Publié le 26 septembre 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Les Amis de la Terre accusent Amazon de "pratiques commerciales trompeuses"

Les Amis de la Terre ont annoncé avoir déposé un dossier auprès de la Répression des fraudes (DGCCRF) afin de l'alerter sur des "pratiques commerciales trompeuses" d'Amazon, qu'ils accusent de plusieurs violations du droit.

Amazon entrepot condition de travail
Amazon est le plus grand distributeur en ligne de la planète.
@AFP

Le géant américain du commerce en ligne Amazon "n'informe pas correctement les consommateurs" sur la provenance des produits vendus sur son site : la société étant devenue une importante place de marché - c'est-à-dire qu'elle héberge sur son site des vendeurs tiers -, leurs produits "ne sont pas distingués" de ceux qu'elle vend directement, estime Alma Dufour, chargée de campagne de l'association.

Amazon se protège derrière ce "rôle d'intermédiaire" afin d'être dégagée "de toute responsabilité envers les consommateurs français, ceux-ci se retrouvant alors confrontés à des vendeurs injoignables ou des sociétés-écrans, voyant leur droit à la garantie légale bafoué", ajoutent les Amis de la Terre.

"En cas de défectuosité d'un produit acheté en vente directe, Amazon.fr renvoie le consommateur vers le fabricant, alors que la loi lui impose de prendre en charge la garantie directement", explique encore l'association.

Indice de réparabilité

Enfin, elle affirme que le système de reprise des déchets électriques et électroniques imposé par le Code de l'environnement "est tout simplement inexistant". Or le gouvernement a annoncé ce printemps, dans le cadre de sa feuille de route sur l'économie circulaire, qu'il favoriserait des pratiques telles que le réemploi et le recyclage, en prônant la lutte contre les déchets.

Début juillet, Brune Poirson, la secrétaire d'Etat à la Transition écologique et solidaire, a annoncé le lancement d'un "indice de réparabilité" des produits, qui sera effectif au 1er janvier 2020. Si la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ne constate pas le délit, "nous saisirons le procureur de la République", a ajouté la militante à l'AFP.

Destruction d’équipements

Les Amis de la Terre, qui dénoncent "l'impact dramatique sur les ressources et le climat de la guerre des prix" menée par Amazon, demandent par conséquent au gouvernement "de faire cesser les infractions constatées et d'imposer la réparation et la non-destruction des biens par la vente en ligne, au niveau européen".

L'association a été alertée de ces pratiques par un reportage de l'émission "Frontal 21" sur la chaîne de télévision allemande ZDF, diffusée en juin dernier. Des employés du géant américain y expliquaient avoir détruit des produits (lave-vaisselles, lave-linges, tablettes etc...) retournés par les clients, la plupart en parfait état de marche ou avec de légers défauts.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Illustrative Image main ferrari 7

Le monde de la F1 voit revenir les cigarettiers, sous l’œil inquiet des autorités sanitaires

Il y a plus de dix ans, les cigarettiers, immenses pourvoyeurs de moyens financiers, ont été chassés du monde de la Formule 1. Mais depuis quelques mois, Philip Morris (avec Ferrari) et British American Tobacco (avec McLaren) retrouvent les pistes. Pas directement, mais à travers un programme...

Rupture barrage Brumadinho Vale Bresil 25 janvier 2019 Douglas Magno AFP

Rupture du barrage minier de Vale au Brésil : la catastrophe de trop

Le 25 janvier, un barrage minier de l'entreprise Vale a rompu à Brumadinho, au Brésil. L’avalanche de boue de déchets a provoqué la mort de centaines de personnes. Une catastrophe humaine et environnementale qui fait vaciller le géant minier et remet en lumière la nécessité d’intégrer les risques...

Turbine gaz a Belfort general Electric SebastienBozon AFP

Alstom : GE va verser 50 millions d’euros au gouvernement pour ne pas avoir créé les emplois promis en France

General Electric (GE), qui s'était engagé à créer un millier d'emplois nets en France après avoir acquis la branche énergie d'Alstom en 2015, ne l'a pas fait et devra abonder "un fonds de réindustrialisation doté de 50 millions d'euros", a annoncé le ministère de l'Économie.

Bruno Le Maire

Taxe Gafa : la France montre les dents et se dit prête à agir sans l’Europe dès 2019

La France introduira une taxe nationale sur les géants du numérique dès 2019 si les discussions en cours au niveau européen n'aboutissent pas, assure le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. Il appelle l'Union européenne à faire preuve de "courage" face aux exigences des citoyens.