Publié le 07 avril 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Facebook annonce des mesures pour éviter de futures manipulations politiques

En pleine tourmente, Facebook a promis de nouvelles mesures pour lutter contre la manipulation politique. Ces promesses sont faites à quelques jours de l'audition de son patron Mark Zuckerberg par les parlementaires américains, très remontés contre le réseau social.

Depuis, le début du scandale Cambridge Analytica, la société de Mark Zuckerberg, Facebook, a perdu 80 milliards de dollars de capitalisation.
@Facebook

Face à une accumulation de polémiques, Facebook multiplie ces derniers jours les excuses sur ses "erreurs passées" et les promesses de faire mieux, une manière de préparer le terrain aux questions de plusieurs commissions du Congrès prévues mardi 10 et mercredi 11 avril à Washington.

Sénateurs et représentants souhaitent lui demander des comptes sur la lutte contre la manipulation politique mais aussi sur le retentissant scandale concernant la fuite de données personnelles vers la firme Cambridge Analytica, qui a mis la main sur les informations de plusieurs dizaines de millions de membres, jusqu'à 87 millions selon le réseau social, à leur insu. Jusqu’à 2,7 millions d’Européens seraient concernés.

Après une série de prises de parole sur la question des données privées, Facebook a annoncé vendredi 6 avril des mesures sur la manipulation politique, qui se répand souvent sur le réseau via des annonces publicitaires électorales ou politiques ou au travers de "Pages", consacrées à des entreprises, organisations, marques, personnalités ou causes et auxquelles on peut s'abonner.

Des élections importantes à venir

"À l'approche d'élections importantes aux États-Unis, au Mexique, au Brésil, en Inde, au Pakistan (...), une de mes priorités pour 2018 est de m'assurer que nous soutenons un débat positif et parons aux ingérences dans ces élections", a écrit Mark Zuckerberg sur sa propre page, qui est suivie par plus de 100 millions de personnes.

"À partir de maintenant, chaque annonceur qui veut passer une annonce politique ou abordant un sujet important devra être vérifié. Pour être vérifié, les annonceurs devront confirmer leur identité et leur localisation", a poursuivi le jeune milliardaire.

Le groupe dit travailler "avec des organisations extérieures" à une "liste" de "sujets" importants et polémiques répondant à cette définition. Il a aussi annoncé "embaucher des milliers de personnes supplémentaires" pour mettre en œuvre ces différentes mesures, promises pour être déployées immédiatement pour certaines, progressivement pour d'autres, mais à temps pour les échéances électorales de 2018, en novembre.

Facebook avait déjà annoncé en octobre son intention d'authentifier les annonceurs passant des messages électoraux, c'est-à-dire, évoquant directement un candidat et diffusées peu avant un scrutin, selon la définition aux États-Unis. Le groupe dit cette fois aller plus loin en étendant ces vérifications aux annonceurs de messages abordant des sujets politiques importants.

Une campagne anti-Moscou

En outre, les messages à caractère politique seront signalés comme tels sur le réseau, qui indiquera aussi qui les a financés.

Facebook va aussi soumettre aux mêmes vérifications les administrateurs de Pages Facebook "ayant un grand nombre" d'abonnés, pour limiter l'utilisation de faux comptes, soupçonnés d'avoir été utilisés pour une vaste opération de désinformation lancée depuis la Russie pour déstabiliser la présidentielle de 2016 et favoriser l'élection de Donald Trump. Des affirmations niées par le Kremlin.

Mardi 3 avril, Mark Zuckerberg avait déjà annoncé la suppression de 270 pages et comptes Facebook et Instagram gérés par la société russe Internet Research Agency (IRA), que le renseignement américain accuse d'être un faux-nez de Moscou.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

Village palestinien de Nahalin et le bloc de colonies de Gush Etzion What 4

Une liste de 112 sociétés liées aux colonies israéliennes publiée par l’ONU

L’ONU a publié mercredi 12 février le nom de 112 sociétés ayant des activités dans les colonies israéliennes, considérées comme illégales par le droit international. Cette liste, annoncée il y a quatre ans, inclut Alstom, Airbnb, Expedia et TripAdvisor. Cette logique de "name and shame" dans le...

Sanofi mis en examen dans le scandale de la Dépakine

Après plus de trois années d'enquête, les juges chargés de l'enquête sur la commercialisation de l'antiépileptique Dépakine ont mis Sanofi en examen pour "tromperie aggravée et "blessures involontaires", a annoncé le groupe pharmaceutique lundi 3 février.

France Telecom Dider Lombard LionelBonaventure AFP

[Décryptage] France Telecom : la justice consacre le harcèlement institutionnel

Les trois anciens dirigeants de France Telecom, PDG, numéro 2 et DRH ont été condamnés le 20 décembre à la peine maximale pour harcèlement moral : un an de prison et 15 000 euros d'amende. La justice consacre ainsi le "harcèlement institutionnel" qui a fait une quarantaine de victimes dont 19...

Bayer croule sous les menaces judiciaires liées au Roundup de Monsanto

Le géant de l’agrochimie Bayer, qui a avalé Monsanto en 2018, a aujourd’hui du mal à digérer le géant des OGM. 42 700 plaintes liées au Roundup visent le mastodonte aux États-Unis et le risque financier est estimé entre 15 et 20 milliards de dollars. À la dernière Assemblée générale, les...