Publié le 09 novembre 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

[Vidéo] Red Dead Redemption 2 : bad buzz pour le jeu de Rockstar après que des joueurs aient passé à tabac des suffragettes

Un western hyper réaliste et totalement libre, le jeu vidéo Red Dead Redemption 2 est une réussite technique et scénaristique. Ses ventes records le prouvent. Mais des vidéos de joueurs se montrant en train de passer à tabac et tuer des suffragettes créent la polémique sur cet "open world". Le studio Rockstar ne semble pourtant pas craindre pour sa réputation.

Red Dead Redemption 2
Dans Red dead Redemtion 2, le joueur peut violenter des suffragettes qui militent pour le droit de vote des femmes.
@Rosckstar

Il aura fallu attendre sept ans pour découvrir la suite de Red Dead Redemption. Sorti le 26 octobre, ce jeu vidéo, qui se déroule en 1899, plonge le joueur dans un monde de western ouvert. Mais en laissant une liberté morale complète à ses joueurs, Rockstar, la société éditrice, doit maintenant faire face à un bad buzz. 

Dans ce jeu, le joueur croise la route de personnages illustrant cette période de changement aux États Unis. Il rencontre en particulier des suffragettes, ces femmes qui militaient pour le droit de vote et qui l'obtiendront en 1920.

Mais quelques jours après la sortie du jeu, des vidéos inattendues ont fleuri sur Youtube. On y voyait des joueurs s’en prendre à ces femmes militantes. Certaines se faisaient passer à tabac, d’autres jetées à des alligators ou ligotées au fond d’une mine... la plus "populaire" de ces vidéos, postée par le youtubeur Shirrako a dépassé 1,7 million de vues. D’autres en cumulent des centaines de milliers.

Dans les commentaires, on trouve de nombreuses remarques antiféministes. Certains remercient Rockstar de leur permettre de se débarrasser de ces "ennuyantes féministes", d’autres regrettent que ce ne soit pas possible d’agir dans la vraie vie. Dans un premier temps, Youtube a censuré ces vidéos arguant que sa politique n’autorise pas la violence gratuite. Mais face à des critiques de joueurs, celles-ci ont été restaurées mais interdites aux mineurs.

Liberté morale absolue

Les créateurs du jeu soulignent que, si les joueurs ont une liberté morale totale, ils doivent quand même payer les conséquences de leurs actes. Ainsi en agissant mal, vis-à-vis de ces femmes ou de tout autre personnage, le joueur va être de plus en plus recherché par les autorités et des chasseurs de primes finiront par l’éliminer. Une menace qui ne suffit pas à empêcher cette dérive.

"Il s’agit d’un problème complexe qui s’applique aux jeux très détaillés et aux univers ouverts, qui donnent la priorité aux choix du joueur. Ce qui est moins complexe (à comprendre), c’est qu’il y a un vivier de joueurs de jeux vidéo qui détestent les femmes et qui prennent leur pied avec ça", écrit sur twitter Emmanuel Cheeseberg, rédacteur en chef du site Web tech Motherboard. Dan Hassler-Forest, spécialiste des médias à l’université d’Utrecht University au Pays-Bas, est moins nuancé : “la possibilité de frapper une suffragette est quelque chose que le studio a délibérément choisi d’introduire dans le jeu".

Les spécialistes du jeu expliquent que c’est justement la liberté absolue qui rend ce jeu hors norme. Du côté de RockStar, on reste discret sur la polémique. Si certains espèrent que cette polémique va écorner la réputation du studio, dans les faits, elle participe surtout à sa promotion. Ce nouvel opus s’est déjà vendu à 17 millions d’exemplaires en huit jours et va être le jeu le plus vendu en 2018.

Grand Thief Auto

De plus, le studio est habitué aux polémiques. Il est à l’origine de la célébrissime licence "Grand Thief Auto" (GTA). À la sortie de chaque version, le studio est systématiquement critiqué pour la violence du scénario, les choix moraux ambigus et la présence de travailleuse du sexe avec qui les joueurs peuvent "interagir". Il n’empêche que chaque sortie est un succès commercial.

En France, en 2016, l’ancienne secrétaire d’État au numérique Axelle Lemaire avait lancé une mission au sujet du sexisme dans les jeux vidéo. Cette industrie, sur laquelle l’Hexagone est en pointe, bénéficie de crédits d’impôts et d’un fonds d’aide. La ministre et des parlementaires avaient menacé d’en priver les studios qui ne feraient preuve d’assez d’effort sur la représentation positive des femmes. Mais, faute de consensus, ces projets n’ont pas abouti.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Illustrative Image main ferrari 7

Le monde de la F1 voit revenir les cigarettiers, sous l’œil inquiet des autorités sanitaires

Il y a plus de dix ans, les cigarettiers, immenses pourvoyeurs de moyens financiers, ont été chassés du monde de la Formule 1. Mais depuis quelques mois, Philip Morris (avec Ferrari) et British American Tobacco (avec McLaren) retrouvent les pistes. Pas directement, mais à travers un programme...

Rupture barrage Brumadinho Vale Bresil 25 janvier 2019 Douglas Magno AFP

Rupture du barrage minier de Vale au Brésil : la catastrophe de trop

Le 25 janvier, un barrage minier de l'entreprise Vale a rompu à Brumadinho, au Brésil. L’avalanche de boue de déchets a provoqué la mort de centaines de personnes. Une catastrophe humaine et environnementale qui fait vaciller le géant minier et remet en lumière la nécessité d’intégrer les risques...

Turbine gaz a Belfort general Electric SebastienBozon AFP

Alstom : GE va verser 50 millions d’euros au gouvernement pour ne pas avoir créé les emplois promis en France

General Electric (GE), qui s'était engagé à créer un millier d'emplois nets en France après avoir acquis la branche énergie d'Alstom en 2015, ne l'a pas fait et devra abonder "un fonds de réindustrialisation doté de 50 millions d'euros", a annoncé le ministère de l'Économie.

Bruno Le Maire

Taxe Gafa : la France montre les dents et se dit prête à agir sans l’Europe dès 2019

La France introduira une taxe nationale sur les géants du numérique dès 2019 si les discussions en cours au niveau européen n'aboutissent pas, assure le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Il appelle l'Union européenne à faire preuve de "courage" face aux exigences des citoyens.