déclaration...

Legislative premier tour ludovic marin afp

Législatives 2022 : Victoire de l’abstention, défaite du climat

C’est un record sous la Vème République. L’abstention a dépassé les 52 %, une chute de participation qui s’inscrit dans une tendance de fond. La non-campagne législative n’aura pas soulevé les foules alors que les députés sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Si les...

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...

Elisabeth borne premiere ministre LUDOVIC MARIN POOL AFP

Élisabeth Borne, Première ministre, sera-t-elle la femme d’un second souffle ?

30 ans après Édith Cresson, c’est Élisabeth Borne qui a enfin brisé le plafond de verre de Matignon. Après trois semaines d’attente, Emmanuel Macron a décidé de remplacer Jean Castex, représentant des terroirs, par Élisabeth Borne, une femme dont il a éprouvé la loyauté puisqu’elle a été...