Publié le 02 août 2018

ENVIRONNEMENT

Obsolescence programmée : un "indice de réparabilité" sur les produits électroniques à partir du 1er janvier 2020

Les produits électroniques et électroménagers seront dotés au 1er janvier 2020 d'un "indice de réparabilité" calculé selon dix critères, afin de lutter contre l'obsolescence programmée, a annoncé la secrétaire d'Etat Brune Poirson.

Le gouvernement veut établir un indice de réparabilité des objets électroniques.
@Channah

Afin d'élaborer cet indice de réparabilité, qui donnera lieu à une note sur dix, un "groupe de travail", dont fait partie Fnac Darty, a débuté ses travaux début juillet, a expliqué Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministère de la transition énergétique.

Il rendra ses conclusions "d'ici la fin de l'année" pour une mise en place de l'indice au 1er janvier 2020, a-t-elle précisé en rappelant que l'obsolescence programmée constituait un délit passible de sanctions depuis 2015.

L'objectif de cet indice est d'apporter au consommateur une information "utile et pragmatique", tout en étant incitatif pour les fabricants et non pas une énième "norme absurde", a-t-elle ajouté. "S'il ne fonctionne pas, nous passerons aux sanctions et aux mesures contraignantes", a prévenu la secrétaire d'Etat.

Le LaboFnac partenaire

Brune Poirson a également souligné la "nécessité de formations dans le domaine de la réparabilité", en estimant le secteur de l'économie circulaire à "300 000 emplois potentiels, locaux et non délocalisables".

Le LaboFnac existe depuis 40 ans. "Nous sommes le premier réparateur de France, avec 2,5 millions de produits réparés par an", a souligné le directeur général de Fnac Darty, Enrique Martinez. L'enseigne a présenté, elle, son "indice LaboFnac de réparabilité" sur 100 points, désormais disponible pour les ordinateurs portables et conçu en collaboration avec le ministère de la Transition écologique.

"Cet indice, on le soutient et on y croit, on pousse vers plus de transparence, notamment nos partenaires industriels", a ajouté Enrique Martinez, dont la société s'est récemment engagée à prendre quatre engagements "pour allonger la durée de vie des produits".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

Pandora or argent recycle

[Bonne nouvelle] Pandora va concevoir tous ses bijoux à partir d’or et d’argent recyclés d’ici 2025

Le géant Pandora a annoncé vouloir fabriquer la totalité de ses bijoux à partir de métaux recyclés d'ici 2025. Si l'offre d'or et d'argent recyclés reste aujourd'hui restreinte, le plus grand bijoutier au monde espère faire bouger les lignes et convaincre les clients que le recyclage ne dégrade pas...

Odd elyx

Les Objectifs développement durable s’affichent dans le métro

C’est une première. Les Objectifs de développement durable font l’objet d’une campagne publicitaire nationale grâce à la Régie Media Transports. Celle-ci a mis ses écrans à disposition de la Fondation Elyx, dont le petit personnage dessiné est l'ambassadeur digital des Nations Unies. Un coup de...

ARPP recommandation pub capture ecran

De nouvelles recommandations pour que la publicité ne favorise plus la surconsommation

Fini les produits vantés comme "respectueux" ou "protégeant" la planète ? L’ARPP, l’autorité de régulation de la publicité, vient d’actualiser ses dernières recommandations développement durable qui font autorité auprès des annonceurs. Mais si l’ARPP s’est bien saisie de la question de la...

Zero dechet grande distribution

[Bonne nouvelle] Dans cet Hyper U, 95 % des déchets sont valorisés

Dans le quatrième plus grand Hyper U de France, on lutte drastiquement contre les déchets alimentaires. Le magasin valorise désormais 95 % de ses invendus. Dons aux associations, paniers Too Good To Go, méthanisation des biodéchets non comestibles... La clé est de multiplier les solutions.