Publié le 21 septembre 2022

POLITIQUE

Suède, Italie, France : l’absence du changement climatique dans les campagnes électorales fait progresser l’extrême droite

Si l’Europe paye un lourd tribut aux catastrophes climatiques, l’enjeu est paradoxalement quasi absent des campagnes électorales. En Suède et en Italie, comme en France il y a quelques mois, elles restent centrées sur la sécurité et l’immigration ce qui fait progresser l’extrême droite et conduit les gouvernements à ne pas faire de la protection du climat une priorité. Cela accentue encore le fossé entre des dirigeants politiques dans ces pays démocratiques et les populations de plus en plus préoccupées par les nouvelles conditions climatiques.

Georgia Meloni Fratelli d Italia FridaysForFuture Piero Cruciatti AFP et CCO
Georgia Meloni, candidate aux élections législatives italiennes, ne parle pas de climat ; les lycées de Fridays for Future Italia se chargent de rappeler l'importance du sujet.
@Piero Cruciatti via AFP et CCO

L’Italie vote dimanche prochain pour les élections législatives. Et tous les sondages donnent largement gagnante l’extrême droite représentée par un nouveau visage, Georgia Meloni, leader du parti Fratelli d’Italia. Une étude, réalisée par l’Observatoire de Pavie, spécialiste de la communication, et Greenpeace, a révélé que moins de 0,5 % des interventions des principaux candidats traitaient de la crise climatique. Même chose sur leurs 14 profils Facebook où ils ne consacrent pas plus de 2 % des posts aux enjeux du climat.

L’Italie a pourtant expérimenté ces dernières semaines une sécheresse exceptionnelle au Nord, l’effondrement d’un glacier début juillet et doit affronter la crise de l’énergie. Mais les candidats aux élections législatives ne font pas pour autant de la nécessité de s’adapter à ces nouvelles conditions climatiques une priorité. Ils mettent en avant, au contraire, la relance des forages pétroliers dans le détroit de Sicile et en mer Adriatique, où se trouve la moitié des réserves prouvées du pays, pour aider les Italiens à affronter la crise.

Grève des lycées le 23 septembre

Très en retard sur la rénovation thermique des bâtiments, l’Italie semble se préoccuper beaucoup moins d’écologie qu’au moment de l’avènement du Mouvement cinq étoiles, il y a plus de dix ans. Pour tenter de réveiller la flamme le mouvement Fridays for Future, emmené en Italie par Filippo Sotgiu, appelle à la grève dans les lycées d’une cinquantaine de villes le 23 septembre, deux jours avant les élections. Mais dans un pays en plein déclin démographique, il mobilise surtout les jeunes qui n’ont pas l’âge de voter.

Le scénario suédois est à peu près le même. Au pays de Greta Thunberg, l’extrême droite a fait une poussée aux législatives en obtenant plus de 20 % des suffrages, trois points de plus que lors du précédent scrutin en 2018. La campagne du parti d’extrême droite était axée principalement sur l’insécurité et l’État Providence, pour faire passer la "Suède d’abord". Il y a dans le pays comme une fatigue écologique sur le plan politique. Les Suédois estiment qu’ils ont déjà fait beaucoup et ne sont pas forcément conscients des risques d’un recul de leur mobilisation sur le climat. Dans une interview réalisée avant les élections, Greta Thunberg qui, depuis 2018, continue sa grève scolaire du vendredi devant le Parlement suédois, explique qu’à ses yeux c’est la mobilisation citoyenne dans les rues qui permettra de concilier lutte contre le changement climatique et protection de la démocratie. 

Remettre le changement climatique à l’agenda

En France, où le temps de parole du climat a été évalué entre 2 et 3 % dans les campagnes présidentielles et législatives, le score cumulé des deux candidats d’extrême droite aux Présidentielles a dépassé les 30 % et le Rassemblement National a obtenu 80 députés au sein de l’Assemblée Nationale. Les catastrophes de l’été ont modifié la perception du risque climatique dans l’opinion, mais sur le plan politique c’est loin d’être une priorité.  

Finalement seule l’Allemagne fait figure d’exception. Les inondations dramatiques de l’été 2021, la pression exercée par les jeunes pour le climat, ont permis à la coalition Verts, SPD et Libéraux de remporter les législatives en septembre 2021, il y a un an. Mais ses engagements sur le climat et la transition énergétique sont mis à mal par la crise ouverte par la guerre en Ukraine.

Ces différents scrutins, qui laissent planer la menace d’une Europe renouant avec ses vieux démons, témoignent surtout d’un clivage grandissant entre les populations de ces États membres, entre ceux qui croient au vote et ceux qui s’abstiennent, entre les jeunes et les vieux, entre les urbains et les ruraux. Mettre le changement climatique à l’agenda politique, en leur expliquant qu’ils sont tous concernés, pourrait être un moyen d’offrir à l’Europe une cause commune : son pacte vert !

Anne-Catherine Husson Traore, @AC_HT_, directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Georgia Meloni Fratelli d Italia FridaysForFuture Piero Cruciatti AFP et CCO

Suède, Italie, France : l’absence du changement climatique dans les campagnes électorales fait progresser l’extrême droite

Si l’Europe paye un lourd tribut aux catastrophes climatiques, l’enjeu est paradoxalement quasi absent des campagnes électorales. En Suède et en Italie, comme en France il y a quelques mois, elles restent centrées sur la sécurité et l’immigration ce qui fait progresser l’extrême droite et conduit...

Valerie Masson Delmotte Aurelien Barrau

Aurélien Barrau au Medef et Valerie Masson-Delmotte au gouvernement lancent l'alerte : avec quel impact ?

Aurélien Barrau au Medef, Valerie Masson-Delmotte face au gouvernement, la semaine de rentrée des dirigeants économiques et politiques s’est faite sur le mode alerte générale. Les deux scientifiques, dans des styles différents, ont résumé l’urgence climatique et environnementale. Leurs discours...

Macron conseil des ministres MOHAMMED BADRA POO AFP

Pour Emmanuel Macron, la rentrée est celle de la "grande bascule" pour laquelle il ne dessine pas de projet d’adaptation

L’été de tous les dangers climatiques, sera-t-il celui de la "grande bascule" dans un monde transformé par les pénuries de biens essentiels comme l’eau, les crises de l’énergie et la guerre en Ukraine ? C’est la tonalité qu’Emmanuel Macron a donné à son discours de rentrée pour le gouvernement, sans...

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...