Publié le 04 septembre 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Taxe Soda : Coca-Cola préfère augmenter ses prix plutôt que réduire le sucre

Au lieu de baisser le taux de sucre dans ses boissons et ne pas payer la "taxe soda" qui vise à lutter contre l'obésité, Cola-Cola a réalisé un tour de passe-passe. Il a rapetissé ses bouteilles. Sauf qu'au lieu de baisser les prix, le groupe a augmenté les tarifs entre 17 et 25 % au lieu des 8 % que génère la taxe. "Coca-Cola se sucre, et ça se voit", note Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution. 


Pixabay

Des bouteilles plus petites au même prix, voire plus chères. C’est le tour de passe-passe qu’a réalisé Coca-Cola pendant l’été. Les bouteilles de 2 litres ont rapetissé pour atteindre 1,75 litre et celles de 1,5 l sont passées à 1,25 l. Or, ces petites bouteilles valent plus chères que leur grande sœur.

"La cohabitation est presque gênante. Depuis quelques jours, les nouveaux formats de Coca-Cola sont implantés aux côtés des anciens. Avec des écarts de prix au litre qui interpellent", a remarqué le site spécialisé Rayon Boissons, "Le coca classique était disponible à 1,19 euro le litre pour le conditionnement 1,25 l contre 1,01 euro pour la bouteille de 1,5 l"

Lipton et Breizh Cola ont préféré réduire la quantité de sucre

En cause, la taxe soda. Cette dernière, datant de 2012 vise à lutter contre l’obésité chez les plus jeunes mais elle a été renforcée en 2017 car jugée pas assez efficace. Ainsi, depuis le 1er juillet 2018 la taxe est indexée sur le taux de sucre dans la boisson alors qu’elle était auparavant fixe. Une mesure qui doit inciter les industriels à baisser la quantité de sucre dans leurs produits.

Cela a fonctionné pour certains groupes qui ont joué le jeu comme Lipton ou Breizh Cola. Mais pas pour Coca-Cola qui a préféré, en toute discrétion, réduire la taille de ses bouteilles. Une technique appelée le "downsizing" évoque Libération, "plutôt que d’augmenter le prix facial d’un produit, on donne moins au consommateur… pour le même prix, histoire que cela se voit moins".

"Coca-Cola se sucre et ça se voit"

L’histoire pourrait s’arrêter là si Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution, n’avait pas remarqué que la taxe ne justifiait pas entièrement la hausse de prix. Alors qu'elle a pour conséquence une augmentation de 8 % du prix, l’expert révèle des prix au litre qui s’envolent de 17 à 25 %. "Coca-Cola se sucre et ça se voit !", note-t-il.

Face à ces pratiques pour le moins douteuses, Michel-Edouard Leclerc avait dénoncé en avril des augmentations de prix inacceptables que "ni la hausse du cours de plastique qui sert à faire les bouteilles, ni la hausse des cours du sucre (au contraire elle a même baissé de 30 % en un an)" ne justifiait. En l’absence d’accord, Coca-Cola avait refusé de livrer l’enseigne. Le distributeur avait alors porté l’affaire devant le tribunal du commerce. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Crise des opioïdes : le grand procès de l’industrie pharmaceutique n’aura pas lieu

Ce 21 octobre devait s’ouvrir un procès emblématique aux États-Unis, celui de laboratoires et distributeurs accusés d’être à l’origine de la crise des opioïdes, qui a provoqué la mort de 400 000 personnes dans le pays ces 20 dernières années. Mais au tout dernier moment, ils ont obtenu un accord...

Sea world parc marin orlando seaworld

[Bonne nouvelle] TripAdvisor arrête la vente de billets pour des spectacles de baleines ou dauphins

Dans quelques mois, vous ne pourrez plus trouver de billets pour Sea World, Marineland ou encore Zoomarine sur TripAdvisor. La plateforme américaine a décidé de bannir de son site tous les parcs qui exploitent des cétacés en captivité et qui ne disposent pas de sanctuaires marins. Le groupe entend...

Medicament opiaces pixabay stevepb

Crise des opiacés : Purdue Pharma se déclare en faillite pour échapper à la justice

Purdue Pharma, fabricant d'un des principaux médicaments antidouleur aux opiacés, l'OxyContin, vient de se déclarer en faillite. Le groupe fait l'objet de plus de 2 000 plaintes aux États-Unis, un pays où ces médicaments sont accusés d’avoir provoqué la mort de 400 000 personnes sur les vingt...

Prodesc eolien

Devoir de vigilance : EDF mis en demeure pour violation des droits humains

Deux ans après l'adoption de la loi sur le devoir de vigilance en France, quatre affaires sont en cours. La dernière concerne EDF. Le groupe et sa filiale EDF Energies nouvelles sont accusés de ne pas avoir consulté et obtenu le consentement des communautés autochtones, impactées par la construction...