Publié le 02 août 2018

ENVIRONNEMENT

Obsolescence programmée : un "indice de réparabilité" sur les produits électroniques à partir du 1er janvier 2020

Les produits électroniques et électroménagers seront dotés au 1er janvier 2020 d'un "indice de réparabilité" calculé selon dix critères, afin de lutter contre l'obsolescence programmée, a annoncé la secrétaire d'Etat Brune Poirson.

Reparabilite portable ordinateur Channah
Le gouvernement veut établir un indice de réparabilité des objets électroniques.
@Channah

Afin d'élaborer cet indice de réparabilité, qui donnera lieu à une note sur dix, un "groupe de travail", dont fait partie Fnac Darty, a débuté ses travaux début juillet, a expliqué Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministère de la transition énergétique.

Il rendra ses conclusions "d'ici la fin de l'année" pour une mise en place de l'indice au 1er janvier 2020, a-t-elle précisé en rappelant que l'obsolescence programmée constituait un délit passible de sanctions depuis 2015.

L'objectif de cet indice est d'apporter au consommateur une information "utile et pragmatique", tout en étant incitatif pour les fabricants et non pas une énième "norme absurde", a-t-elle ajouté. "S'il ne fonctionne pas, nous passerons aux sanctions et aux mesures contraignantes", a prévenu la secrétaire d'Etat.

Le LaboFnac partenaire

Brune Poirson a également souligné la "nécessité de formations dans le domaine de la réparabilité", en estimant le secteur de l'économie circulaire à "300 000 emplois potentiels, locaux et non délocalisables".

Le LaboFnac existe depuis 40 ans. "Nous sommes le premier réparateur de France, avec 2,5 millions de produits réparés par an", a souligné le directeur général de Fnac Darty, Enrique Martinez. L'enseigne a présenté, elle, son "indice LaboFnac de réparabilité" sur 100 points, désormais disponible pour les ordinateurs portables et conçu en collaboration avec le ministère de la Transition écologique.

"Cet indice, on le soutient et on y croit, on pousse vers plus de transparence, notamment nos partenaires industriels", a ajouté Enrique Martinez, dont la société s'est récemment engagée à prendre quatre engagements "pour allonger la durée de vie des produits".

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

Adidas lance ses premieres chaussures 100 recyclables 1 01

[Bonne nouvelle] Adidas a dévoilé ses premières baskets 100 % recyclables

Adidas passe à la vitesse supérieure. Après avoir créé des chaussures à partir de plastique retrouvé sur les plages, la marque allemande vient de dévoiler une nouvelle paire 100 % recyclables. Elles sont composées d'un seul matériau et confectionnées sans colle pour être refondues et réutilisées.

Ilemaurice pixabay

L’île Maurice, un laboratoire pour tester une reconversion durable de l’économie locale

Il y a quelques années, l’île Maurice était qualifiée de "miracle économique". Aujourd’hui pourtant l’île recherche un nouveau souffle pour que ses habitants puissent pleinement en profiter. En tant qu’acteur financier historique du pays, la banque MCB estime de sa responsabilité de redynamiser...

Airbus va recycler ses vieux avions en meubles

[Bonne nouvelle] Airbus va recycler ses anciens avions en meubles

Un plancher carbone transformé en étagère, un hublot en coiffeuse connectée, un nez d'avion A340 en luminaire... le projet A piece of sky, lancé par Airbus, transforme des avions en fin de vie en meubles design. Une façon de répondre à une problématique d'économie circulaire et de revaloriser le...

Economie circulaire terre planete experimentation fondation 2019 pixabay

Économie circulaire : supprimer la TVA sur les produits responsables est rentable pour l'économie

Une expérimentation de la Fondation 2019, menée avec l’Ademe et trois entreprises partenaires dont Seb, démontre que le poids des externalités environnementales entre un produit issu de l’économie circulaire et un produit classique peut représenter entre 6 % à 20 % du prix de vente. Cela équivaut...