Publié le 27 avril 2020

NUMÉRIQUE

L’application StopCovid de suivi des Français n’est pas la solution à tout, prévient la Cnil

À l’image des solutions techniques employées en Corée du Sud ou à Singapour pour pister les malades et éviter la propagation du Covid-19, le France veut déployer une application de suivi baptisée Stop Covid. La Cnil, garante de la protection des données de la population, ne s’y oppose pas mais demande des garanties sur le volontariat et l’anonymat. Elle prévient toutefois que cette technologie est inutile sans stratégie sanitaire globale.

Stopcovid portable coronavirus William87
Lors du deconfinement, le gouvernement veut utiliser une application de pistage pour identifier les Français exposés au Coronavirus.
@Wiliiam87

Alors que la fin du confinement approche à grands pas et que le suivi des malades va être clé pour éviter une deuxième vague d’épidémie, le gouvernement mise sur une application de pistage de la population, baptisée StopCovid. Elle doit permettre de contacter les citoyens exposés au Coronavirus. Saisie à ce sujet, la commission nationale informatique et liberté (Cnil), le gendarme des données personnelles ne s’oppose pas au principe mais, dans un rapport, demande "certaines garanties supplémentaires".

La commission estime que dans un "contexte exceptionnel de gestion de crise", le dispositif est conforme aux exigences européennes de protection des données privées "si certaines conditions sont respectées". Aussi, elle demande  "des garanties supplémentaires" et veut "pouvoir se prononcer à nouveau après la tenue du débat au Parlement".

Besoin de stratégie globale

En premier lieu, les membres du collège de la Cnil veulent mettre en garde contre la tentation du "solutionnisme technologique". La Cnil appelle à la vigilance et souligne que "l’application ne peut être déployée que si son utilité est suffisamment avérée et si elle est intégrée dans une stratégie sanitaire globale", écrit-elle dans un communiqué de presse. À savoir le respect des gestes barrières, de la distanciation sociale et un recours appuyé au télétravail pour limiter les déplacements.

Pour ce qui est des attentes des experts du numérique, il y a, en premier lieu, le principe du volontariat et l'utilisation de pseudonymes. L'organisme met en garde contre toute pression sur les personnes qui refuseraient d'utiliser l'application : "Cela implique qu’il n’y ait pas de conséquence négative en cas de non-utilisation, en particulier pour l’accès aux tests et aux soins", mais aussi aux transports.

La Cnil relève aussi que "son efficacité dépendra, notamment, de sa disponibilité dans les magasins d’application (Appstore, Playstore…), d'une large adoption par le public et d’un paramétrage adéquat". Or, dans un entretien au Journal du dimanche, le secrétaire d'Etat au Numérique Cedric O a indiqué que l'application ne fonctionnait pour l'instant pas correctement sur les iPhones, qui selon lui représentent "20% du parc français". Il argumente cependant : "Ce que disent les épidémiologistes, c’est qu’il n’y a pas de seuil minimum de téléchargements nécessaire pour que cette application soit utile".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

NUMÉRIQUE

Données personnelles

Avec Internet et les réseaux sociaux, tous les utilisateurs sèment des gigantesques quantités de données. Données qui sont utilisées à des fins publicitaires et parfois dans un but malveillant. Le RGPD, entré en vigueur le 25 mai 2018, est censé protéger les Européens.

Cedric o numerique Stop Covid Ludovic Marin AFP

Souveraineté numérique : le gouvernement se passe d'Apple et Google pour son application Stop Covid

La France est dépendante de la Chine pour, entre autres, la production de masques. Elle l'est aussi des États-Unis concernant le numérique. Pour assurer la protection de ses données, le gouvernement vient d'annoncer que l'application Stop Covid, dont le but est de tracer les malades, serait...

Stopcovid portable coronavirus William87

L’application StopCovid de suivi des Français n’est pas la solution à tout, prévient la Cnil

À l’image des solutions techniques employées en Corée du Sud ou à Singapour pour pister les malades et éviter la propagation du Covid-19, le France veut déployer une application de suivi baptisée Stop Covid. La Cnil, garante de la protection des données de la population, ne s’y oppose pas mais...

Moteur de recherche Qwant Qwant

Les actionnaires veulent reprendre la main sur le moteur de recherche français Qwant

Le moteur de recherche français Qwant a pour objectif de protéger ses utilisateurs et d’offrir une multitude de services efficaces. Mais dans un monde dominé par Google, il peine à trouver son équilibre financier. L’un des principaux actionnaires, la Caisse des Dépôts, a décidé de s’impliquer dans...

Sécurité, empreinte environnementale réduite… Paris va gérer elle-même les données de ses habitants

C'est une question de protection des données personnelles. Paris se dote d'un data center où elle pourra elle-même stocker et exploiter les données de ses administrés. Une mission qu'elle externalisait jusqu'ici. En prime, elle veut réduire l'empreinte environnementale du data center : sa chaleur va...