Publié le 27 mars 2020

POLITIQUE

Coronavirus : des pays en guerre préparent des cessez-le-feu pour lutter contre la pandémie mondiale

C’est désormais la planète entière qui fait face à l’épidémie de Coronavirus. À tel point que, répondant à un appel du secrétaire général des Nations unies, plusieurs pays ravagés depuis des années par les confits vont cesser les combats pour lutter contre le virus.

Antonio Guterres Onu Onu
Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations unies, a appelé à un cessez-le-feu mondial pour lutter contre le coronavirus.
@ONU

Depuis quelques jours, des arrêts des combats sont envisagés aux Philippines, au Cameroun, au Yémen et en Syrie. C’est l’un des effets inattendus et réjouissants de la crise du coronavirus. Lundi 23 mars, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, avait lancé un appel solennel "à un cessez-le-feu immédiat, partout dans le monde" afin de préserver, face à la "furie" du Covid-19, les civils les plus vulnérables dans les pays en conflit.

Dans un communiqué jeudi, Martin Griffiths, l'émissaire de l'ONU au Yémen, pays ravagé par la guerre depuis plus de cinq ans, a salué les "réponses positives" des rebelles Houthis et du gouvernement yéménite en faveur d'un cessez-le-feu afin de mieux lutter contre le Covid-19 et de permettre une pause humanitaire. Il a réclamé qu'ils participent à une "réunion urgente" pour le concrétiser.

"Nous accueillons favorablement le cessez-le-feu temporaire annoncé le 25 mars par les Forces de défense camerounaises du Sud (Socadef)", a déclaré pour sa part à New York le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. La veille, il s'était déjà félicité du cessez-le-feu temporaire annoncé le 24 mars par le Parti communiste des Philippines avec le gouvernement de ce pays.

Espoir en Syrie

Jeudi soir, le porte-parole, dans un nouveau communiqué, a "salué la déclaration des Forces démocratiques syriennes (SDF) du 24 mars" soutenant l'idée d'un cessez-le-feu et leur "engagement à éviter les actions militaires" dans le nord-est du pays. "Le secrétaire général appelle les autres parties au conflit syrien à soutenir son appel" à l'arrêt des combats, a-t-il ajouté. 

Dans le même temps, selon un diplomate, "un projet de résolution a circulé entre les cinq membres permanents du Conseil de sécurité relatif à l'impact du Covid-19 sur les situations de paix et sécurité à l'agenda du Conseil de sécurité". "Certains pays à l'ONU pensent à un texte visant à soutenir l'appel de Guterres", a confirmé jeudi à l'AFP une autre source diplomatique.

Rôle du conseil de sécurité

Selon des sources concordantes, la France est à l'origine de l'initiative. Dans la nuit de jeudi à vendredi, le Président français Emmanuel Macron a évoqué sur Twitter la préparation d'une "nouvelle initiative importante" face à la pandémie, après une conversation avec son homologue américain Donald Trump. Déjà la présidence de la Tunisie, membre non permanent depuis janvier, avait évoqué dans un tweet un projet de "résolution du Conseil de sécurité" sur la coordination des actions mondiales face au Covid-19, après une discussion entre le président tunisien Kais Said et Emmanuel Macron.

Entre la Russie réticente à ce que le Conseil de sécurité se saisisse d'un sujet de santé et les Etats-Unis qui pourraient insister pour une mention soulignant que le virus vient de Chine, la démarche s'avère délicate pour l'adoption d'une résolution au sein d'une enceinte où les divisions sont légion depuis des années.

Parallèlement à ce processus au Conseil, six pays - Suisse, Singapour, Norvège, Liechtenstein, Indonésie et Ghana -- ont élaboré un projet de résolution pour l'Assemblée générale des Nations unies, a appris l'AFP de sources diplomatiques. Ce projet, transmis jeudi à la présidence de l'Assemblée, vise surtout à insister sur l'importance du "multilatéralisme et de la coopération internationale" pour faire face au Covid-19, selon des diplomates.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Urgenda N B

[À l'origine] Dans les années 90, la naissance des premiers procès climatiques

Le tribunal administratif de Paris a reconnu, pour la première fois début février, l'État français coupable d'inaction climatique dans le cadre de l'Affaire du siècle, portée par quatre associations. Une reconnaissance qualifiée d'historique. Depuis la fin des années 1990, les procès menés par les...

Vaccin russe et chinois OlivierBunic AFP

[Édito] La France, pionnière sur le séquençage du virus, dernière sur le développement du vaccin

La France manque de doses et certains patients peinent à prendre rendez-vous. La campagne vaccinale tricolore cahote, mais avec désormais presque deux millions de vaccinés, le pays a enfin rattrapé le peloton mondial. Reste que toutes ces doses injectées sont américaines, allemandes et britanniques....

Manifestations Liban FATHI AL MASRI AFP

Pays-Bas, Tunisie, Liban… Les manifestations anti-confinement éclatent sur fond de colère sociale

Les manifestations se multiplient, tournant parfois en émeutes, contre les "tours de vis" sanitaires pris par les gouvernements. Une partie de la population, souvent défavorisée et particulièrement impactée par les confinements et couvre-feux, veut pouvoir subvenir à ses besoins en toute liberté....

800px Joe Biden 48651175327 1

Retour des États-Unis dans l’Accord de Paris : un symbole en attente de preuves

Le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris était l’un des moments les plus attendus à l’échelle internationale suite à l’élection de Joe Biden. Le processus de réintégration, sans condition, est surtout symbolique et doit être accompagné d’actions concrètes pour convaincre, alors que le pays a...