Publié le 28 juin 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Lafarge mis en examen pour "complicité de crimes contre l’humanité"

Le cimentier Lafarge, accusé d'avoir financé des groupes jihadistes dont l'organisation État islamique pour maintenir son activité en Syrie, a été mis en examen jeudi 28 juin. Les juges d’instruction ont suivi la logique de l’ONG Sherpa en inculpant Lafarge SA pour "complicité de crimes contre l’humanité", une première mondiale pour une entreprise.  

Lafarge est accusé de complicité de crimes contre l'humanité pour avoir financer une organisation jihadiste.
@FranckFife/AFP

Après deux ans d'une enquête hors norme, et plusieurs mises en examen des dirigeants de Lafarge, c’est désormais l’entreprise elle-même, en tant que personne morale, qui est mise en examen. Les magistrats ont retenu quatre chefs d’inculpation : "financement d'une entreprise terroriste" et "mise en danger délibérée de la vie" de salariés, "violation d'un embargo" et "complicité de crimes contre l'humanité". Elle suit la logique défendue par l’ONG Sherpa et le Centre européen pour les droits constitutionnels et humains (ECCHR). C’est leur plainte, qui en juin 2017, avait déclenché l’ouverture de l’information judiciaire.

Une première mondiale

Le groupe français, qui a fusionné en 2015 avec le Suisse Holcim, est soupçonné d'avoir versé au total près de 13 millions d'euros entre 2011 et 2015 à des organisations jihadistes. Le but était de maintenir l'activité de son usine de Jalabiya, dans le nord de la Syrie, alors que le pays s'enfonçait dans la guerre. Ces sommes correspondaient notamment au versement d'une "taxe" pour la libre circulation des salariés et des marchandises et à des achats de matières premières - dont du pétrole - à des fournisseurs proches de l'État islamique, d'après l'enquête.

"Lafarge a sacrifié ses salariés et pactisé avec des entités terroristes en toute connaissance de cause : elle doit répondre judiciairement de cette complicité de crimes contre l'humanité", a déclaré à l'AFP Marie Dosé, avocate de l'ONG Sherpa, partie civile. En mai dernier, l'ONG avait écrit aux juges pour leur demander de monter d'un cran dans les responsabilités en retenant le chef d'accusation de "complicité de crimes contre l'humanité". C’est ce qu’ils ont fait. Une telle décision est cependant une première mondiale pour une entreprise.

Sherpa demande l'ouverture d'un fonds d'indemnisation

Depuis le début de l’enquête, huit cadres et dirigeants ont été mis en examen, dont Bruno Lafont, PDG de Lafarge de 2007 à 2015, pour financement d'une entreprise terroriste et/ou mise en danger de la vie d'autrui. Ce jeudi 28 juin, les juges ont donc mis en examen, après son audition, Lafarge SA, la holding actionnaire à 98 % de la filiale syrienne Lafarge Cement Syria mise en cause.

"La mise en examen de Lafarge est un pas historique dans la lutte contre l'impunité des multinationales dans laquelle Sherpa est engagée depuis 17 ans. Cette affaire doit créer un précédent pour toutes ces entreprises qui alimentent des conflits armés. L’accès à la justice de milliers de victimes de pays en guerre, dont les plaignants syriens, en dépend", affirme Sandra Cossart, directrice de Sherpa. L'ONG demande désormais l'ouverture d'un fonds d'indemnisation pour tous les ex-employés de LCS (Lafarge Cement Syria, filiale de Lafarge en Syrie) et leurs familles.

Le groupe Lafargeholcim, né de la fusion en 2015 du français et du suisse Holcim, a aussitôt annoncé que sa filiale LSA saisirait la cour d'appel pour contester des "infractions qui ne reflètent pas équitablement (ses) responsabilités".

Béatrice Héraud @beatriceheraud avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Lafarge en Syrie : le rôle de la diplomatie française en question

L'enquête sur Lafarge, soupçonné d'avoir financé l'État islamique pour rester en Syrie, peut-elle impliquer la diplomatie française ? C’est ce qu’affirme un ex-responsable du cimentier. Selon lui l'ambassadeur de France "était au courant du racket". Lafarge est suspecté d'avoir versé entre...

Lafarge en Syrie : l'ex-PDG Bruno Lafont et deux autres responsables en garde à vue

La direction française de Lafarge savait-elle que sa filiale syrienne a contribué au financement de l'Etat islamique pour pouvoir rester dans le pays en guerre ? Trois responsables du cimentier, dont l'ex-PDG Bruno Lafont, ont été placés mercredi en garde à vue.

Lafarge en Syrie : l’ONG Sherpa demande l'audition de Laurent Fabius

Dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de financements par Lafarge du groupe terroriste Daech en Syrie, l’ONG Sherpa demande l’audition de l’ancien ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. Pendant plusieurs années, le Quai d’Orsay aurait poussé l’entreprise à rester dans le...

Colère des actionnaires de LafargeHolcim suite aux accusations de financement terroriste

Après avoir reconnu le financement de groupes terroristes en Syrie, le cimentier LafargeHolcim a fait face hier à une contestation forte de la part de ses actionnaires lors de son assemblée générale. Ils ont été près de 40% à s'opposer à la décharge de la direction dans cette affaire. Par...

Financement du terrorisme en Syrie : Comment éviter un autre cas Lafarge ?

Alors qu’une information judiciaire vient d’être ouverte contre Lafarge pour financement du terrorisme en Syrie, les experts rappellent l’importance de placer la logique éthique sur le même plan que la logique financière. Un impératif au moment où la France a adopté sa loi sur le devoir de...

Lafarge soupçonné de faire entrave à la justice

Sous le coup d’une enquête pour "financement d’une entreprise terroriste" et "mise à en danger de la vie d’autrui", le cimentier français Lafarge aurait-il des choses à cacher, des éléments à faire disparaître ? D’après l’ONG Sherpa, qui s’est portée civile dans ce dossier et défend 11...

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Facebook haine en ligne boycott

Haine en ligne : Facebook s'enfonce après une campagne de boycott de plusieurs centaines d'annonceurs

Facebook est touché au portefeuille. Après l'affaire George Floyd et l'explosion du mouvement Black Lives Matter, le réseau social est sommé de modérer davantage les messages haineux et racistes. Pour l'y contraindre, des centaines d'entreprises boycottent leurs publicités sur la plateforme. C'est...

Batiment total polytechnique maquette

Malgré la polémique, Total va s'installer au centre de la vie étudiante de Polytechnique

L'école Polytechnique (X) vient de valider l'emplacement du centre de recherche de Total sur les énergies bas-carbone. Le projet est contesté par les élèves, enseignants et ONG car il remet en cause, selon eux, le principe de neutralité de l'établissement. Face à la polémique, le comité...

Roundup : Bayer signe un retour en force dans les affaires liées au glyphosate

Bayer pourrait bientôt tourner la page des litiges sur le glyphosate, qui le plombent depuis sa fusion avec Monsanto. Le groupe pharmaceutique vient de conclure un accord l'engageant à débourser plus de dix milliards de dollars pour mettre un terme aux poursuites. Une somme bien en-dessous de ce...

Lidl Olivier Dauvers PS4 promotions

Une promotion choc chez Lidl provoque une cohue

Alors que la France déconfine progressivement, à l'occasion de l'ouverture d'un nouveau magasin dans les Yvelines l'enseigne allemande Lidl a proposé une offre choc : une Playstation 4 vendue à 95 euros au lieu de 200 à 300 euros habituellement. Une promotion qui attiré des centaines de clients et...