Publié le 13 janvier 2019

NUMÉRIQUE

[Le chiffre] Les GAFA détiennent 70 000 données sur votre enfant

À l'âge de 13 ans, les parents auront posté en moyenne 1 300 photos et vidéos de leur enfant sur les médias sociaux. Et d'ici ses 18 ans, il y aura, sur la toile, 70 000 publications le concernant, estime un rapport de la commission britannique de protection de l'enfance. Des données personnelles qui sont trop peu protégées et qui pourraient lui nuire. 

Publier des photos et vidéos de son enfant sur les réseaux sociaux peut avoir des conséquences à long terme.
©CC0

Jamais nous n’avons partagé autant d’informations à propos de nous. Sur Instagram la photo d’un gâteau, sur Twitter nos opinions politiques, sur Facebook la vidéo du chat, sur Whatsapp nos photos de vacances… L’afflux de données est continuel. Mais il n’est pas seulement question de nous, cela concerne aussi nos enfants.

Selon un rapport de la Commission britannique à l'enfance, en moyenne, à l’âge de 13 ans, les parents ont posté 1 300 photos et vidéos de leur enfant sur les différents médias sociaux. Cela commence même avant sa naissance avec des photos d’échographie, l’annonce de la grossesse, etc.

"Les enfants publient 26 fois par jour sur les réseaux sociaux" 

"La quantité d’informations explose lorsque les enfants eux-mêmes commencent à utiliser ces plateformes. En moyenne, les enfants publient 26 fois par jour sur les réseaux sociaux", écrivent les auteurs du rapport. D’ici ses 18 ans, il y aura 70 000 données à son sujet sur Internet, indiquent-ils.

Car il ne s’agit pas seulement des réseaux sociaux. Les enceintes connectées, les applications, les jeux vidéo en réseau, les assistants vocaux recueillent eux aussi de précieuses données sur nos modes de vie et ceux de nos enfants. En décembre dernier, un client allemand d’Amazon a même reçu par erreur 1 700 enregistrements d’un utilisateur de l’enceinte connectée Alexa.

Des risques pour l'enfant et son avenir

"Nous devons nous arrêter et réfléchir à ce que cela signifie pour la vie de nos enfants maintenant et à l’impact que cela pourrait avoir sur leur vie future en tant qu’adultes", prévient Anne Longfield, commissaire britannique à l’enfance. "Nous ne savons tout simplement pas quelles sont les conséquences de tout ce flot de données. À la lumière de cette incertitude, devrions-nous être heureux de continuer collecter et partager celles de nos enfants ? Je ne pense pas".

Les risques sont pour l’instant assez flous, mais le rapport évoque par exemple l’exploitation de ces données par un prédateur qui pourrait entrer en contact avec un mineur. "Les enfants discutent souvent en ligne avec des personnes qu’ils ne connaissent pas dans la vie réelle, et certains peuvent cibler les enfants grâce à la fonctionnalité Snap Maps", évoque le rapport. Cette fonctionnalité de l’application Snapchat permet aux abonnés de localiser en direct la personne avec qui il discute.

Le rapport préconise ainsi aux parents de limiter le partage de données comme des photos ou des vidéos de leurs enfants et aux législateurs de mieux protéger les utilisateurs. Un premier pas a été réalisé avec la mise en place du nouveau règlement européen sur les données personnelles (RGPD) en mai dernier. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

NUMÉRIQUE

Données personnelles

Avec Internet et les réseaux sociaux, tous les utilisateurs sèment des gigantesques quantités de données. Données qui sont utilisées à des fins publicitaires et parfois dans un but malveillant. Le RGPD, entré en vigueur le 25 mai 2018, est censé protéger les Européens.

Microsoft donnees de sante francais istock

La France choisit Microsoft pour héberger ses données de santé et créé la polémique

C'est un choix qui ne passe pas. Le gouvernement a décidé d'héberger les données de santé des Français de la plateforme Health Data Hub chez Microsoft au détriment d'entreprises françaises comme OVH. Un risque pour la protection des données personnelles qui fait polémique alors que la question de la...

Appli Stop covid

Coronavirus : l'application StopCovid disponible dès ce week-end

Dès ce week-end, les Français vont pouvoir installer l’application StopCovid sur leur téléphone portable. Elle doit permettre à une personne qui tombe malade de le signaler et prévenir ainsi toutes les personnes qu’elle a pu croiser auparavant. Un projet qui a dû surmonter des obstacles législatifs...

Cedric o numerique Stop Covid Ludovic Marin AFP

Souveraineté numérique : le gouvernement se passe d'Apple et Google pour son application Stop Covid

La France est dépendante de la Chine pour, entre autres, la production de masques. Elle l'est aussi des États-Unis concernant le numérique. Pour assurer la protection de ses données, le gouvernement vient d'annoncer que l'application Stop Covid, dont le but est de tracer les malades, serait...

Stopcovid portable coronavirus William87

L’application StopCovid de suivi des Français n’est pas la solution à tout, prévient la Cnil

À l’image des solutions techniques employées en Corée du Sud ou à Singapour pour pister les malades et éviter la propagation du Covid-19, le France veut déployer une application de suivi baptisée Stop Covid. La Cnil, garante de la protection des données de la population, ne s’y oppose pas mais...