Publié le 04 septembre 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Taxe Soda : Coca-Cola préfère augmenter ses prix plutôt que réduire le sucre

Au lieu de baisser le taux de sucre dans ses boissons et ne pas payer la "taxe soda" qui vise à lutter contre l'obésité, Cola-Cola a réalisé un tour de passe-passe. Il a rapetissé ses bouteilles. Sauf qu'au lieu de baisser les prix, le groupe a augmenté les tarifs entre 17 et 25 % au lieu des 8 % que génère la taxe. "Coca-Cola se sucre, et ça se voit", note Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution. 


Pixabay

Des bouteilles plus petites au même prix, voire plus chères. C’est le tour de passe-passe qu’a réalisé Coca-Cola pendant l’été. Les bouteilles de 2 litres ont rapetissé pour atteindre 1,75 litre et celles de 1,5 l sont passées à 1,25 l. Or, ces petites bouteilles valent plus chères que leur grande sœur.

"La cohabitation est presque gênante. Depuis quelques jours, les nouveaux formats de Coca-Cola sont implantés aux côtés des anciens. Avec des écarts de prix au litre qui interpellent", a remarqué le site spécialisé Rayon Boissons, "Le coca classique était disponible à 1,19 euro le litre pour le conditionnement 1,25 l contre 1,01 euro pour la bouteille de 1,5 l"

Lipton et Breizh Cola ont préféré réduire la quantité de sucre

En cause, la taxe soda. Cette dernière, datant de 2012 vise à lutter contre l’obésité chez les plus jeunes mais elle a été renforcée en 2017 car jugée pas assez efficace. Ainsi, depuis le 1er juillet 2018 la taxe est indexée sur le taux de sucre dans la boisson alors qu’elle était auparavant fixe. Une mesure qui doit inciter les industriels à baisser la quantité de sucre dans leurs produits.

Cela a fonctionné pour certains groupes qui ont joué le jeu comme Lipton ou Breizh Cola. Mais pas pour Coca-Cola qui a préféré, en toute discrétion, réduire la taille de ses bouteilles. Une technique appelée le "downsizing" évoque Libération, "plutôt que d’augmenter le prix facial d’un produit, on donne moins au consommateur… pour le même prix, histoire que cela se voit moins".

"Coca-Cola se sucre et ça se voit"

L’histoire pourrait s’arrêter là si Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution, n’avait pas remarqué que la taxe ne justifiait pas entièrement la hausse de prix. Alors qu'elle a pour conséquence une augmentation de 8 % du prix, l’expert révèle des prix au litre qui s’envolent de 17 à 25 %. "Coca-Cola se sucre et ça se voit !", note-t-il.

Face à ces pratiques pour le moins douteuses, Michel-Edouard Leclerc avait dénoncé en avril des augmentations de prix inacceptables que "ni la hausse du cours de plastique qui sert à faire les bouteilles, ni la hausse des cours du sucre (au contraire elle a même baissé de 30 % en un an)" ne justifiait. En l’absence d’accord, Coca-Cola avait refusé de livrer l’enseigne. Le distributeur avait alors porté l’affaire devant le tribunal du commerce. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Tribunaux covid iStock Gebbi Mur

Les États ayant pris des mesures pour lutter contre le Covid-19 sont exposés à une vague de plaintes d’entreprises

Les États ayant pris des mesures strictes de confinement et d’arrêt de certaines activités économiques pour ralentir la propagation du Covid-19 pourraient se voir attaqués par de nombreuses entreprises s’estimant lésées. C’est ce que redoutent un collectif de 630 ONG internationales. Au Royaume-Uni,...

Montage 5 projets en sursis 01

Gare du Nord, entrepôts Amazon, Terminal 4 à Roissy... cinq projets en sursis pour des raisons environnementales

Après dix années d’une guerre sans relâche, entre zadistes et recours judiciaires, le groupe Pierre et Vacances renonce à la construction d’un Center Parcs à Roybon, en Isère. Ces dernières années, de nombreux projets ont ainsi été abandonnés pour des raisons environnementales dans l’Hexagone à...

Facebook haine en ligne boycott

Haine en ligne : Facebook s'enfonce après une campagne de boycott de plusieurs centaines d'annonceurs

Facebook est touché au portefeuille. Après l'affaire George Floyd et l'explosion du mouvement Black Lives Matter, le réseau social est sommé de modérer davantage les messages haineux et racistes. Pour l'y contraindre, des centaines d'entreprises boycottent leurs publicités sur la plateforme. C'est...

Batiment total polytechnique maquette

Malgré la polémique, Total va s'installer au centre de la vie étudiante de Polytechnique

L'école Polytechnique (X) vient de valider l'emplacement du centre de recherche de Total sur les énergies bas-carbone. Le projet est contesté par les élèves, enseignants et ONG car il remet en cause, selon eux, le principe de neutralité de l'établissement. Face à la polémique, le comité...