Publié le 21 août 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

La Fifa, minée par la corruption, revoit à la baisse son code éthique

Après un énorme scandale de corruption révélé en 2015, la FIFA avait promis plus de transparence et de sévérité. Or, en remettant à jour son code éthique, elle revoit à la baisse les critères pour corruption. Et ouvre même la chasse aux lanceurs d'alerte. De quoi ternir un peu plus son image.

Le nouveau code éthique de la Fifa revoit à la baisse ses critères anti-corruption.
Pixabay

Tout un symbole. Alors que la FIFA, Fédération internationale de football, est minée par les affaires de corruption, elle vient d’éradiquer purement et simplement le terme "corruption" dans la nouvelle version anglaise de son code éthique. C’est ce qu’a découvert l’agence britannique Associated Press en épluchant ce code modifié et mis en vigueur le 12 août. 

La FIFA se défend et justifie un problème sémantique. Le terme "corruption" en anglais a été préféré à "bribery" dont la signification est presque similaire. Pour preuve, dans la version française, la notion a bien été maintenue. Débat clos ? Pas vraiment. Car derrière ces changements de forme, la FIFA a bien revu à la baisse la sévérité des sanctions pour corruption.

Musèlement des lanceurs d'alerte

Le nouveau code, qui vient remplacer celui de 2012, introduit un délai de prescription de 10 ans dans les affaires de corruption. Désormais, "la corruption, le détournement de fonds et la manipulation de matchs ou de compétitions de football ne peuvent plus être poursuivis après dix ans", stipule ainsi l’article 2.1. 

Autre point controversé, l’ajout d’une nouvelle infraction pour diffamation. "Les personnes concernées par ce code sont interdites de déclaration publique de nature diffamatoire à l’encontre de la FIFA ou de ses représentants", précise l’article 22.2. Un musèlement des lanceurs d’alertes, estiment plusieurs spécialistes. "Bien que l’organisation encourage à la transparence et invite les gens à s’exprimer, la FIFA adopte une position autoritaire selon laquelle les personnes doivent rester silencieuses", a déclaré l’ancienne membre de la commission de gouvernance, Alexandra Wage. 

Des négociations en interne pour plus d'opacité 

Un très mauvais signal pour la FIFA qui avait promis, après les scandales de corruption, de faire le tri. "La nouvelle FIFA est une démocratie, pas une dictature. C’est une organisation transparente, profondément honnête", martelait Gianni Infantino, président de l’organisation mondiale du football. Une pique directe à Sepp Blatter, président de la FIFA pendant 17 ans inculpé pour "gestion déloyale" et "abus de biens sociaux". Il a été suspendu 6 ans par la Fédération pour un paiement controversé de 1,8 million d’euros à Michel Platini. 

Et le nouveau code éthique laisse encore plus de place à l’opacité. Il permet désormais à la cheffe du comité d’éthique, Maria Claudia Rojas, de négocier, en interne, les affaires qui ne concernent pas la corruption ou la manipulation. Ce dispositif "pourrait ajouter une autre couche de trouble et de secret, en gardant les affaires cachées du public", estime Associated Press. La FIFA invoque, elle, une volonté de traiter plus rapidement les affaires de moindre envergure. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Nestle jpg

Œufs Kinder, pizzas Buitoni, fromages Lactalis contaminés : quand la rentabilité prime sur la sécurité

Après les pizzas Buitoni, filiale du groupe Nestlé, contaminées par la bactérie Escherichia coli (E.coli), les chocolats Kinder du géant Ferrero infectés par la salmonelle, c’est au tour de fromages du groupe Lactalis d’être porteurs de la listeria. Résultat : la confiance des consommateurs dans...

Guerre ukraine nestle russie boycott FABRICE COFFRINI AFP

Nestlé, Leroy Merlin, Auchan... Les appels au boycott se multiplient contre les entreprises qui restent en Russie

Les réseaux sociaux sont des armes puissantes de destruction de réputation ! Nestlé renommée Nazstlé est prise massivement à partie depuis que les dirigeants ukrainiens ont dénoncé la volonté du géant suisse de l’agro-alimentaire de rester en Russie. Le groupe Mulliez, très présent dans le pays à...

Ehpad orpea pixabay

Les sombres dessous d’Orpea ont échappé aux filets de la notation RSE

Les dommages collatéraux de la chute d’Orpea s’étendent chaque jour un peu plus. La publication du livre "Les Fossoyeurs" qui dénonce les mauvais traitements des pensionnaires de ces maisons de retraite de luxe, administrées par une entreprise cotée, a entraîné le limogeage de son dirigeant, un...

Total polytechnique banderole greenpeace e73105c59b

Après deux ans de polémique, Total renonce finalement à s’installer sur le campus de Polytechnique

TotalÉnergies rétropédale. Le pétrolier devait installer un centre de recherche au sein du campus de Polytechnique mais il vient d'y renoncer face à la fronde des élèves et des ONG. Ces derniers se mobilisent depuis deux ans, dénonçant une stratégie d'influence du groupe sur "les cerveaux des futurs...